UA-119481582-1

15/05/2018

Qu’est-ce qui mène le monde?

J'aimerais rebondir sur cette remarque formulée aujourd'hui 15 mai par Daniel dans son commentaire sur mon billet du 11 mai intitulé La Vierge Marie: immaculée ou... inoculée?:
"je ne vois pas ce que peut apporter un malade mental hormis sa folie".

Qu’est-ce qui mène le monde? Si beaucoup considèrent que la folie mène le monde [1], nombreux sont ceux qui affirmentUnknown.jpeg: c’est Dieu qui mène le monde. Si l’on admet maintenant que Dieu est atteint de folie, Unknown.jpegnon seulement les deux positions sont compatibles mais elles se recoupent au point de n’en constituer qu’une seule. Ainsi, une organisation qui se donnerait pour objectif de créer un monde sans folie, sans haine [2], sans guerres [3] et sans criminels [4] devrait commencer par débarrasser celui dans lequel nous vivons du Dieu des juifs, des chrétiens et des musulmans (plus généralement: de toutes les divinités juives, chrétiennes et musulmanes qui l’encombrent).


[1] “La folie mène le monde”: ce constat est à la base de L’Éloge de la Folie, le célèbre ouvrage d’Érasme de Rotterdam (vers 1469-1536).
Jésus avait déjà mis le doigt dessus: “Êtes-vous donc sans intelligence?” (Marc 7:18).

[2] • “Et Dieu trouve contre moi des motifs de haine; il me traite comme son ennemi” (Job 33:10, c’est Job qui parle; au gré des traductions, on trouve “hostilité” ou “mépris” au lieu de “haine”; rappel: Job est ce serviteur de l’Éternel que celui-ci qualifie, en Job 1:8, d’“homme intègre et droit, craignant Dieu et se détournant du mal”); • “C'est parce que l'Éternel nous haïssait qu'il nous a fait sortir du pays d'Égypte” (Deutéronome 1:27; “nous” désigne ici les Israélites); • “Je l’ai pris en haine” (Jérémie 12:8 in fine; c’est l’Éternel qui parle; le “l’” se rapporte à “mon peuple”, c’est-à-dire au peuple d’Israël); • “Je les ai pris en haine, (...) je n'aurai plus d'amour pour eux” (Osée 9:15; c’est l’Éternel qui parle; “les” et “eux” se rapportent aux “fils d’Éphraïm”, Éphraïm étant le nom de la tribu la plus importante du Royaume d’Israël); • “J'ai haï Ésaü, j'ai fait de ses montagnes une solitude, j'ai livré son héritage aux chacals du désert” (Malachie 1:3; c’est l’Éternel qui parle).

Unknown-1.jpeg


[3] • “L'Éternel dit à Josué [successeur de Moïse]: «(...) Prends avec toi tous les hommes de guerre et lève-toi, monte attaquer Aï (...)»” (Josué 8:1); • “Vaillant guerrier, l’Éternel est avec toi!” (Juges 6:12; parole adressée à Gédéon par l’ange de l’Éternel); • “Cette guerre n'est pas votre affaire, c'est celle de Dieu” (II Chroniques 20:15 in fine, traduction Bible du Semeur; pour leur part, Louis Segond et Segond 21 traduisent de la manière suivante: “Ce ne sera pas vous qui combattrez, ce sera Dieu”); • “Beaucoup tombèrent dans le combat, parce que cette guerre venait de Dieu” (I Chroniques 5:22; autres traductions: ◊ “Dieu ayant mené le combat, la plupart avaient été tués”, ◊◊ “Il y eut beaucoup de morts, parce que le combat venait de Dieu”); • “Proclamez ceci parmi les nations: «Préparez la guerre! (...) Que tous les combattants s’avancent et qu’ils entrent en campagne! De vos socs, forgez des épées et de vos serpes, des lances»” (Joël 3:9-10 ou 4:9-10, selon la numérotation adoptée; c’est l’Éternel qui parle, poussant les peuples à se combattre); • “Levez-vous, ordonne l'Éternel, marchez contre ce peuple paisible [Hatsor, dans le nord-est de l’Arabie] qui vit en sécurité dans ses demeures; ils n'ont point de portes closes, point de verrous” (Jérémie 49:31); • “Monte contre le pays rebelle [la Babylonie] et châtie ses habitants! Poursuis-les, voue-les à l’extermination, dit l'Éternel. Fais tout ce que je t’ai ordonné!” (Jérémie 50:21; lire aussi Jérémie 50:9-10 et 51:20-24).

[4] La criminalité est omniprésente dans la Bible. Cela commence par Caïn (profession: cultivateur), qui tua son frère Abel (lequel était berger) pour une sombre histoire d’offrandes à l’Éternel (cf. Genèse 4:1-16, en particulier 4:2 in fine et 4:8). Sans les réactions incompréhensiblement divergentes de l’Éternel face à ces offrandes, il n’y aurait pas eu de meurtre. La responsabilité de l’Éternel est donc fortement engagée dans cette ténébreuse affaire.
S'agissant de Moïse, on s’est demandé ce qui avait bien pu lui valoir le redoutable honneur d'être choisi par l'Éternel. Le seul haut fait connu accompli par Moïse avant que Dieu ne fasse de lui son porte-parole et l’exécuteur de ses hautes oeuvres est relaté dans Exode 2:12 : “Alors, s’étant tourné de tous côtés et voyant qu’il n’y avait personne, il [Moïse] tua l’Égyptien et enfouit son corps dans le sable” [4.1]. Dieu avait-il besoin d’un tueur? Le fait est qu’il utilisa son protégé pour faire périr un très grand nombre d’Égyptiens (Exode 14:15-28 en apporte l’éclatante démonstration).

[4.1] Voir également • Le Coran XX:40 : “Tu as ensuite tué un homme” (c’est Dieu qui parle, s’adressant à Moïse); • Le Coran XXVIII:15 : “Moïse lui donna un coup de poing et le tua”; • Actes 7:28 : “Veux-tu me tuer, comme tu as tué hier l’Égyptien?” (question posée à Moïse par un Israélite; dans le même sens: Le Coran XXVIII:19); • Le Coran XXVIII:33 : “ Seigneur, dit Moïse, j’ai tué l’un d’entre eux”.
• “Et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle” (I Jean 3:15).
“Quant aux (...) meurtriers, (...) leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort” (Apocalypse 21:8).
Moïse, apparemment, aimait voir couler le sang. Le livre du Lévitique rapporte comment il égorgea successivement un taureau (8:14-17) et deux béliers (8:18-36), avant d’ordonner à son frère Aaron, qui s’exécuta, d’égorger, dans l’ordre, un jeune veau (9:2 et 9:8-11), un bélier (9:2 et 9:12-14), un bouc (9:3 et 9:15-17), un second veau (9:3), un agneau (9:3), un taureau (9:4 et 9:18-21) et encore un bélier (9:4 et 9:18-21). Cette boucherie eut lieu, il convient de le préciser, à l’occasion d’une cérémonie religieuse organisée à “la gloire de l’Éternel” (9:23). À la décharge des deux frères, on leur accordera qu’ils ne firent que se conformer aux ordres précis dictés par le Très-Haut: • “Moïse fit donc comme l’Éternel lui avait commandé” (8:4); • “Voici ce que l’Éternel a ordonné de faire” (8:5 et 9:6); • “(...) comme l’Éternel l’avait ordonné à Moïse” (8:9 et 8:21); • “(...) comme l’Éternel le lui avait ordonné” (8:13, 8:17, 8:29 et 9:10); • “Aaron et ses fils firent tout ce que l’Éternel leur avait commandé par l’intermédiaire de Moïse” (8:36); • “(...) comme l’Éternel l’a commandé” (9:7); voir aussi 16:2 + 16:11 + 16:15: “L’Éternel dit (...) à Moïse: «(...) il [Aaron] égorgera son taureau (...). Enfin, il [toujours Aaron] égorgera le bouc»”.
Il reste à espérer que Moïse
1°) avait effectivement été choisi par Dieu pour être son porte-parole
et
2°) a correctement transmis les instructions reçues;
en d’autres termes, que Moïse
3°) ne s’est pas pris pour Dieu en personne.
Car si Moïse (homme, donc faillible) devait ne pas avoir été le messager fidèle, le porte-parole au-dessus de tout soupçon que juifs, chrétiens et musulmans s’accordent à voir en lui, cela remettrait en cause beaucoup de choses. En particulier, là où Lévitique 7:37, 11:46, 12:7, 13:59, 14:32, 14:54, 14:57, 15:32 et où Nombres 5:29, 6:21 et 30:17 déclarent “Telle est la loi”, des révisions deviendraient possibles.
Mais il n’y a aucune raison de douter ou de s’inquiéter. Le livre des Nombres, en effet, atteste que “Moïse était un homme très doux; il l’était plus qu’aucun homme sur la surface de la terre” (12:3; certains traducteurs ont opté pour “humble” ou “patient” plutôt que pour “doux”). Dieu soit loué, ce brave Moïse - à propos duquel Étienne affirmera plus tard qu’il “était beau aux yeux de Dieu” (Actes 7:20) - a fait école: l’histoire moderne offre maints exemples de leaders charismatiques qui, mus par une douceur [4.1.1] et une humilité [4.1.2] supérieures, ont imposé ou tenté d’imposer leur loi à tout un peuple, quand ce n’est pas au monde entier. On ne peut s’empêcher d’avoir ici une pensée émue pour ces grands bienfaiteurs de l’humanité que furent le petit Napoléon, le petit Hitler, le petit père des peuples (Staline) et le tout petit (minuscule, mais alors vraiment minuscule) George Walker Bush [4.1.3]. Le manque de place ne permet malheureusement pas d’énumérer les dictateurs et oppresseurs de tous poils qui se sont chargés, au grand dam d’Amnesty International, de pimenter le pain quotidien de nombreux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Les survivants se reconnaîtront.

[4.1.1] “Heureux ceux qui sont doux car la terre leur appartiendra” (Matthieu 5:5; extrait du Sermon sur la montagne, prononcé par Jésus).

[4.1.2] “Les humbles posséderont la terre et ils jouiront d’une grande prospérité” (Psaumes 37:11).

[4.1.3] • “Le Très-Haut domine sur toute royauté humaine; il accorde la royauté à qui il veut et peut établir roi le plus insignifiant des hommes” (Daniel 4:14 in fine ou 4:17 in fine, selon la numérotation adoptée); • “Le Dieu très-haut est maître de toute royauté humaine et (...) il élève à la royauté qui il veut” (Daniel 4:22 in fine ou 4:25 in fine, selon la numérotation adoptée; dans le même sens: Daniel 5:21 in fine).
George Bush junior restera sans doute dans l’imaginaire collectif comme le chef d’État le plus conforme à l’idéal judéo-chrétien que l’histoire ait connu: “Ce que l'Éternel demande de toi, c'est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde et que tu marches humblement avec ton Dieu” (Michée 6:8). Les témoignages d’Abou Grahib et de Guantanamo montrent à l’envi que le quarante-troisième Président des États-Unis était comme cul et chemise avec ce Dieu qui - par la grâce, en particulier, des voix évangéliques - l’avait fait élire. “Le Dieu du ciel t'a donné la royauté, la puissance, la force et la gloire” (Daniel 2:37). Quand le Seigneur ordonna à George W. d’attaquer l’Irak, il n’eut pas besoin de le dire deux fois...

3255192238_1_3_0j3TuRWm.jpg

06:14 | Commentaires (4) |  Facebook | | |

Commentaires

Vous êtes caustique !

Écrit par : Monsieur Preskovitch | 15/05/2018

C`est un secret bien gardé mais je vous en fais part Mario, car vous m`etes sympathique: la clinique psychiatrique Zinzin soigne aussi les dieux. Si si.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 15/05/2018

Sachez, cher Ignaz, que je ne suis pas seulement sain d'esprit mais aussi saint d'esprit.
Au point que parfois je me demande si je ne serais pas le Saint-Esprit...

Quant à la clinique du Dr Zinzin, j'ai entendu dire que seuls les canards gonflables de la mare avaient toute leur tête.
J'irai peut-être leur jeter un peu de pain sec un de ces jours...

Écrit par : Mario Jelmini | 15/05/2018

"je me demande si je ne serais pas le Saint-Esprit..."
Forcément à force d'avoir la tête dans la bible. Il y a de quoi devenir zinzin d'esprit.

Écrit par : Daniel | 16/05/2018

Les commentaires sont fermés.