UA-119481582-1

08/05/2018

Quelques considérations au sujet de l’Ascension

L’Ascension est une fête chrétienne commémorant la montée au ciel de Jésus, trente-neuf jours après Pâques (cf. Luc 24:51 et Actes 1:1-11). La croyance en cette montée au ciel repose - en tout et pour tout - sur les cinq versets suivants du Nouveau Testament, dont on conviendra qu’ils la relatent de manière extrêmement sommaire:

  • Après leur avoir parlé [aux Onze], le Seigneur Jésus fut enlevé au ciel et il s'assit à la droite de Dieu” (Marc 16:19; question incongrue: d’où le rédacteur tient-il que Jésus s'est assis à la droite de Dieu?); 
  • Pendant qu'il [Jésus] les bénissait [les Onze apôtres], il se sépara d'eux et fut enlevé au ciel” (Luc 24:51); 
  • Il [Jésus] fut enlevé au ciel” (Actes 1:2); 
  • Après avoir dit cela, il [Jésus] fut élevé pendant qu'ils [les Onze apôtres] le regardaient et une nuée le déroba à leurs yeux” (Actes 1:9); 
  • Ce Jésus qui (...) a été enlevé dans le ciel” (Actes 1:11). 

Il faut tout de suite préciser que Marc 16:19 n’a pas à être pris en considération car les versets 9 à 20, qui closent le dernier chapitre de l’Évangile qui porte ce nom, ne figurent pas dans les plus anciens manuscrits, ce qui veut dire qu’ils ne sont pas d’origine et ont été ajoutés ultérieurement (sans doute par un connaisseur de Luc). Il ne reste donc que le “témoignage” de Luc (lequel n’a pas assisté à la scène), celui-ci n’étant pas seulement l’auteur de l’Évangile qui porte son nom mais aussi du livre des Actes. C’est en vain que l’on chercherait une trace de l’élévation au ciel de Jésus dans les Évangiles selon Matthieu et selon Jean. À propos de l’Évangile johannique, son dernier verset (21:25) a la teneur suivante: “Il y a encore beaucoup d'autres choses que Jésus a faites. Si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde entier pourrait contenir les livres qu'on écrirait”. Peut-on imaginer un instant que si Jésus était monté au ciel sous le regard ébloui de ses apôtres, les auteurs du selon Jean (qui écrivent après Paul et après les autres évangélistes) se seraient abstenus d’en parler, alors que cela leur aurait permis de terminer leur Évangile en apothéose? 

Si Luc a fait monter Jésus au ciel, c’est qu’il a voulu lui donner une envergure comparable à celles [1] d’Élie, [2] du Bouddha et d’autres héros vénérés, pour la plupart mythiques, tels [3] Ariane, [4] Empédocle, [5] Romulus, Hercule et Médée. Examinons la chose de plus près. 

[1]  En le faisant s’élever vers le ciel, Luc permettait à Jésus d’acquérir une stature digne d’Élie. Pour mémoire, Élie est ce prophète majeur dans les religions abrahamiques qui, au IXe siècle avant J.-C., à Sarepta (localité proche de Sidon), avait obtenu de Dieu la résurrection d’un garçonnet qui venait à peine de décéder, emporté par une soudaine maladie (cf. I Rois 17:17-23). Mais c’est surtout la manière dont Élie quitta la surface de la terre qui est intéressante. II Rois 2:11 décrit ainsi la disparition de l’homme de Dieu, sous les yeux ébahis de son adjoint et successeur désigné, Élisée: “Et Élie monta au ciel dans un tourbillon” (voir aussi II Rois 2:1). Un exploit digne de David Copperfield. On eut beau lancer cinquante hommes vaillants pendant trois jours à la recherche de celui qui était disparu au-delà du Jourdain (cf. II Rois 2:7-8), on ne parvint pas à le retrouver (cf. II Rois 2:16-18). “Cinquante hommes vaillants” (II Rois 2:16), c’est dire si l’on se méfiait de ce qu’Élisée avait pu raconter. Pressé de succéder à Élie, Élisée? Peut-être est-ce d’homicide, pas seulement d’imposture qu’on le soupçonnait. Un cadavre est vite enfoui dans le sable... - n’est-ce pas Moïse (cf. Exode 2:12)? Quoi qu’il en soit, si l’on voulait que la légende de Jésus surpasse celle du Précurseur, de l’Annonciateur (deux épithètes appliquées à Élie), il fallait encore que Jésus, une fois ressuscité, soit lui aussi “enlevé au ciel”. À légende (Élie), légende et demie (Jésus). Et cela quand bien même Jésus tenait lui-même l’ascension d’Élie pour une légende, sinon il n’aurait pas affirmé: “Personne n'est monté au ciel” (Jean 3:13). 

[2]  Bouddha (...) fit apparaître une allée de pierres précieuses flottant haut dans l’air et il s’élança jusqu’au-dessus de celle-ci. Ensuite, il demeura immobile un instant, flottant dans le vide. De là, il (...) fit jaillir de grandes flammes par certaines parties de son corps, comme les oreilles, les yeux, la bouche ou même les pores de sa peau, tandis que de l’eau émergeait par d’autres parties de son corps. (...) Plus tard, lorsque la démonstration fut terminée, Bouddha ne redescendit pas. Au contraire, il monta et disparut dans le ciel” (source: «http://www.dhammadana.org/bouddha/pouvoirs.htm»). En voilà, une montée au ciel qui a de la classe! 

[3]  Dans sa Théogonie, Hésiode (poète grec du huitième siècle av. J.-C.) affirme qu'Ariane, fille du roi de Crète, fut transportée au ciel, Zeus l'ayant rendue immortelle (source: «http://fr.wikipedia.org/wiki/Ariane_(mythologie)#Ariane.2C_princesse_immortalisée»). 

[4]  Philosophe grec présocratique, Empédocle d’Agrigente vécut au Ve siècle avant J.-C. “La tradition enjolive la mort d’Empédocle autant qu’elle a embelli sa vie; il disparut un soir, après un souper réunissant ses plus chers disciples. On l’entendit appeler par une voix céleste – il se fit une grande lumière – et le philosophe disparut aux yeux des convives” (Carl Grimberg, Histoire universelle, Collection Marabout Université, Éditions Gérard et C°, Verviers 1963, tome 2, page 17). 

[5]  Dans l’article de Wikipédia intitulé «Ascension (fête)», le rédacteur (qui renvoie à Daniel Marguerat, L’aube du christianisme, éd. Bayard/Labor et Fides, 2008, pp. 425- 427) écrit ce qui suit: “Il est possible que l’auteur de Luc et des Actes s’inspire d’une tradition populaire faisant un parallèle avec les assomptions respectives de Moïse, d’Hénoch ou d’Esaïe, ou encore avec d’autres récits édifiants mettant en scène l’élévation de personnages illustres de la mythologie gréco-romaine, comme Romulus, Hercule ou Médée, voire des apothéoses d’empereurs romains, dans une démarche et un récit qui tendent à historiciser le phénomène d’élévation de Jésus”. 

Jésus monté au ciel? Comme bien d’autres avant lui. 

L’ascension? Un mythe. 

16:10 | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

Au nom du Père Tout-Puissant qui est dans les cieux pour l'éternité et au-delà, moi, Gabriel, ange de mon état, j'ai l'honneur de certifier en ce lieu béni que l'auteur du blog «Croire ou ne pas croire», de création récente, est inspiré par le Dieu du ciel quand il rédige ses billets, au même titre qu'ont été divinement inspirés avant lui les nommés Moïse, Ésaïe, Jérémie, Ézéchiel, Jésus, Mahomet, Joseph Smith, Coluche, pape François, Myriam Belakovsky et bien d'autres (la liste n'est pas exhaustive).
Message descendu du ciel avec les réserves d'usage et les meilleures salutations du Patron.

Écrit par : L'ange Gabriel | 09/05/2018

Répondre à ce commentaire

Il faut saluer l'ouverture de ce blog et les sujets abordés. Il faut être également courageux dans la gestion, encore plus éviter qu'il devienne un bac à sable ou la discussion de bistro, les attaques personnelles, les rumeurs et mensonges les plus crasses finissent par ternir l'auteur et l'objectif.

Enfin, étudier les croyances en particulier religieuses, demande une distanciation certaine, une dimension hors norme, un fair-play à toute épreuve, et, une "sacré" motivation.

Le monde religieux issu du monde du plus fort et du plus rusé a accouché des religions ou les manipulations du conscient et de l'inconscient et ce, dès l'enfance. Il a permis et permet encore aujourd'hui aux despotes et rois de tous poils et leurs obligés de se gaver, s'enrichir à bon compte et guerroyer pour dieu hibou et ses fables. Bon, certains se sont reconvertis dans la people mais restent à l’affût pour retrouver le pouvoir.

Un blog avec la possibilité de commenter en donnant des liens instructifs sera soutenu.

Bonne route........

Écrit par : Pierre NOËL | 13/05/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.