UA-119481582-1

Croire ou ne pas croire

  • Pour la suppression du financement des Églises par l'État de Vaud

    Je vous invite à lire et à signer la PÉTITION ci-dessous, qui a déjà recueilli plus de 750 signatures :

    https://www.change.org/p/grand-conseil-du-canton-de-vaud-pour-la-suppression-du-financement-des-églises-par-l-état-de-vaud

    FqmhGesvloZaMyk-800x450-noPad.jpg


    Dans le canton de Vaud, État souverain de la Confédération suisse, les Églises évangélique réformée et catholique romaine sont financées par l'ensemble des contribuables, personnes physiques comme personnes morales. Or, une bonne partie de ces contribuables ne se reconnaissent ni dans l'une, ni dans l'autre de ces deux Églises. Malgré cela (et le plus souvent sans qu'ils en soient conscients), la loi les contraint à assurer le financement des institutions religieuses en question par le biais de l'impôt.
    Nous sommes de plus en plus nombreux à nous insurger contre cet état de fait et à réclamer une refonte législative.
    Si vous approuvez notre démarche, vous pouvez la soutenir en
    - portant l'existence de cette pétition à la connaissance de vos amis et relations;
    - partageant son contenu sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc).

    Nota bene: il n'est pas nécessaire d'être domicilié dans le canton de Vaud pour signer !

  • Noël, la fête du Sol Invictus

    Depuis des millénaires, le solstice d’hiver fait l’objet d’une célébration, sous diverses formes selon les cultures. Sous différentes interprétations, le symbolisme est toujours le même: la victoire de la lumière sur les ténèbres. Car le solstice d’hiver ne marque pas seulement la nuit la plus longue de l’année, c’est aussi le moment où les jours commencent à rallonger.

    À l’époque de Jésus, le culte le plus pratiqué dans l’Empire romain (dont la Palestine faisait partie) était celui de Mithra, dont le nom signifie à la fois «ami» et «contrat». Le dieu Mithra est l’ami des hommes, c’est le dieu de la lumière et de la justice, qui veille au respect des alliances et des serments. Le mithraïsme était très répandu chez les soldats romains qui, de la Perse, l’importèrent en Italie où il s’implanta solidement, à Rome notamment. Les adorateurs de Mithra reconnaissaient une divinité unique, manifestée par la lumière des astres, surtout le Soleil, brillant et invincible, ennemi de la nuit et des démons. Mithra, ange de la lumière, était un serviteur du dieu Ormuzd, la lumière primitive, et l’intercesseur des hommes auprès de lui. Ormuzd représentait Dieu le Père et Mithra Dieu le Fils.

    il_340x270.1474837909_nwbo.jpgDans l’empire romain des premiers siècles de notre ère, le 25 décembre on célébrait Mithra: c’était la fête du Sol Invictus, correspondant à la naissance de ce dieu solaire (Dies Natalis Solis Invicti, jour de la naissance du Soleil invincible). Le choix du 25 décembre était en accord avec le calendrier alors en vigueur, le calendrier julien, qui fixait le solstice d’hiver à cette date erronée. En 274, le culte du Soleil invicible avait pris une telle ampleur que l’empereur Aurélien le déclara religion d’État. L’empereur Constantin (272-337) fut un fervent adorateur du Sol Invictus. S’il choisit finalement de rallier le christianisme, ce fut avant tout pour des raisons politiques (pour certains historiens, ce fut même par appât du gain: Constantin se serait fait chrétien pour mieux pouvoir piller les temples païens et financer le développement de la ville de Constantinople, à laquelle il a donné son nom et dont il fit la nouvelle capitale de l’empire romain à partir du 11 mai 330).
    82182599.jpg12b866a582e50872104911cd3f9ac57e.jpg

















    Le christianisme, qui commençait à se répandre, se trouva en concurrence avec la fête du Sol Invictus. Comment contrer le culte de Mithra, qui empêchait la nouvelle religion de se développer? Par la mise en œuvre d’un subtil syncrétisme consistant - en s’insérant dans une tradition déjà existante - à assimiler la naissance du Christ au retour de l’astre solaire, au Sol Invictus. Ce choix semble avoir été imposé aux chrétiens par l’impossibilité dans laquelle ils se trouvaient, soit de supprimer une coutume aussi ancienne, soit d’empêcher le peuple d’identifier la naissance de Jésus à celle du Soleil. C’est ainsi qu’en 354, le pape Libère désigna officiellement le 25 décembre comme fête de la naissance du Christ, devenue Noël en français par évolution de l’ancien français nael, du latin natalis (dies), soit «(le jour de la) naissance». La racine latine natal se retrouve dans les vocables Natale (italien), Natal (portugais, indonésien, javanais, malais), Nadal (occitan, catalan, galicien), qui se traduisent tous par Noël en français et renvoient au Dies Natalis Solis Invicti.

    images-1.jpeg


    Avant 354, les chrétiens ne fêtaient pas la naissance de Jésus. Plusieurs dates avaient été avancées pour sa venue au monde: le 6 janvier, le 28 mars, le 19 avril ou le 29 mai. Certaines sectes avaient choisi le 6 janvier, qui correspond aux épiphanies de Dionysos et d’Osiris – deux divinités de la végétation qui, comme le Christ, meurent et ressuscitent. Cela dit, Jésus ayant déclaré, dans une interview accordée à des Juifs: “En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis” (Jean 8:58), la question de savoir quel jour il est né devient presque anecdotique.

    Ainsi la tradition des cadeaux, des décorations, des bons repas associés aux fêtes de fin d’année a de lointaines origines et si Noël se célèbre le 25 décembre, c’est à Mithra que nous le devons. L’histoire est une continuité.

    Unknown.jpeg


    Quant à la tradition du sapin de Noël, elle a d’autres origines. Wikipédia (cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Sapin_de_Noël) rapporte que l'image de l'arbre comme symbole de renouveau de la vie est un thème traditionnel païen qui se retrouve dans le monde antique et médiéval (par exemple dans les nombreuses mythologies et le culte idolâtrique liés à l'Arbre du Monde) avant que ce symbole soit à son tour assimilé par le christianisme. Le sapin, conifère à aiguilles persistantes, rappelle depuis longtemps ce symbolisme de la renaissance lors du solstice d'hiver, comme en attestent les gravures rupestres dans les régions scandinaves. Le culte des arbres était courant dans l'Europe païenne et a survécu à la conversion de celle-ci au christianisme dans les coutumes scandinaves où persiste la tradition lors des fêtes de Yule (Yule, aussi orthographié Jul, est une fête occidentale pré-chrétienne du solstice d'hiver, l'ancêtre de Noël chez certains peuples germaniques). C’est ainsi que de nos jours, en suédois, en norvégien et en danois, Joyeux Noël se dit God Jul.

    Joyeux Noël à tous!

    Nota bene: le principal document de référence que j’ai utilisé pour rédiger cet article est une chronique signée Gabriel Racle parue en 2006 sur https://l-express.ca/sous-le-soleil-de-mithra/.
  • Après «Pour la dignité des vaches» et «Pour la dignité des animaux de basse-cour», voici «Pour la dignité des chiens»

    L'initiative populaire "Pour la dignité des animaux de rente agricoles" (communément appelée "Initiative pour les vaches à cornes"), sur laquelle le peuple suisse votera le 25 novembre, est une source inépuisable d'inspiration pour les amis des bêtes. Vous trouverez ci-dessous le texte d'une pétition qui ne devrait pas manquer de vous toucher et que vous pouvez signer en vous rendant sur https://www.change.org/p/conseil-fédéral-suisse-pour-la-dignité-des-chiens-0bfae3d8-b0ac-49de-ad96-f85bda4ceeb2

    chien-attaché-05-2016.jpg


    Lire la suite

  • Pour des volailles au plumage intact

    Ci-après une pétition que m'a inspirée l'initiative populaire "Pour les vaches à cornes", sur laquelle le peuple suisse est appelé à voter le 25 novembre.
    Celles et ceux qui approuvent voudront bien se rendre se rendre sur https://www.change.org/p/conseil-fédéral-suisse-pour-la-dignité-des-animaux-de-basse-cour pour signer et, le cas échéant, poster un commentaire.

    maxresdefault.jpg

    Lire la suite

  • Les mille et un visages de Dieu

    M. André Thomann, qui se présente lui-même comme un "vétéran aux neurones chatouilleux", a publié jeudi dernier sur son blog un billet intitulé "DIVERS", que l'on peut lire ici:
    http://a-thomann.blog.tdg.ch/archive/2018/10/25/divers-295108.html?c .
    Par deux fois j'ai posté, en le signant de mon vrai nom, un commentaire courtois et parfaitement en rapport avec le sujet proposé mais M. Thomann, sans le moindre mot d'explication, s'est abstenu de le publier. C'est sans doute son droit mais sa décision a de quoi surprendre dès lors qu'il n'a pas hésité à mettre en ligne les commentaires que lui ont fait parvenir les trolls notoires que sont M. Maurice Jaccard (qui signe Corto) et Mme Lucette Hayoun-Bessis (qui signe Patoucha), étant précisé que le second commentaire du soi-disant Corto (celui du 28.10) est une fake news alors que le commentaire de la soi-disant Patoucha (du 25.10) est dépourvu de tout intérêt (ce que j'appelle "parler pour ne rien dire"). Le commentaire - mûrement réfléchi - que j'ai adressé à M. Thomann étant d'une autre trempe, j'ai décidé de le publier sous forme de billet sur mon propre blog. Le voici.

    Lire la suite

  • Concours

    product_thumbnail.php.jpegQui fut le père biologique de Jésus de Nazareth, dit le Christ? C’est à la résolution de cette épineuse question, objet de moult controverses, que cet ouvrage est consacré. Avec, à la clé, une conclusion pour le moins déroutante.
    Ses allures de pamphlet, son parfum de scandale, son humour parfois grinçant et sa verve iconoclaste n'empêchent pas cet opuscule d'être tout à fait sérieux sur le fond.



    Toute personne ayant répondu correctement aux quatre questions ci-dessous recevra gratuitement, par la poste, un exemplaire dédicacé de mon livre L'énigme du père génétique.

    Lire la suite

  • Nouvelle plainte pénale contre Maurice Jaccard, alias Corto

    De

    Mario Jelmini 

    ................... 

    1345 Le Lieu VD
    Email: ........................................

    à

    Ministère public d'arrondissement du Nord vaudois 

    Case postale 661 

    1401 Yverdon

    RECOMMANDÉ

    1345 Le Lieu VD, le 8 octobre 2018

    Dossier N° : .........................
    Infractions contre l’honneur. Nouvelle usurpation de mon identité (injure)
    ___________________________________________________________

    Monsieur le procureur,

    Je me vois malheureusement contraint de revenir sur ma plainte du 30 juillet 2018, complétée le 7 août 2018, pour dénoncer à votre autorité de nouveaux faits survenus depuis lors.

    Le 11 septembre 2018 un commentaire portant ma signature est paru sur le blog intitulé «Liberté», édité par le journaliste genevois d’origine valaisanne Pascal Décaillet. Publié en réaction au billet intitulé «Les étrennes du jardinier», mis en ligne le 09 septembre 2018 (référence: http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/ 2018/09/09/les-etrennes-du-jardinier-294230.html?c.), ce commentaire était libellé comme suit (voir l’annexe 12, bas page 2; capture d’écran du 13.09.2018):

    “CE Charles devrait arrêter de traiter tout le monde de troll.
    Écrit par : Mario Jelmini | 11/09/2018”.

    Le commentaire en question, dont je ne suis pas l’auteur, a provoqué de ma part la réaction suivante, publiée le jour même - soit le 12 septembre - sur le blog de Monsieur Décaillet (annexe 12, pages 4-5; capture d’écran du 13.09.2018):

    Début de citation
    Monsieur Décaillet,
    Je vous prie de prendre les lignes qui suivent au sérieux et de les publier sur votre blog.
    Que diriez-vous, M. Décaillet, si un individu peu scrupuleux publiait des commentaires sur d'autres blogs de la TdG que le vôtre en les signant de votre nom pour faire croire qu'ils émanent de vous, cela dans le seul but de vous discréditer et de vous faire passer pour ce que vous n'êtes pas?
    Or, c'est précisément ce qui m'arrive.
    Charles 05 m'a interpellé au sujet d'un commentaire signé de mon nom que vous avez publié hier 11 septembre en me demandant de lui faire savoir s'il émanait véritablement de moi.
    Alerté par Charles 05, je viens de découvrir avec stupéfaction le commentaire en question et vous prie de le retirer dans les plus brefs délais car ce n'est pas moi qui l'ai rédigé et qui vous l'ai envoyé.
    Par ailleurs, je vous invite à me faire connaître les coordonnées de celui qui a ainsi usurpé mon identité afin que je puisse entreprendre à son encontre les démarches qui s'imposent.
    Je soupçonne fortement le nommé Maurice Jacques JACCARD, originaire de Sainte-Croix, plus connu sous le pseudonyme de Corto, d'être l'auteur de cette énième usurpation. Il a déjà usurpé à plusieurs reprises mon identité dans des commentaires dans le but de me calomnier, notamment le 26 juillet 2018 sur le blog de M. Norbert Maendly. À la suite de quoi, la coupe étant pleine, j'ai déposé plainte pénale contre lui pour infractions contre l'honneur (voir http://croireounepascroire.blog.tdg.ch/archive/2018/07/29/ la-plainte-293441.html).
    Le procureur en charge du dossier m'a informé qu'il avait "demandé à la police d'entreprendre les premières investigations". J'ai bien l'intention de compléter ma plainte en dénonçant cette nouvelle infraction.
    Si je n'ai pas de vos nouvelles dans les 24 heures, je ferai appel à M. Jean- François Mabut, l'administrateur responsable des blogs hébergés par la TdG, afin qu'il efface de votre blog le commentaire abusivement signé de mon nom.
    Merci de votre compréhension.
    Écrit par : Mario Jelmini | 12/09/2018
    Fin de citation.

    Bien qu’ayant publié mon commentaire ci-dessus, M. Décaillet n’en a pas pour autant donné suite à ma demande de supprimer le commentaire qui usurpait mon identité. Je me suis alors tourné vers le responsable des blogs de la Tribune de Genève, M. Jean-François Mabut, qui a fait le nécessaire le 13 septembre (annexe 13, ch. 4). En lisant l’échange de mails que j’ai eu avec M. Jean- François Mabut depuis le 13 septembre jusqu’à ce jour (annexe 13), vous constaterez que celui-ci a refusé de me communiquer les adresses email et IP de la personne qui a usurpé mon identité (annexe 13, ch. 5 à 9). Ce qui m’amène, Monsieur le Procureur, à vous prier de bien vouloir donner les instructions nécessaires afin que l’identité de cette personne soit formellement établie.

    Je note que le commentaire incriminé s’inscrit dans la lignée des usurpations de mon identité déjà perpétrées par le sieur Maurice Jaccard et que ces usurpations ont à chaque fois pour but (et certainement aussi pour effet) de ternir ma réputation auprès des usagers des blogs de la Tribune de Genève. En ce sens, je les ressens (et elles doivent être objectivement considérées) comme autant d’outrages faits à mon honneur. Or, l’art. 177 du Code pénal suisse (CPS), qui réprime l’injure, est applicable à toute personne ayant “attaqué autrui dans son honneur”, notamment par le moyen de l’écriture. (1)

    En vous remerciant de verser ce complément de plainte au dossier de l'instruction, je vous prie d'agréer, Monsieur le procureur, les assurances de ma haute considération.

    M. Jelmini

    Annexes mentionnées, portant numéros 12 (4 pages) et 13 (5 pages).

    (1) Ceci en attendant que le CPS soit complété par un art. 179 decies punissant expressément “l’usurpation d’identité d’une peine privative de liberté d’un an au plus ou d’une peine pécuniaire” (extrait du Message adressé le 15 septembre 2017 aux Chambres fédérales par le Conseil fédéral suisse «concernant la loi fédérale sur la révision totale de la loi fédérale sur la protection des données et sur la modification d’autres lois fédérales»; voir FF 2017, haut page 6597; publié sur https://www.admin.ch/opc/fr/federal-gazette/2017/6565.pdf).

  • L'ayatollah Haniq Ramdam lance une fatwa contre le soi-disant prophète Mario Jelmini

    FATWA ÉMISE LE 16 DHOU AL-HIJJA 1439 (2018 الثلاثاء، 28 آب) PAR L'AYATOLLAH HANIQ RAMDAM


    Au nom de Dieu tout-puissant Everybody_Draw_Mohammed_Day_-_Mohammed_by_christianne_in_leather.jpg
    (il n'y a qu'un Dieu, à qui nous retournerons tous).

    Dans un texte intitulé «Appel à tous les fidèles: participez à la guerre sainte» publié le 25 août sur le blog «Croire ou ne pas croire» hébergé par la Tribune de Genève, le pseudo-prophète pastafarien Mario Jelmini a gravement offensé le très saint et très glorieux Allah ainsi que le vénérable prophète Mahomet (paix et salut sur lui) et l'islam tout entier en portant au crédit du pastafarisme des valeurs non négociables qui sont l'apanage exclusif de la religion musulmane.
    C'est ainsi que dans son ignominie, ce prophète à la noix s'est permis de plagier le saint Coran et d'écrire:

    • "Ô croyants! N'entretenez aucune relation avec les ennemis du Monstre en Spaghetti Volant",
    alors que cette injonction, qui entame la sourate 60, est réservée aux relations que les musulmans doivent avoir (ou plutôt ne pas avoir) avec les mécréants qui refusent de se soumettre à la domination d'Allah;

    • "Combattez les infidèles qui vous entourent, qu'ils vous trouvent toujours impitoyables à leur égard. Sachez que le Monstre en Spaghetti Volant est avec ceux qui le craignent"
    (voir la sourate 9, verset 123; l'ignoble prophète auto-proclamé du pastafarisme Mario Jelmini s'est rendu coupable de sacrilège en remplaçant le saint nom d'Allah par celui d'un Monstre hideux n'ayant aucune espèce de réalité);

    • "Combattez les mécréants jusqu’à ce que tout culte soit consacré au Monstre en Spaghetti Volant et à lui seul"
    (voir la sourate 2, verset 193; l'exécrable prophète pastafarien a honteusement remplacé le nom de l'amène Allah par celui de l'odieux monstre volant qu'il voudrait nous faire prendre pour une divinité);

    • "Faites la guerre à ceux qui ne croient point au Monstre en Spaghetti Volant et à ceux d'entre les hommes des Écritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu'à ce qu'ils soient soumis"
    (voir la sourate 9, verset 29; là encore, l'abject plagiaire pastafarien a scandaleusement remplacé le nom d'Allah le miséricordieux par celui du répugnant Monstre en Spaghetti);

    • "Saisissez les infidèles et mettez-les à mort partout où vous les trouverez. Ne cherchez parmi eux ni protecteur ni ami"
    (sourate 4, verset 91 in fine);

    • "Quand vous rencontrerez les incrédules, tuez-les jusqu'à en faire un grand carnage"
    (sourate 47, verset 4);

    • "Tuez les idolâtres partout où vous les trouverez. Faites-les prisonniers, assiégez-les, dressez-leur des embuscades; mais s'ils se convertissent au Monstre en Spaghetti Volant, alors laissez-les tranquilles, car le Monstre en Spaghetti Volant est indulgent et miséricordieux"
    (voir la sourate 9, verset 5; une nouvelle fois, l'abject plagiaire pastafarien a ignominieusement remplacé le nom d'Allah le bienfaiteur par celui du méprisable Monstre devant lequel il s'incline);

    • "La récompense de ceux qui font la guerre contre le Monstre en Spaghetti Volant et contre son prophète c'est qu'ils soient tués ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas. Et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment. Car ce qui attend les infidèles, c’est le châtiment du Feu"
    (voir la sourate 5, verset 33; que la malédiction frappe ceux qui remplacent le saint nom d'Allah par celui d'un monstre sorti de leur imagination dévoyée).

    Outré par tant d'infamie j'ai décidé, moi Haniq Ramdam, de faire usage de l'autorité qu'Allah m'a confiée et des pouvoirs qu'Il m'a conférés pour décréter la condamnation à mort de l'infect mécréant et usurpateur Mario Jelmini, auteur du torchon intitulé «Appel à tous les fidèles: participez à la guerre sainte» qui a été publié sur le blog «Croire ou ne pas croire» au mépris de l'Islam, du Prophète (paix et salut sur lui) et du saint Coran. J'appelle tous les musulmans zélés à zigouiller rapidement ce sinistre individu, où qu'ils le trouvent, afin que personne n'insulte les saintetés islamiques.
    Celui qui sera tué en voulant exécuter la présente fatwa sera considéré comme un martyr.
    Telle est la volonté de Dieu.
    Que Dieu vous bénisse tous.
    --
    Haniq Ramdam [*], ayatollah au service de la vérité, de la justice et de la fraternité

    [*] http://www.cnrtl.fr/definition/ramdam

    rightgod.jpg

  • Appel à tous les fidèles: participez à la guerre sainte!

    sc0424b741.jpgQui suis-je?
    Mon nom est Mario Jelmini.

    Je suis le dernier en date et le plus grand des prophètes.

    Ma religion?
    Le pastafarisme.

    Lire la suite

  • La plainte, complément du 07.08.2018

    Mario Jelmini

    Grand-Rue 11
    
1345 Le Lieu VD


    à


    Ministère public d'arrondissement
    du Nord vaudois

    Case postale 661 

    1401 Yverdon


    RECOMMANDÉ


    1345 Le Lieu VD, le 7 août 2018


    Complément à ma plainte pénale du 30 juillet 2018 pour infractions contre l'honneur ———————————————————————————————————————————

    Monsieur le premier procureur,

    Mesdames et Messieurs les procureurs/eures,

    Par les présentes je dénonce encore un fait survenu après l'envoi de ma plainte pénale du 30 juillet.

    Le 2 août 2018, dans la matinée, le nommé Maurice Jaccard, utilisant une fois de plus le pseudonyme de Corto, a posté sur le blog de M. Norbert Maendly, qui l'a publié sans le modérer, un commentaire dans lequel il me traite de "pauvre type" (annexe 10, capture d'écran du 02.08.2018, page 2 sur 3).

    J'ai réagi à cette nouvelle agression en postant à mon tour le commentaire suivant (annexe 10, page 2):
    "Que le sapeur-pompier Norbert Maendly ait accepté de publier ce commentaire où, une fois de plus, le soi-disant Corto me manque du plus élémentaire respect, il va le regretter amèrement.
    De plus, il est inadmissible que la Tribune de Genève continue à tolérer de tels excès. On en arrive à un point où, en application des principes généraux du droit, sa responsabilité, qu'elle le veuille ou non, est engagée."

    Un peu plus tard, en réponse à un autre commentaire désobligeant de Jaccard alias Corto (annexe 10, page 3), j'ai été amené à préciser ce qui suit (annexe 10, page 3):
    "Si ma signature a été radiée, c'est parce qu'ayant pris ma retraite, je ne travaillais plus au CMS de la Vallée de Joux et ne remplissais donc plus les conditions pour engager la Fondation par ma signature.
    C'est aussi simple que cela.
    Une fois de plus, il est inadmissible que M. Norbert Maendly accepte de publier des commentaires aussi mal intentionnés et ridicules que celui-ci.
    Il est tout aussi inadmissible que la Tribune de Genève persiste, malgré tous les excès dont sa plateforme a été le théâtre, à permettre aux blogueurs d'opter pour une publication sans modération des commentaires. En cela, il est clair que sa responsabilité est engagée et qu'elle ne saurait s'y soustraire."

    Toujours le 2 août, Maurice Jaccard a encore posté quatre courts commentaires qu'il a signés, dans le but évident de me dénigrer, du nom de Maria Djelmina (voir l'annexe 10, page 4; capture d'écran du 04.08.2018).


    Ma plainte pénale du 30 juillet était dirigée contre les sieurs Maurice Jaccard (commentateur), Joseph Daher (éditeur de blog) et Norbert Maendly (lui aussi éditeur de blog). Après mûre réflexion, je vous prie de considérer que pour l'ensemble des faits dénoncés dans ma plainte du 30 juillet ainsi que pour ceux rapportés dans le présent complément, ma plainte est également dirigée contre:
    - la Tribune de Genève (rue des Rois 11, 1211 Genève 11), qui héberge les blogs de MM. Daher et Maendly;
    - la personne de M. Jean-François Mabut, journaliste, administrateur et animateur du forum des blogs http://blog.tdg.ch.

    À partir du 23 juillet à 12h53 (annexe 10, page 1), M. Jean-François Mabut a laissé M. Norbert Maendly libre de publier sur son blog les inepties de Corto, étant précisé qu'à ce jour il est toujours possible de les lire en se rendant sur http://nmaendly.blog.tdg.ch/archive/2018/07/23/affaire-benalla-293366.html.

    M. Mabut porte une lourde responsabilité dans tous ces dérapages. Chargé par la Tribune de Genève (TdG) de veiller à la bonne marche des blogs, il a failli à sa tâche par son laxisme. Bien des fois, il a été alerté par différents internautes mais il est demeuré inactif, impassible, sans réaction, comme si rien ne se passait ou comme si tout cela lui était égal. Il a laissé les choses s'envenimer alors qu'il aurait dû intervenir et fermer le blog de Norbert Maendly. S'il avait été un tant soit peu vigilant, le mal aurait pu être évité. Je ne peux pas m'empêcher de considérer que si mon honneur a ainsi pu être bafoué à réitérées reprises, c'est parce que la paire Maurice Jaccard - Norbert Maendly a bénéficié d'un blanc-seing de M. Mabut. Aussi me paraît-il normal que ce dernier assume sa part de responsabilité, aux côtés de l'auteur du commentaire et de l'éditeur du blog. Le comportement dont a fait montre M. Mabut (passivité, inertie, laisser faire, absence d'intervention) relève pour le moins d'une négligence coupable. Il ne saurait être mis au bénéfice de l'art. 12, al. 3 CPS dans la mesure où il ne pouvait pas ignorer que son inaction risquait d'avoir des conséquences sur le plan juridique. En effet: M. Mabut n'est pas un Béotien puisqu'il "anime le forum des blogs de la Tribune de Genève depuis mars 2007" (il s'agit de ses propres termes; pour preuve, lire http://kiwanis-metropole.ch/programme/jean-francois-mabut/).

    Quant à savoir si le comportement inconséquent et apathique observé par M. Mabut fait de lui un coauteur ou simplement un complice, la question est ouverte.

    Dans un email qu'il m'a envoyé le 3 août, M. Jean-François Mabut m'a écrit ceci:
    "A la différence du courrier des lecteurs qui est publié dans le journal, nous considérons que les blogs sont édités sous la seule responsabilité des blogueurs, y compris les commentaires que ceux-ci acceptent de voir publiés sous leurs notes. Ce point est cependant controversé. D'aucuns jugent que les hébergeurs de blogs portent une coresponsabilité comme si le facteur était responsable du contenu des lettres ou des paquets qu'ils transportent ou l'Etat responsable du chargement des camions et de l'occupation des automobiles. S'ils n'en sont pas responsables, ils ont néanmoins le devoir de mettre en oeuvre des mesures de contrôle pour entraver et découvrir les trafics illicites. Il en va de même sur les réseaux sociaux. Sur les forums de blogs, les hébergeurs comptent sur l'alerte mutuelle des internautes pour réguler la plateforme."

    À propos du rapprochement effectué par M. Mabut avec le facteur qui livre une lettre ou un colis, que l'on me permette cette observation: le facteur qui dépose une enveloppe dans une boîte aux lettres n'a aucun moyen de prendre connaissance du contenu de la lettre qui se trouve à l'intérieur de l'enveloppe alors que M. Mabut (respectivement: la TdG, en tant qu'hébergeur de blogs) jouit d'un accès total et permanent au contenu des blogs et aux commentaires qui y sont publiés. La comparaison est donc fallacieuse.

    La plateforme des blogs de la TdG permet aux blogueurs d'opter pour une publication sans modération des commentaires. La TdG aurait très bien pu faire le choix de ne pas offrir cette possibilité aux blogueurs. Du moment qu'elle a fait le choix de la mettre à leur disposition, elle doit assumer sa part de responsabilité lorsque la mise en oeuvre par le blogueur de l'option "publication sans modération" débouche sur la mise en ligne automatique de commentaires qui tombent sous le coup de la loi.


    Vu l'ampleur (toute relative, j'en conviens) prise par cette affaire, je modifie comme suit la conclusion prise sous chiffre V de ma plainte du 30 juillet:
    Pour le tort moral subi en raison des agissements coupables des sieurs Jaccard, Maendly, Daher, Mabut et de la Tribune de Genève (toutes personnes ou entités ayant participé directement ou indirectement à la mise en ligne et au maintien des contenus attentatoires à mon honneur), je requiers une indemnité de Fr. 4’500.— au minimum.


    En vous remerciant de verser ce complément de plainte au dossier de l'instruction, je vous prie d'agréer, Monsieur le premier procureur, Mesdames et Messieurs les procureurs/eures, les assurances de ma haute considération.


    ( signé )
    __________________________
    M. Jelmini




    Annexe mentionnée, portant numéro 10 (4 pages)




    Quelques considérations postliminaires

    La publication sur le réseau internet des propos délictueux dénoncés dans ma plainte est imputable à l'action conjointe de plusieurs personnes, à savoir:
    - un commentateur se camouflant derrière plusieurs pseudonymes, M. Maurice Jaccard;
    - des éditeurs de blogs acceptant de publier des commentaires sous pseudonymes, MM. Norbert Maendly et Joseph Daher;
    - un hébergeur de blogs autorisant les éditeurs à publier des commentaires sous pseudonymes et sans vérification préalable de leur contenu, la Tribune de Genève;
    - un administrateur des blogs, M. Jean-François Mabut, désigné et rétribué par l'hébergeur, ayant pour mission de gérer la plateforme, notamment de veiller à la bonne tenue des blogs hébergés et à la légalité (conformité au droit) de leur contenu.

    Il incombera à l'autorité judiciaire appelée à statuer de se prononcer sur le degré de responsabilité, au regard du droit pénal, de chacun des intervenants susmentionnés. Plusieurs commentateurs l'ont relevé: dans ce domaine et dans notre pays, on se trouve actuellement dans une situation de semi-vide juridique. La doctrine est maigre et la jurisprudence quasi inexistante (l'absence de jurisprudence se fait sentir jusqu'au Conseil suisse de la presse).

    On peut comparer les différents acteurs de la production blogosphérique aux rouages d'un mécanisme. À la base de ce mécanisme (premier niveau) se trouve l'hébergeur, qui met le blog à disposition du public en prenant le risque que des dérapages s'y produisent [1]. Le rouage suivant (deuxième niveau) est constitué par les administrateurs responsables de blogs. Puis viennent les blogueurs eux-mêmes (troisième niveau) et enfin les commentateurs (quatrième niveau). En Suisse, comme aucune loi ne traite spécifiquement de la responsabilité des hébergeurs et des administrateurs de blogs, celle-ci doit être examinée au cas par cas en application de dispositions légales à portée plus générale.


    [1] Un article intéressant traitant de la responsabilité de l'hébergeur peut être consulté à la page https://www.pacaud-avocat.fr/responsabilite-hebergeur-contenu-utilisateurs/.



  • Monsieur le Directeur

    Ainsi donc, le troll le plus célèbre de la blogosphère romande, le commentateur aux multiples pseudos (avec une prédilection pour «Corto», même s'il signe volontiers «Valium» depuis quelques jours), se nomme en réalité Maurice Jacques JACCARD, né le 24 août 1955 à Lausanne, originaire de Sainte-Croix, double national suisse et israélien.

    La Feuille Officielle Suisse du Commerce (FOSC) atteste que Maurice Jaccard est l'un des deux directeurs de la société TEVA S.A., dont le siège social a été transféré, en septembre 2017, de Genève à 1450 Sainte-Croix, rue de l'Industrie 21.

    Un directeur d'entreprise qui passe ses journées à faire le troll sur internet en postant des dizaines et des dizaines de commentaires sur des blogs, il se trouve que ça m'interpelle. Pas vous?

    Quid de cette société TEVA S.A., au sein de laquelle Maurice Jaccard occupe un poste de directeur? Selon ses statuts, elle se consacre à l'importation, l'exportation, la distribution et la vente de produits naturels.

    Vérifications faites, TEVA S.A. n'exerce aucune activité digne de ce nom à Sainte-Croix. Elle n'y possède aucun bureau, aucun local. Si l'on adresse par la poste un courrier à "TEVA S.A., rue de l'Industrie 21, 1450 Sainte-Croix", celui-ci est distribué à la fiduciaire JAQUES S.A., elle-même domiciliée rue de l'Industrie 21 à 1450 Sainte-Croix, où elle occupe de vastes locaux sis au 4e étage (la société est très active dans le secteur de la gérance immobilière). Au rez-de-chaussée de l'immeuble, on ne trouve aucune boîte aux lettres au nom de TEVA S.A. DSC00247.JPGPar contre, sur la boîte aux lettres de la fiduciaire JAQUES S.A., une étiquette portant la mention TEVA S.A. a été ajoutée (photo ci-contre).
    À la réception de JAQUES S.A., on m'a confirmé que la fiduciaire faisait office de boîte aux lettres pour TEVA S.A., se bornant à transmettre le courrier qui lui parvenait au nom de TEVA S.A. à une adresse que l'on n'a pas voulu me communiquer.

    En fait, TEVA S.A. est dirigée par deux hommes, chacun portant le titre de Directeur et engageant la société par sa signature individuelle. Il s'agit de:
    - Maurice Jaccard (selon son passeport suisse) ou Moshe Jaccard Boughanim (selon son passeport israélien);
    - Lucien Jason ZBINDEN, originaire de Genève, prétendument domicilié à La Rippe.
    Ce dernier, outre sa fonction de Directeur, est l'administrateur unique de la société.

    Qui est donc Lucien Jason Zbinden, apparemment l'homme fort de Teva SA ?
    DSC00242.JPGEn juillet 2016, Lucien J. Zbinden a fondé une entreprise nommée «Z-Expert», qui était domiciliée rue des Grottes 26, c/o Michèle Favey, 1201 Genève (c'est-à-dire à l'adresse officielle de Maurice Jaccard depuis au moins de 2010 jusqu'à son "déménagement" à Sainte-Croix). Le but de l'entrepise Z-Expert? La FOSC 141 du 22.07.2016 fournit la réponse: exploitation d'une entreprise de renseignements et de surveillance...
    Le 11 juin 2018 (c'est tout récent), la FOSC annonce que l'inscription de l'entreprise «Z-Expert» "est radiée par suite de cessation de l'exploitation".
    Bizarre.

    Qui tire les ficelles de TEVA S.A.? La question se pose: Lucien Zbinden et Maurice Jaccard ne seraient-ils que des hommes de paille?

    Il y a une dizaine de jours, j'ai écrit à TEVA PHARMA S.A. à Bâle (190 employés), filiale suisse de la multinationale israélienne TEVA, laquelle fait partie du top 10 mondial des entreprises pharmaceutiques et s'est imposée comme le leader mondial en matière de médicaments génériques, notamment avec sa marque «mepha». Je leur ai demandé si TEVA S.A. à Sainte-Croix était l'une de leurs officines ou si au contraire cette société ne faisait pas de l'ombre au groupe TEVA.
    À ce jour, je n'ai reçu aucune réponse.

    J'en suis là de mes investigations.

    (À suivre)

  • La plainte

    À deux reprises, j'ai annoncé sur ce blog que je publierais le texte de ma plainte pénale contre Maurice Jaccard, alias Corto.
    Chose promise, chose due: ceux que le contenu de cette plainte intéresse peuvent en prendre connaissance en cliquant sur le lien ci-dessous (en rouge!).

    Comme également annoncé, je laisse mon blog ouvert afin de pouvoir tenir ceux qui le souhaitent au courant de l'évolution et de l'issue de la procédure, qui va certainement durer longtemps. Cela me permettra de donner satisfaction aux commentateurs qui m'ont fait part de leur désir d'être informés de la date et du lieu des audiences afin de pouvoir y assister.

    Pour le reste, je tourne désormais le dos à la plateforme des blogs de la Tribune de Genève. Je serai susceptible d'y revenir si la Direction du journal, prenant enfin conscience de la gabegie qui règne sur cette plateforme, se décide à prendre des mesures. À commencer par celle de remplacer l'actuel "animateur du forum des blogs" (sic), qui n'anime rien du tout.

    À bon entendeur, ave.

    Lire la suite