UA-119481582-1

28/08/2018

L'ayatollah Haniq Ramdam lance une fatwa contre le soi-disant prophète Mario Jelmini

FATWA ÉMISE LE 16 DHOU AL-HIJJA 1439 (2018 الثلاثاء، 28 آب) PAR L'AYATOLLAH HANIQ RAMDAM


Au nom de Dieu tout-puissant Everybody_Draw_Mohammed_Day_-_Mohammed_by_christianne_in_leather.jpg
(il n'y a qu'un Dieu, à qui nous retournerons tous).

Dans un texte intitulé «Appel à tous les fidèles: participez à la guerre sainte» publié le 25 août sur le blog «Croire ou ne pas croire» hébergé par la Tribune de Genève, le pseudo-prophète pastafarien Mario Jelmini a gravement offensé le très saint et très glorieux Allah ainsi que le vénérable prophète Mahomet (paix et salut sur lui) et l'islam tout entier en portant au crédit du pastafarisme des valeurs non négociables qui sont l'apanage exclusif de la religion musulmane.
C'est ainsi que dans son ignominie, ce prophète à la noix s'est permis de plagier le saint Coran et d'écrire:

• "Ô croyants! N'entretenez aucune relation avec les ennemis du Monstre en Spaghetti Volant",
alors que cette injonction, qui entame la sourate 60, est réservée aux relations que les musulmans doivent avoir (ou plutôt ne pas avoir) avec les mécréants qui refusent de se soumettre à la domination d'Allah;

• "Combattez les infidèles qui vous entourent, qu'ils vous trouvent toujours impitoyables à leur égard. Sachez que le Monstre en Spaghetti Volant est avec ceux qui le craignent"
(voir la sourate 9, verset 123; l'ignoble prophète auto-proclamé du pastafarisme Mario Jelmini s'est rendu coupable de sacrilège en remplaçant le saint nom d'Allah par celui d'un Monstre hideux n'ayant aucune espèce de réalité);

• "Combattez les mécréants jusqu’à ce que tout culte soit consacré au Monstre en Spaghetti Volant et à lui seul"
(voir la sourate 2, verset 193; l'exécrable prophète pastafarien a honteusement remplacé le nom de l'amène Allah par celui de l'odieux monstre volant qu'il voudrait nous faire prendre pour une divinité);

• "Faites la guerre à ceux qui ne croient point au Monstre en Spaghetti Volant et à ceux d'entre les hommes des Écritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu'à ce qu'ils soient soumis"
(voir la sourate 9, verset 29; là encore, l'abject plagiaire pastafarien a scandaleusement remplacé le nom d'Allah le miséricordieux par celui du répugnant Monstre en Spaghetti);

• "Saisissez les infidèles et mettez-les à mort partout où vous les trouverez. Ne cherchez parmi eux ni protecteur ni ami"
(sourate 4, verset 91 in fine);

• "Quand vous rencontrerez les incrédules, tuez-les jusqu'à en faire un grand carnage"
(sourate 47, verset 4);

• "Tuez les idolâtres partout où vous les trouverez. Faites-les prisonniers, assiégez-les, dressez-leur des embuscades; mais s'ils se convertissent au Monstre en Spaghetti Volant, alors laissez-les tranquilles, car le Monstre en Spaghetti Volant est indulgent et miséricordieux"
(voir la sourate 9, verset 5; une nouvelle fois, l'abject plagiaire pastafarien a ignominieusement remplacé le nom d'Allah le bienfaiteur par celui du méprisable Monstre devant lequel il s'incline);

• "La récompense de ceux qui font la guerre contre le Monstre en Spaghetti Volant et contre son prophète c'est qu'ils soient tués ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas. Et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment. Car ce qui attend les infidèles, c’est le châtiment du Feu"
(voir la sourate 5, verset 33; que la malédiction frappe ceux qui remplacent le saint nom d'Allah par celui d'un monstre sorti de leur imagination dévoyée).

Outré par tant d'infamie j'ai décidé, moi Haniq Ramdam, de faire usage de l'autorité qu'Allah m'a confiée et des pouvoirs qu'Il m'a conférés pour décréter la condamnation à mort de l'infect mécréant et usurpateur Mario Jelmini, auteur du torchon intitulé «Appel à tous les fidèles: participez à la guerre sainte» qui a été publié sur le blog «Croire ou ne pas croire» au mépris de l'Islam, du Prophète (paix et salut sur lui) et du saint Coran. J'appelle tous les musulmans zélés à zigouiller rapidement ce sinistre individu, où qu'ils le trouvent, afin que personne n'insulte les saintetés islamiques.
Celui qui sera tué en voulant exécuter la présente fatwa sera considéré comme un martyr.
Telle est la volonté de Dieu.
Que Dieu vous bénisse tous.
--
Haniq Ramdam [*], ayatollah au service de la vérité, de la justice et de la fraternité

[*] http://www.cnrtl.fr/definition/ramdam

rightgod.jpg

06:56 | Commentaires (9) |  Facebook | | |

25/08/2018

Appel à tous les fidèles: participez à la guerre sainte!

sc0424b741.jpgQui suis-je?
Mon nom est Mario Jelmini.

Je suis le dernier en date et le plus grand des prophètes.

Ma religion?
Le pastafarisme.

Lire la suite

19:16 | Commentaires (16) |  Facebook | | |

13/08/2018

La plainte, complément du 07.08.2018

Mario Jelmini

Grand-Rue 11

1345 Le Lieu VD


à


Ministère public d'arrondissement
du Nord vaudois

Case postale 661 

1401 Yverdon


RECOMMANDÉ


1345 Le Lieu VD, le 7 août 2018


Complément à ma plainte pénale du 30 juillet 2018 pour infractions contre l'honneur ———————————————————————————————————————————

Monsieur le premier procureur,

Mesdames et Messieurs les procureurs/eures,

Par les présentes je dénonce encore un fait survenu après l'envoi de ma plainte pénale du 30 juillet.

Le 2 août 2018, dans la matinée, le nommé Maurice Jaccard, utilisant une fois de plus le pseudonyme de Corto, a posté sur le blog de M. Norbert Maendly, qui l'a publié sans le modérer, un commentaire dans lequel il me traite de "pauvre type" (annexe 10, capture d'écran du 02.08.2018, page 2 sur 3).

J'ai réagi à cette nouvelle agression en postant à mon tour le commentaire suivant (annexe 10, page 2):
"Que le sapeur-pompier Norbert Maendly ait accepté de publier ce commentaire où, une fois de plus, le soi-disant Corto me manque du plus élémentaire respect, il va le regretter amèrement.
De plus, il est inadmissible que la Tribune de Genève continue à tolérer de tels excès. On en arrive à un point où, en application des principes généraux du droit, sa responsabilité, qu'elle le veuille ou non, est engagée."

Un peu plus tard, en réponse à un autre commentaire désobligeant de Jaccard alias Corto (annexe 10, page 3), j'ai été amené à préciser ce qui suit (annexe 10, page 3):
"Si ma signature a été radiée, c'est parce qu'ayant pris ma retraite, je ne travaillais plus au CMS de la Vallée de Joux et ne remplissais donc plus les conditions pour engager la Fondation par ma signature.
C'est aussi simple que cela.
Une fois de plus, il est inadmissible que M. Norbert Maendly accepte de publier des commentaires aussi mal intentionnés et ridicules que celui-ci.
Il est tout aussi inadmissible que la Tribune de Genève persiste, malgré tous les excès dont sa plateforme a été le théâtre, à permettre aux blogueurs d'opter pour une publication sans modération des commentaires. En cela, il est clair que sa responsabilité est engagée et qu'elle ne saurait s'y soustraire."

Toujours le 2 août, Maurice Jaccard a encore posté quatre courts commentaires qu'il a signés, dans le but évident de me dénigrer, du nom de Maria Djelmina (voir l'annexe 10, page 4; capture d'écran du 04.08.2018).


Ma plainte pénale du 30 juillet était dirigée contre les sieurs Maurice Jaccard (commentateur), Joseph Daher (éditeur de blog) et Norbert Maendly (lui aussi éditeur de blog). Après mûre réflexion, je vous prie de considérer que pour l'ensemble des faits dénoncés dans ma plainte du 30 juillet ainsi que pour ceux rapportés dans le présent complément, ma plainte est également dirigée contre:
- la Tribune de Genève (rue des Rois 11, 1211 Genève 11), qui héberge les blogs de MM. Daher et Maendly;
- la personne de M. Jean-François Mabut, journaliste, administrateur et animateur du forum des blogs http://blog.tdg.ch.

À partir du 23 juillet à 12h53 (annexe 10, page 1), M. Jean-François Mabut a laissé M. Norbert Maendly libre de publier sur son blog les inepties de Corto, étant précisé qu'à ce jour il est toujours possible de les lire en se rendant sur http://nmaendly.blog.tdg.ch/archive/2018/07/23/affaire-benalla-293366.html.

M. Mabut porte une lourde responsabilité dans tous ces dérapages. Chargé par la Tribune de Genève (TdG) de veiller à la bonne marche des blogs, il a failli à sa tâche par son laxisme. Bien des fois, il a été alerté par différents internautes mais il est demeuré inactif, impassible, sans réaction, comme si rien ne se passait ou comme si tout cela lui était égal. Il a laissé les choses s'envenimer alors qu'il aurait dû intervenir et fermer le blog de Norbert Maendly. S'il avait été un tant soit peu vigilant, le mal aurait pu être évité. Je ne peux pas m'empêcher de considérer que si mon honneur a ainsi pu être bafoué à réitérées reprises, c'est parce que la paire Maurice Jaccard - Norbert Maendly a bénéficié d'un blanc-seing de M. Mabut. Aussi me paraît-il normal que ce dernier assume sa part de responsabilité, aux côtés de l'auteur du commentaire et de l'éditeur du blog. Le comportement dont a fait montre M. Mabut (passivité, inertie, laisser faire, absence d'intervention) relève pour le moins d'une négligence coupable. Il ne saurait être mis au bénéfice de l'art. 12, al. 3 CPS dans la mesure où il ne pouvait pas ignorer que son inaction risquait d'avoir des conséquences sur le plan juridique. En effet: M. Mabut n'est pas un Béotien puisqu'il "anime le forum des blogs de la Tribune de Genève depuis mars 2007" (il s'agit de ses propres termes; pour preuve, lire http://kiwanis-metropole.ch/programme/jean-francois-mabut/).

Quant à savoir si le comportement inconséquent et apathique observé par M. Mabut fait de lui un coauteur ou simplement un complice, la question est ouverte.

Dans un email qu'il m'a envoyé le 3 août, M. Jean-François Mabut m'a écrit ceci:
"A la différence du courrier des lecteurs qui est publié dans le journal, nous considérons que les blogs sont édités sous la seule responsabilité des blogueurs, y compris les commentaires que ceux-ci acceptent de voir publiés sous leurs notes. Ce point est cependant controversé. D'aucuns jugent que les hébergeurs de blogs portent une coresponsabilité comme si le facteur était responsable du contenu des lettres ou des paquets qu'ils transportent ou l'Etat responsable du chargement des camions et de l'occupation des automobiles. S'ils n'en sont pas responsables, ils ont néanmoins le devoir de mettre en oeuvre des mesures de contrôle pour entraver et découvrir les trafics illicites. Il en va de même sur les réseaux sociaux. Sur les forums de blogs, les hébergeurs comptent sur l'alerte mutuelle des internautes pour réguler la plateforme."

À propos du rapprochement effectué par M. Mabut avec le facteur qui livre une lettre ou un colis, que l'on me permette cette observation: le facteur qui dépose une enveloppe dans une boîte aux lettres n'a aucun moyen de prendre connaissance du contenu de la lettre qui se trouve à l'intérieur de l'enveloppe alors que M. Mabut (respectivement: la TdG, en tant qu'hébergeur de blogs) jouit d'un accès total et permanent au contenu des blogs et aux commentaires qui y sont publiés. La comparaison est donc fallacieuse.

La plateforme des blogs de la TdG permet aux blogueurs d'opter pour une publication sans modération des commentaires. La TdG aurait très bien pu faire le choix de ne pas offrir cette possibilité aux blogueurs. Du moment qu'elle a fait le choix de la mettre à leur disposition, elle doit assumer sa part de responsabilité lorsque la mise en oeuvre par le blogueur de l'option "publication sans modération" débouche sur la mise en ligne automatique de commentaires qui tombent sous le coup de la loi.


Vu l'ampleur (toute relative, j'en conviens) prise par cette affaire, je modifie comme suit la conclusion prise sous chiffre V de ma plainte du 30 juillet:
Pour le tort moral subi en raison des agissements coupables des sieurs Jaccard, Maendly, Daher, Mabut et de la Tribune de Genève (toutes personnes ou entités ayant participé directement ou indirectement à la mise en ligne et au maintien des contenus attentatoires à mon honneur), je requiers une indemnité de Fr. 4’500.— au minimum.


En vous remerciant de verser ce complément de plainte au dossier de l'instruction, je vous prie d'agréer, Monsieur le premier procureur, Mesdames et Messieurs les procureurs/eures, les assurances de ma haute considération.


( signé )
__________________________
M. Jelmini




Annexe mentionnée, portant numéro 10 (4 pages)




Quelques considérations postliminaires

La publication sur le réseau internet des propos délictueux dénoncés dans ma plainte est imputable à l'action conjointe de plusieurs personnes, à savoir:
- un commentateur se camouflant derrière plusieurs pseudonymes, M. Maurice Jaccard;
- des éditeurs de blogs acceptant de publier des commentaires sous pseudonymes, MM. Norbert Maendly et Joseph Daher;
- un hébergeur de blogs autorisant les éditeurs à publier des commentaires sous pseudonymes et sans vérification préalable de leur contenu, la Tribune de Genève;
- un administrateur des blogs, M. Jean-François Mabut, désigné et rétribué par l'hébergeur, ayant pour mission de gérer la plateforme, notamment de veiller à la bonne tenue des blogs hébergés et à la légalité (conformité au droit) de leur contenu.

Il incombera à l'autorité judiciaire appelée à statuer de se prononcer sur le degré de responsabilité, au regard du droit pénal, de chacun des intervenants susmentionnés. Plusieurs commentateurs l'ont relevé: dans ce domaine et dans notre pays, on se trouve actuellement dans une situation de semi-vide juridique. La doctrine est maigre et la jurisprudence quasi inexistante (l'absence de jurisprudence se fait sentir jusqu'au Conseil suisse de la presse).

On peut comparer les différents acteurs de la production blogosphérique aux rouages d'un mécanisme. À la base de ce mécanisme (premier niveau) se trouve l'hébergeur, qui met le blog à disposition du public en prenant le risque que des dérapages s'y produisent [1]. Le rouage suivant (deuxième niveau) est constitué par les administrateurs responsables de blogs. Puis viennent les blogueurs eux-mêmes (troisième niveau) et enfin les commentateurs (quatrième niveau). En Suisse, comme aucune loi ne traite spécifiquement de la responsabilité des hébergeurs et des administrateurs de blogs, celle-ci doit être examinée au cas par cas en application de dispositions légales à portée plus générale.


[1] Un article intéressant traitant de la responsabilité de l'hébergeur peut être consulté à la page https://www.pacaud-avocat.fr/responsabilite-hebergeur-contenu-utilisateurs/.



00:07 | Commentaires (11) |  Facebook | | |

02/08/2018

Monsieur le Directeur

Ainsi donc, le troll le plus célèbre de la blogosphère romande, le commentateur aux multiples pseudos (avec une prédilection pour «Corto», même s'il signe volontiers «Valium» depuis quelques jours), se nomme en réalité Maurice Jacques JACCARD, né le 24 août 1955 à Lausanne, originaire de Sainte-Croix, double national suisse et israélien.

La Feuille Officielle Suisse du Commerce (FOSC) atteste que Maurice Jaccard est l'un des deux directeurs de la société TEVA S.A., dont le siège social a été transféré, en septembre 2017, de Genève à 1450 Sainte-Croix, rue de l'Industrie 21.

Un directeur d'entreprise qui passe ses journées à faire le troll sur internet en postant des dizaines et des dizaines de commentaires sur des blogs, il se trouve que ça m'interpelle. Pas vous?

Quid de cette société TEVA S.A., au sein de laquelle Maurice Jaccard occupe un poste de directeur? Selon ses statuts, elle se consacre à l'importation, l'exportation, la distribution et la vente de produits naturels.

Vérifications faites, TEVA S.A. n'exerce aucune activité digne de ce nom à Sainte-Croix. Elle n'y possède aucun bureau, aucun local. Si l'on adresse par la poste un courrier à "TEVA S.A., rue de l'Industrie 21, 1450 Sainte-Croix", celui-ci est distribué à la fiduciaire JAQUES S.A., elle-même domiciliée rue de l'Industrie 21 à 1450 Sainte-Croix, où elle occupe de vastes locaux sis au 4e étage (la société est très active dans le secteur de la gérance immobilière). Au rez-de-chaussée de l'immeuble, on ne trouve aucune boîte aux lettres au nom de TEVA S.A. DSC00247.JPGPar contre, sur la boîte aux lettres de la fiduciaire JAQUES S.A., une étiquette portant la mention TEVA S.A. a été ajoutée (photo ci-contre).
À la réception de JAQUES S.A., on m'a confirmé que la fiduciaire faisait office de boîte aux lettres pour TEVA S.A., se bornant à transmettre le courrier qui lui parvenait au nom de TEVA S.A. à une adresse que l'on n'a pas voulu me communiquer.

En fait, TEVA S.A. est dirigée par deux hommes, chacun portant le titre de Directeur et engageant la société par sa signature individuelle. Il s'agit de:
- Maurice Jaccard (selon son passeport suisse) ou Moshe Jaccard Boughanim (selon son passeport israélien);
- Lucien Jason ZBINDEN, originaire de Genève, prétendument domicilié à La Rippe.
Ce dernier, outre sa fonction de Directeur, est l'administrateur unique de la société.

Qui est donc Lucien Jason Zbinden, apparemment l'homme fort de Teva SA ?
DSC00242.JPGEn juillet 2016, Lucien J. Zbinden a fondé une entreprise nommée «Z-Expert», qui était domiciliée rue des Grottes 26, c/o Michèle Favey, 1201 Genève (c'est-à-dire à l'adresse officielle de Maurice Jaccard depuis au moins de 2010 jusqu'à son "déménagement" à Sainte-Croix). Le but de l'entrepise Z-Expert? La FOSC 141 du 22.07.2016 fournit la réponse: exploitation d'une entreprise de renseignements et de surveillance...
Le 11 juin 2018 (c'est tout récent), la FOSC annonce que l'inscription de l'entreprise «Z-Expert» "est radiée par suite de cessation de l'exploitation".
Bizarre.

Qui tire les ficelles de TEVA S.A.? La question se pose: Lucien Zbinden et Maurice Jaccard ne seraient-ils que des hommes de paille?

Il y a une dizaine de jours, j'ai écrit à TEVA PHARMA S.A. à Bâle (190 employés), filiale suisse de la multinationale israélienne TEVA, laquelle fait partie du top 10 mondial des entreprises pharmaceutiques et s'est imposée comme le leader mondial en matière de médicaments génériques, notamment avec sa marque «mepha». Je leur ai demandé si TEVA S.A. à Sainte-Croix était l'une de leurs officines ou si au contraire cette société ne faisait pas de l'ombre au groupe TEVA.
À ce jour, je n'ai reçu aucune réponse.

J'en suis là de mes investigations.

(À suivre)

14:55 | Commentaires (33) |  Facebook | | |

29/07/2018

La plainte

À deux reprises, j'ai annoncé sur ce blog que je publierais le texte de ma plainte pénale contre Maurice Jaccard, alias Corto.
Chose promise, chose due: ceux que le contenu de cette plainte intéresse peuvent en prendre connaissance en cliquant sur le lien ci-dessous (en rouge!).

Comme également annoncé, je laisse mon blog ouvert afin de pouvoir tenir ceux qui le souhaitent au courant de l'évolution et de l'issue de la procédure, qui va certainement durer longtemps. Cela me permettra de donner satisfaction aux commentateurs qui m'ont fait part de leur désir d'être informés de la date et du lieu des audiences afin de pouvoir y assister.

Pour le reste, je tourne désormais le dos à la plateforme des blogs de la Tribune de Genève. Je serai susceptible d'y revenir si la Direction du journal, prenant enfin conscience de la gabegie qui règne sur cette plateforme, se décide à prendre des mesures. À commencer par celle de remplacer l'actuel "animateur du forum des blogs" (sic), qui n'anime rien du tout.

À bon entendeur, ave.

Lire la suite

15:55 | Commentaires (8) |  Facebook | | |

26/07/2018

Usurpation d'identité

Capture d’écran 2018-07-26 à 16.30.24.png


Maurice Jaccard en avril 1998 (il était alors dans sa 43ème année)

Lire la suite

16:46 | Commentaires (8) |  Facebook | | |

19/07/2018

Tout savoir (ou presque) sur Moshe Jaccard Boughanim, alias Corto

Capture d’écran 2018-07-19 à 14.15.45.png

Le sinistre Maurice JACCARD, alias (entre autres) CORTO, grand spécialiste - depuis dix ans - des attaques ad hominem sur les blogs de la TdG, recommence à déverser fiel, médisances, injures et vulgarités sur la plateforme http://blog.tdg.ch, ceci grâce à la complicité de quelques blogueurs qui persistent à publier sans discernement ses commentaires.

C'est ainsi qu'après avoir gravement attenté, sur le blog de Pierre Jenni, à mon honneur et à celui de nombreuses autres personnes (en particulier celui de M. Jean-François Mabut, responsable des blogs de la TdG), ce qui a valu à Pierre Jenni la fermeture de son blog, le soi-disant Corto vient de réapparaître sur le blog de Joseph Daher avec ses propos délétères. Un blog - intitulé «EmancipationS» - sur lequel j'ai eu droit, hier 18 juillet, au traitement suivant de la part de Corto:
"Le Mario, l'inculte qui ne sait que faire du copier-coller avec des proses incompréhensibles, les mêmes qui ont endormi l'Europe pendant 15 siècles, ce type ne doit pas avoir la conscience tranquille, attendez que "Corto" s'occupe de son cas !!
Et qui dit que Mario Jelmini n'est pas un pseudo, dans tous les cas il s'agit d'un catholo-socialo spécialisé dans le pompage de fonds attribué au social, je vais me renseigner sur ce type !"

M. Daher a dû considérer les propos ci-dessus comme courtois puisqu'il les a publiés. Mais peut-être faut-il que je m'explique: toute personne qui se rend sur le blog de M. Daher peut lire, tout en haut de la page, colonne de droite, au-dessus de la photographie format passeport:
"Merci de respecter les règles fixées par la Tribune de Genève qui nous héberge: soyez courtois, concis et pertinent!" (je me permets d'insister: "courtois", pas "discourtois"; "pertinent", pas "impertinent").
Un peu plus bas, en lettres colorées, il est écrit: "Le contenu des blogs n'engage pas la rédaction de la Tribune de Genève."
Par contre, il n'est écrit nulle part que le contenu des commentaires n'engage pas la responsabilité du blogueur, laquelle est donc conjointe à celle de l'auteur du commentaire que le blogueur a pris sur lui de mettre en ligne.

Las d'être confronté aux propos malveillants postés par le soi-disant Corto, j'ai décidé de prendre mes distances par rapport à la plateforme des blogs hébergés par la TdG
- en ne postant plus aucun commentaire sur aucun blog à l'exception du mien, et
- en renonçant à publier de nouveaux billets. Je ne ferme toutefois pas mon blog car j'ai l'intention de renseigner mes lecteurs sur l'évolution et l'issue de la plainte pénale que je m'apprête à déposer auprès du Ministère public d'arrondissement du Nord vaudois contre Maurice Jaccard, alias Corto.

MAIS QUI EST DONC MAURICE JACCARD, ALIAS CORTO ?

En avril 1998, Maurice Jaccard a participé, en compagnie de cinq autres personnalités, à l'émission «Table ouverte» de la Télévision suisse romande pour y défendre la cause de la légalisation du cannabis. On peut voir la vidéo de l'émission, qui dure 41 minutes, sur «https://www.rts.ch/archives/tv/information/table-ouverte/3449197-laissez-moi-finir-.html» (Maurice Jaccard est assis à la deuxième place en partant de la gauche). La photographie de Maurice Jaccard qui illustre le présent billet est le résultat d'une capture d'écran provenant de cette vidéo (cliquer sur l'image pour l'agrandir).

En 2010, Maurice Jacques Jaccard, alias Corto, était domicilié rue des Grottes 26 à 1201 Genève. Il travaillait chez TEVA SA, une entreprise fondée en 1998 et domiciliée chemin du Château-Bloch 19 à 1219 Le Lignon (lire http://webzine.blog.tdg.ch/archive/2009/11/08/anonymat-quand-tu-nous-tiens.html, commentaire du 31 mai 2010).

Dans les commentaires d'un billet intitulé «Lettre ouverte à Dominique Ziegler à propos d'Israël», publié le 28.11.2011 sur son blog par Mireille Vallette (voir «http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2011/11/28/lettre-ouverte-a-dominique-ziegler-a-propos-d-israel-250961.html»), le nom de Maurice Jaccard apparaît huit fois pour désigner Corto sous son vrai nom. On trouve même une fois le nom de BOUGHANIM Moshé, toujours pour désigner sous Corto sous son vrai nom (commentaire du 30.11.2011 signé briand).

En 2015, le siège de TEVA SA a été transféré à la rue des Grottes 26, soit à l'adresse privée de Jaccard.

Le 19 septembre 2017, le siège de la société a de nouveau été transféré, cette fois de Genève à 1450 Sainte-Croix (VD), rue de l'Industrie 21, téléphone 022 910'10'35. Maurice Jacques Jaccard, qui porte maintenant officiellement le nom de Moshe Jaccard Boughanim, originaire d'Israël, en est le Directeur avec signature individuelle.

Capture d’écran 2018-07-19 à 21.47.59.png


Début 2018, Moshé Boughanim a signé deux courts commentaires sur «https://fapgem.com/video/l4GAUiOZAJI/la-recomposition-geopolitique-du-moyenorient-elias-moutran.html»; on y reconnaît les idées et le style caractéristique de Corto.

Selon ses statuts, TEVA SA s'occupe d' "importation, exportation, distribution et vente de produits naturels". Parmi ces produits naturels figurent les boissons alcoolisées (à l'exception des bières) et les produits à base de tabac.

TEVA SA est inféodé au géant pharmaceutique israélien TEVA, qui emploie 46'000 personnes dans le monde. Au sujet de ce groupe, lire par exemple:
- «https://fr.wikipedia.org/wiki/Teva_Pharmaceutical_Industries»,
- «http://www.tevapharm.com/about/history/» et
- «https://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/03/20/teva-va-supprimer-248-postes-en-france-dans-le-cadre-de-sa-restructuration-mondiale_5273641_1656968.html».

On le comprend sans peine: Corto, qui possède un passeport israélien, a pu compter jusqu'ici sur de puissants soutiens. Des soutiens qui expliquent sans doute le culot et l'incroyable arrogance avec lesquels il s'exprime en toute impunité depuis dix ans sur les blogs de la Tribune de Genève. N'oublions pas qu'il est allé jusqu'à traiter M. Jean-François Mabut de "fils de pute", ajoutant un peu plus loin (toujours en parlant de Monsieur Mabut): "ce type est une merde". Et personne ne s'en émeut, personne ne réagit! Ni la Tribune, ni le médiateur de Tamédia, qui a pourtant été alerté. Comment peut-il se faire que la TdG laisse un individu comme Corto faire la loi sur un site web qu'elle a créé et qu'elle est censée contrôler? Et comment se fait-il qu'elle accepte que des blogueurs continuent à publier les commentaires de cet énergumène alors qu'il ne s'est même pas excusé publiquement pour les propos ignominieux qu'il a tenus à l'égard du responsable des blogs qu'elle héberge?

Ci-après, quelques questions qu'il est permis de se poser:
• Moshe Jaccard Boughanim, plus connu en Suisse sous le nom de Maurice Jaccard alias Corto, serait-il intouchable?
• Ses soutiens israéliens vont-ils continuer à le protéger? Ne finiront-ils pas plutôt par le lâcher?
• La Tribune de Genève va-t-elle enfin se résoudre à se désolidariser de ce parasite et prendre à son encontre des mesures radicales?
Ou bien - allez savoir - la Tribune de Genève craint-elle de mécontenter le lobby juif qui la tient peut-être (et peut-être aussi Tamedia) à sa merci?
• Vais-je recevoir d'autres menaces après celle, à peine voilée, qui figure dans le commentaire de Corto publié hier sur le blog de Joseph Daher ("attendez que "Corto" s'occupe de son cas!")?
• Moshe Jaccard Boughanim agit-il sur commande? Est-il, d'une manière ou d'une autre, payé pour (passez-moi l'expression) "foutre le bordel" sur les blogs? Et si oui, par qui?
• La justice s'est-elle déjà intéressée à la comptabilité de TEVA SA?

La suite pourrait bien réserver quelques surprises.

22:41 | Commentaires (112) |  Facebook | | |

17/07/2018

Pétition pour l'abolition du financement des Églises par l'État de Vaud

Dinero_y_espíritualidad.jpg

Lire la suite

01:30 | Commentaires (49) |  Facebook | | |

14/07/2018

Vaudois/es, demandez le remboursement de l'impôt ecclésiastique!

Contrairement au canton de Genève ou à la France, le canton de Vaud n'est pas un État laïque. L'Église évangélique réformée du Canton de Vaud (EERV), reconnue comme institution de droit public, est la religion officielle du canton. Les pasteurs de cette Église sont des fonctionnaires de l'État; ils sont rétribués grâce à l'impôt ecclésiastique que tous les contribuables vaudois paient automatiquement, la plupart du temps sans le savoir.

Si le clocher d'une église ou celui de la cathédrale de Lausanne demande à être réparé, c'est également l'État qui paie, toujours avec l'argent du contribuable, que celui-ci appartienne ou non à l'EERV.

La loi vaudoise reconnaît également la Fédération ecclésiatique catholique romaine du Canton de Vaud et la Communauté israélite de Lausanne et du Canton de Vaud comme institutions de droit public dotées de la personnalité morale. Le canton subventionne largement ces Églises, que la loi met en outre au bénéfice de l'exonération fiscale.

L'art. 13 (intitulé "Financement") de la «Loi vaudoise sur les relations entre l'État et les Églises reconnues de droit public» est ainsi libellé:
"L'État assure aux Églises les moyens nécessaires à l'accomplissement de leur mission au service de tous dans le canton.
Ces moyens sont accordés sous la forme d'une subvention versée dans le cadre d'une convention signée entre l'État et chacune des Églises."


Ainsi, dans le canton de Vaud, l'impôt ecclésiastique est obligatoire pour tous et il est prélevé automatiquement, sur la base de la déclaration fiscale remplie chaque année par le contribuable, quelle que soit la confession ou l'absence de confession de celui-ci.

Si vous n'êtes membre ni de l'EERV, ni de l'Église catholique romaine, ni de la Communauté israélite (par exemple si vous êtes athée, agnostique, ou encore musulman) et que vous estimez ne pas avoir à contribuer financièrement au développement et à la prospérité des trois communautés religieuses susmentionnées, sachez que le droit vaudois vous offre la possibilité de réclamer le remboursement de l'impôt ecclésiastique que - le voulant ou non - vous avez obligatoirement payé.
En l'état actuel des la législation, cette possibilité ne vaut malheureusement que pour l'impôt communal, par pour l'impôt cantonal.

Deux précisions:
- le taux de l'impôt ecclésiastique varie de commune à commune (il se situe la plupart du temps entre 0,5 et 1% du revenu imposable);
- pour des raisons de prescription, on ne peut obtenir ce remboursement que pour les cinq dernières périodes de taxation fiscale.

L'expérience a montré que si l'on s'adresse à l'administration communale - que ce soit en se rendant au guichet ou par téléphone - pour s'informer au sujet de cette possibilité d'être remboursé de la part de l'impôt consacrée au culte, on est souvent mal renseigné par des fonctionnaires qui ne sont pas toujours bien au courant. À cela s'ajoute le fait que les administrations communales n'ont pas intérêt à donner des informations qui diminueraient leurs recettes fiscales. De plus, vous pouvez tomber sur un/e fonctionnaire croyant/e qui n'a pas envie de vous encourager dans votre démarche.
En demandant le remboursement par écrit, vous obligez la commune à rendre une décision formelle avec indication de la voie de recours.

Veuillez trouver ci-après (cliquer sur les documents pour les agrandir):

1) un exemple de lettre à adresser à l'administration des impôts de votre commune de domicile pour obtenir le remboursement de l'impôt ecclésiastique;
2) en guise d'illustration, la correspondance que j'ai reçue de ma commune de domicile en réponse à ma propre demande de remboursement.

Numériser.jpeg



Numériser 1.jpeg

13:27 | Commentaires (20) |  Facebook | | |

13/07/2018

Pronostiquez le résultat de la grande finale !

z3JEQB3coEAGLCJBEUzQ2A_96x96.png9toerdOg8xW4CRhDaZxsyw_96x96.pngPostez votre pronostic pour le match
FRANCE - CROATIE
du dimanche 15 juillet 2018 à 17h.00
en finale de la Coupe du monde de football à Moscou.

Lire la suite

11:00 | Commentaires (4) |  Facebook | | |

12/07/2018

J'ai fait un rêve...

Hier soir, j'ai regardé à la télévision la demi-finale de la Coupe du monde de football entre la Croatie et l'Angleterre. Et ce n'est pas l'équipe du pays qui compte six fois et demi plus d'habitants que la Suisse qui l'a emporté, mais bien celle du pays qui ne compte même pas la moitié du nombre des habitants de la Suisse. L'équipe croate étant la seule, si je ne fais erreur, à participer au tour final de cette Coupe du monde en ne comptant que des visages pâles dans ses rangs.

Après le match, je suis allé faire un tour sur les blogs de la TdG et me suis arrêté sur le dernier billet de Marian Stepczynski, intitulé «Le monde à la merci d’un fou?». Le sujet est d'importance: si le monde est effectivement menacé par le narcissisme et la paranoïa de l'actuel Président des États-Unis, il convient de s'en préoccuper. Un commentaire signé Daniel attirant l'attention de l'auteur du billet sur la problématique de l'art. 296 du Code pénal suisse, qui réprime les "outrages aux Etats étrangers", j'en ai profité pour donner mon point de vue dans un commentaire de mon cru.

Puis je suis allé me coucher.

Avant d'éteindre la lumière je ne manquai pas, comme à l'accoutumée, de lire un chapitre de la Bible - en l'occurence le premier du livre des Actes, où l'on trouve ce merveilleux passage: "Il [les disciples] le virent [Jésus] s’élever dans les airs et un nuage le cacha à leur vue" (verset 9, traduction Bible du Semeur).

Puis je m'endormis, heureux de ma journée (j'avais partagé le repas de midi et passé une bonne partie de l'après-midi avec mes amis de la section vallée de Joux de l'Amicale des malentendants, ce qui m'a évité d'avoir à assister à la défaite de Federer).

Au milieu de la nuit je fus soudain réveillé, au terme d'un bien curieux rêve. Qu'on en juge.

J'étais sorti me promener pour aller rendre une petite visite aux canards de la mare. Comme d'habitude, j'avais emporté des restes de pain secs. Comme chacun sait, la mare jouxte les terres de la clinique de l'éminent Dr. Zinzin, qui accueille des célébrités du monde entier. En passant, je jetai un coup d'oeil à travers la haie et quelle ne fut pas ma stupéfaction d'apercevoir, parmi les pensionnaires prenant l'air dans le jardin de la clinique, la silhouette du Président des États-Unis surmontée de son fameux toupet. Après m'être attardé un instant pour m'assurer que je n'étais pas en train de rêver, je poursuivis mon chemin. J'arrivais au voisinage de la mare lorsqu'il se produisit un phénomène tout à fait extraordinaire, auquel purent également assister les pensionnaires de la clinique: la mare était devenue une mare gonflable et s'élevait lentement dans les airs dans un joyeux tintamarre de coin-coins! Je pus observer la scène jusqu'à ce qu'une nuée ne dérobe la mare enchantée à mes yeux et à ceux ébahis des pensionnaires de la clinique.

J'aimerais demander ici à M. Ignaz, le moyne des sables, qui fréquente assidûment la bibliothécaire de la clinique, si celle-ci pourrait non seulement raconter mon rêve au Professeur Zinzin mais encore lui demander comment je dois l'interpréter et quel pourrait bien être, selon lui, le message (subliminal ou non) qu'il contient. Je serais également reconnaissant à Mmes Myriam Belakovsky et Marie Olivier, deux personnes versées dans le secteur pointu de la psychologie des profondeurs, de me faire connaître les réflexions que ce rêve leur inspire.
D'avance, un grand merci.

14:11 | Commentaires (22) |  Facebook | | |

11/07/2018

Lettre à l'ami Pierre

Unknown.jpegJe voudrais juste m'assurer, Pierre, que vous allez bien. Que vous n'êtes pas trop affecté par la fermeture (que j'espère temporaire) de votre blog.
M. Mabut, responsable des blogs de la Tribune, vous a certainement écrit pour vous expliquer le pourquoi de cette fermeture.
En ce qui me concerne, j'ai reçu un mot de sa part dans lequel il parle de "mesures conservatoires (...) prises pour faire cesser l'usage illicite de notre forum". Ce qui est plutôt vague.

Mon objectif, en alertant M. Mabut et le le médiateur de Tamédia, n'était pas la fermeture de votre blog mais le bannissement pur et simple des soi-disant Corto et Patoucha de tous les blogs de la TdG. Une mesure d'assainissement que la direction des blogs aurait dû prendre depuis longtemps, sans attendre que Corto ne s'en prenne nommément à M. Mabut pour le traiter noir sur blanc de "fils de pute", avant d'ajouter "ce type est une merde" et de compléter son attaque par des calomnies odieuses à son encontre et à l'encontre de la Tribune.

D'une manière générale, quand des mesures conservatoires sont prises, c'est dans l'attente qu'une décision définitive soit prononcée.
Je suppose que la direction de la TdG a chargé un avocat d'examiner les faits.
M. Mabut portera-t-il plainte au pénal contre Maurice Jaccard, alias Corto? S'il ne le fait pas, c'est qu'il n'a aucun sens de l'honneur. Nous n'aurions plus alors qu'à le considérer comme un guignol, mais nous n'en sommes absolument pas là.
De son côté la Tribune, elle aussi gravement attaquée par Corto, dénoncera-t-elle les faits aux autorités judiciaires?

De mon point de vue, ce qui arrive à M. Mabut est le fruit de son laxisme, ou alors de son indifférence pour le contenu des blogs confiés à sa responsabilité. La question se pose de savoir si M. Mabut n'a pas trompé la confiance placée en lui par son employeur.

Dans tous les cas, il est parfaitement possible qu'après examen approfondi, la mesure conservatoire prise à l'endroit de votre blog soit levée et que «Post Tenebras Lux» puisse non seulement redémarrer mais vivre une nouvelle jeunesse. C'est en tout cas ce que je vous souhaite (pour autant que vous le souhaitiez vous-même).

En fait, Pierre, je n'arrive pas à vous imaginer triste en raison de ce qui vient de se produire. Au contraire: je vous imagine plutôt soulagé. Est-ce que je me trompe? Corto et Patoucha devaient certainement vous taper sur le système depuis pas mal de temps. Ils pourrissaient votre blog et vous en étiez parfaitement conscient. Vous avez laissé courir en partant de l'idée que ce n'était pas à vous de faire le ménage mais au responsable des blogs (et que si celui-ci ne le faisait pas, c'était à la direction de Tribune de prendre des mesures). Vous vouliez voir et savoir jusqu'où cela pouvait aller trop loin.

Profitez du fait que votre blog se trouve provisoirement en mode "pause" pour jouir pleinement des belles journées d'été qu'il nous est donné de vivre. Le ciel vous a accordé des vacances, Pierre!

Bien amicalement,
--
Mario

09:03 | Commentaires (15) |  Facebook | | |