UA-119481582-1

30/05/2018

Mais qui est donc Marguerite? [1ère partie]

Sur ma page FB «https://www.facebook.com/indubiopromario/?view_public_for=1645600302161983», où les textes paraissant sur ce blog sont également publiés, une lectrice prénommée Monique (qui venait de lire mon billet intitulé Les raisons d'un abandon sans avoir pris connaissance des précédents) pose la question suivante: "Mais qui est Marguerite ???" Je lui réponds ici, en précisant tout de suite que j'aurai besoin de trois billets pour présenter cet être énigmatique et improbable que son père spirituel (qui n'est pas aux cieux) a baptisé Marguerite, un être appelé à connaître un destin hors du commun.
Voici le premier de ces trois billets, entièrement consacré aux origines divines de Marguerite.
(Certes, les notes de pied de page sont nombreuses et parfois fort longues mais on peut très bien se passer de les consulter).






Naître ou ne pas naître?
Autrement dit: n’être (n’être pas né) ou ne pas n’être (être né)?

Pourquoi y a-t-il Marguerite plutôt que rien? Et pourquoi Marguerite est-elle Marguerite plutôt que quelqu’un d’autre?

Le mystère [1] de Marguerite commence bien avant sa venue au monde. Il est antérieur à l’avènement de la peur [2], antérieur à l’apparition de la lumière [3], antérieur à l’usage du verbe [4]. En rembobinant la pellicule du film consacré à la genèse du mystère de Marguerite, on s’aperçoit que son amorce date de... la libération de l’énergie, qui coïncida avec l’émergence du temps, de l’espace et de la matière. En dernier ressort, le mystère margueritien plonge ses racines dans un soupir [5] quasi imperceptible qui s’échappa de la brise originelle. Un soupir (un tout petit souffle de rien du tout) qui provoqua une légère brisure, une rupture infime de la symétrie [5]. Or cette brisure, cette rupture de la symétrie, exercèrent une influence déterminante sur la suite des événements puisqu’elles déclenchèrent ni plus ni moins que... le big-bang. [6]

Et le big-bang engendra Marguerite, Celle qui est avant toutes choses [7], Celle qui est le commencement [8] – la Première-née de toute la création [9].

Dans leur Épître aux Humains, chapitre premier, les auteurs du Grand Livre de la Création (GraLiCr) [10] relatent l’épisode en ces termes:
“Au tréfonds du big-bang se produisit comme un frémissement, une vibration; il en résulta une saveur inédite, que Dieu nomma Marguerite” [11].

Unknown.jpegLes rédacteurs du GraLiCr sont généralement bien informés. En l’espèce, toutefois, ils n’ont pas pu être les témoins directs des faits qu’ils rapportent. Aussi convient-il d’accueillir leurs propos avec une prudente réserve – même s’il n’a jamais été prétendu (et encore moins démontré) que, poussés par des considérations en jus de boudin, ils auraient travesti la vérité dans le but d’attribuer à Dieu la paternité de toutes choses (un soupçon aussi saugrenu ne pourrait germer que dans l’esprit perverti [12], aveuglé [13] et égaré [14] d’un pauvre hère [15] impur respirant la mauvaise foi [16]).

Dans un autre passage célèbre de l’Épître aux Humains, au chapitre 2, le GraLiCr affirme que
“Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné sa Fille unique” [17|.

Il est vrai que Marguerite est unique, qu’il n’y en a pas deux comme elle. On en veut pour preuve cette phrase énigmatique figurant un peu plus loin dans le même texte, qui semble annoncer une destinée hors du commun et a suscité tant d’interprétations et de commentaires:
“Les hommes n’auront d’yeux que pour Marguerite et n’auront que Marguerite pour Dieu” [18] .

De nombreux exégètes (parmi lesquels Heinz Pagels) pensent que Marguerite “est un message rédigé dans un code secret, un code cosmique” [19].

Il convient toutefois de relativiser ce qui précède. Ceux qui pratiquent couramment le GraLiCr savent que l’on en trouve autant de versions que d’êtres humains morts, vivants ou à naître sur l’ensemble des planètes et satellites habitables de l’univers. Chacun, en effet, est issu d’un tressaillement ou d’une palpitation du big-bang, chacun est Fils (ou Fille) unique de Dieu [20] et chacun est susceptible de devenir Dieu lui-même. C’est ainsi que pour chaque individu, il existe un exemplaire personnel du GraLiCr établi à son nom propre. Si l’on consulte la version Václav ou la version Nelson, la version Mohandas Karamchand ou la version Martin Luther, on découvrira chaque fois le même contenu - seul le nom de la personne concernée change. Il suffit de remplacer un nom par un autre (Adam par Ève, Ève par Platon, Platon par Ponce, Ponce par Jésus, Jésus par Marguerite et Marguerite par Cosette, Sara, Pär, Claire, Lola, Éloa, Olivia [photo de gauche]unnamed.jpg, Alois [photo de droite],12985467_10154278225507439_3413525730025489305_n.jpg Tuula, Laïs ou Phoebe [photo ci-dessous]) et le tour est joué [21]. Dans de nombreuses versions, toutefois (c’est le cas notamment pour Adolf, Benito, George W., Saddam et Oussama [22]), des pages manquent ou ont été improprement recopiées par des scribes peu scrupuleux12805887_599254003563054_7239973557608835538_n.jpg (sans parler des vilaines taches laissées par les encriers renversés, le vin de messe ou la nourriture), ce qui peut avoir des conséquences extrêmement fâcheuses. Qu’on se rassure: la version de Marguerite ayant reçu l’imprimatur [23], on peut être assuré qu’elle est complète et intégrale.

Aussi complète et intégrale que la farine dans laquelle les dieux roulent les hommes depuis la nuit des temps.



[1] “Le mystère caché de tout temps et dans tous les âges” (Colossiens, chapitre 1, verset 26). Dans un même ordre d’idées, Romains 16:25 parle “du mystère tenu caché pendant des siècles” et Éphésiens 3:9 “du mystère caché de toute éternité en Dieu, le créateur de toutes choses”. Colossiens 2:2 et Apocalypse 10:7 évoquent également “le mystère de Dieu”. Jésus, quant à lui, parlait du ou des “mystère(s) du Royaume de Dieu” (Marc 4:11, Luc 8:10) ou des “mystères du Royaume des cieux” (Matthieu 13:11) [1.1]. Jean l’Apocalypsien, qui multiplie dans son livre les visions d’horreur (il n’est pas donné à tout le monde de multiplier les pains et les poissons), est encore plus ambitieux: “Je vais te dévoiler le mystère de la femme” (Apocalypse 17:7), n’hésite-t-il pas à écrire, faisant parler “l’un des sept anges qui tenaient les sept coupes” (Apocalypse 17:1). On se contentera ici du mystère de Marguerite.

......... [1.1] Six siècles après Jésus, Mahomet déclarera: Il [Dieu] connaît parfaitement le mystère; mais il ne dévoile Son mystère à personne, sauf à celui qu'Il agrée comme Messager (Le Coran LXXII:26-27; certains traducteurs optent pour Prophète plutôt que pour Messager).

[2] • “La peur est entrée dans son coeur” (L’épopée de Gilgamesh, traduction et adaptation d’Abed Azrié, Albin Michel 2015, page 31); • “En leurs maisons les gens d’Ourouk vivent sans cesse dans la crainte” (L’épopée de Gilgamesh, traduction et adaptation d’Abed Azrié, Albin Michel, 2015, bas page 27). • “Dans le monde, c'est la peur qui la première créa les dieux” (Publius Papinius Statius, dit Stace, poète latin du premier siècle). • “Je t’ai entendu dans le jardin et j’ai eu peur, car je suis nu; alors je me suis caché” (Genèse 3:10; réponse donnée par Adam, le premier homme, à Dieu-le-tout-puissant-qui-sait-tout-et-qui-voit-tout, qui lui avait adressé cette question pour le moins inattendue [2.1] : “Où es-tu?” [Genèse 3:9]) [2.2]; • “Il [Jacob] eut peur” (Genèse 28:16; autre traduction: “Il fut saisi de crainte”); • “David eut peur de Dieu” (I Chroniques 13:12; plus tard, comme en témoignent I Chroniques 22:13 et 28:20, David exhorta son fils à ne pas céder à la peur: “Fortifie-toi et prends courage; ne crains point et ne t’effraie pas” [2.3]; plus tard encore, Jésus s’emploiera à rassurer ses apôtres en leur disant: “N’ayez point de peur” [2.4]; “Que votre coeur ne se trouble pas et ne se laisse pas effrayer” [2.5]); • “Ils tremblent d’épouvante” (Psaumes 14:5; autre traduction: “Ils sont saisis d’une terreur soudaine”); • “La terre est effrayée et elle se tait” (Psaumes 76:8 ou 76:9, selon la numérotation adoptée); • “J’ai eu peur” (Matthieu 25:25); • etc.
Dans l’histoire de l’humanité, les religions ont fait ce qu’elles ont pu pour susciter et entretenir la peur: • “Les châtiments de Dieu m'épouvantent” (Job 31:23); • “Celui qui ne croira point sera condamné” (Marc 16:16); • “(...) ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de notre Seigneur Jésus (...) auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur” (II Thessaloniciens 1:8-9); • “(...) un terrible châtiment atteindra ceux d’entre eux qui sont incrédules (Le Coran, sourate V, verset 73; dans ce passage, le terme incrédules s’applique aux chrétiens qui croient à la Trinité [2.6]); • Un cataclysme ne manquera pas d’atteindre les mécréants (Le Coran XIII:31); • La fin des mécréants sera le Feu (Le Coran XIII:35); • etc.

......... [2.1] Inattendue, dans la mesure où elle émane d’un être doué d’omniprésence, d’omniscience et d’omnivision.

......... [2.2] Ce bref échange de propos entre deux personnages mythiques méritait d’être reproduit ici car, si l’on en croit la Bible, il constituerait le point de départ de l’une des plus anciennes conversations qui se soient déroulées sur la Terre, étant rappelé que la plus ancienne avait eu lieu peu de temps auparavant, dans le même jardin, entre un serpent et la compagne d’Adam, la pulpeuse Ève (cf. Genèse 3:1-5). Fait remarquable: non seulement Dieu mais aussi le premier homme, la première femme et ce brave Kaa savaient parler, et pourtant aucun d’entre eux n’avait été à l’école ou n’avait eu de parents pour lui enseigner quoi que ce soit – ni ce qui est bien, ni ce qui est mal; quant à la langue dans laquelle tout ce beau monde s’entretenait, on n’en a pas la moindre idée.

......... [2.3] On trouve des exhortations similaires en Deutéronome 31:6,31:7,31:8 et 31:23 ainsi qu’en Josué 1:5 et Sophonie 3:16.

......... [2.4] Matthieu 14:27 in fine et 17:7; Marc 6:50 in fine; Jean 6:20. Dans le même sens: “N’aie pas peur, petit troupeau” (Luc 12:32 in initio; par “troupeau”, Jésus entend le cercle des disciples réunis autour de lui).

......... [2.5] Jean 14:27 (dans le même sens: Jean 14:1).

......... [2.6] Trinité: voir, ci-dessous, le ch. 2/ in fine de la note 20.8. Dans le Coran IV:171, Mahomet adresse aux chrétiens cette mise en garde: Ne dites pas: «Trois»; cessez de le faire; ce sera mieux pour vous. Et d’ajouter: Dieu est unique! Il est trop glorieux pour avoir un enfant, ce que le Coran XIX:35 confirme en ces termes: Il n’est pas concevable que Dieu se donne un fils. Gloire et Pureté à Lui!.

[3] • “Dieu dit: «Que la lumière soit!», et la lumière fut” (Genèse 1:3); • “Jésus (...) dit: «Je suis la lumière du monde»” (Jean 8:12; dans le même sens: Jean 9:5 et 12:46).

[4] L’Évangile selon saint Jean débute ainsi: “Au commencement était la Parole (...), et la Parole était Dieu” (dans certaines traductions, “le Verbe” a été préféré à “la Parole”).

[5] Dans ce paragraphe, plusieurs termes ou formulations sont empruntés au chapitre initial, intitulé «Le big bang», du livre Dieu et la science (Bernard Grasset, Paris 1991) que le philosophe Jean Guitton (1901-1999) a composé avec la collaboration des frères Grichka et Igor Bogdanov. De même, l’une des interrogations figurant en tête du présent billet, “Pourquoi y a-t-il Marguerite plutôt que rien?” , est directement inspirée d’une interrogation soulevée par Jean Guitton aux pp. 15, 35 et 37 de Dieu et la science: “Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? ”.

[6] Contrairement à une idée répandue, le big-bang est nettement antérieur au Big Mac, qui est un pur produit de l’ère du micmac.

[7] Cf. Colossiens 1:17 : “Il [Jésus] est avant toutes choses”.

[8] Cf. • Colossiens 1:18 : “Il [Jésus] est le commencement”; • I Jean 2:13 et 2:14 : “Celui qui est dès le commencement”.

[9] Cf. Colossiens 1:15 : “Il [Jésus] est (...) le premier-né de toute la création”.

[10] • Tout est consigné dans le Livre explicite (Le Coran XI:6). • “Et cela fut écrit dans le Livre” (Esther 9:32). • “Je vais te faire connaître ce qui est écrit dans le Livre de la vérité” (Daniel 10:21). • “Consultez le Livre de l'Éternel et lisez!” (Ésaïe 34:16). • “Encore un peu de temps et (...) les sourds entendront les paroles du Livre” (Ésaïe 29:17-18).
Pour leur part, Paul et Jean de Patmos se sont particulièrement intéressés à ceux “dont les noms figurent dans le livre de vie” (Philippiens 4:3), “ceux qui sont écrits dans le livre de vie” (Apocalypse 21:27), l’existence d’un tel livre étant par ailleurs confirmée en Psaumes 69:28 (ou 69:29, selon la numérotation adoptée) ainsi qu’en Apocalypse 3:5, 13:8, 17:8, 20:12 et 20:15. Le livre en question revêt une importance particulière car, si l’on en croit Apocalypse 20:15, tous ceux dont le nom ne sera pas trouvé écrit dans le livre de vie seront jeté dans l'étang de feu (comprendre: iront tout droit en enfer). Et qui sont-ils, ces malheureux qui seront jetés dans l’étang de feu? La réponse est donnée par Apocalypse 13:8 : ce sont tous ceux dont le nom n'a pas été écrit dans le livre de vie “dès la création du monde”. Comme quoi Dieu a choisi les siens dès l’origine, ce que Paul avait déjà dévoilé: “Dieu nous a choisis avant la création du monde” (Éphésiens 1:4). Mais en est-il bien ainsi? On n’en est plus très sûr après avoir appris, grâce à Jean de Patmos, ce qui se passera après la résurrection des morts, conformément à la révélation qui lui fut accordée par le truchement d’une vision anticipatoire dont il ne viendrait à personne l’idée de mettre en doute l’authenticité: “Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône [de Dieu]. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres” (Apocalypse 20:12). Doit-on déduire du livre de l’Apocalypse que Dieu a décidé par avance, dès la création du monde, quels seraient les oeuvres et le comportement de chaque être humain? [10.1] Mais pourquoi, dans ce cas, tenir un registre des faits et gestes de chacun? Cette problématique (le salut est-il une affaire de prédestination [10.2], de grâce divine, ou bien doit-il se gagner, se mériter), n'a cessé de diviser les croyants depuis la naissance du monothéisme.
Les livres connaissent parfois un sort étrange. Ainsi: ◊ (Autodafé) “Le roi coupa le livre avec le canif du secrétaire et le jeta dans le feu du brasier, où il fut entièrement consumé” (Jérémie 36:23); ◊◊ (Dieu remédie) “La parole de l'Éternel fut adressée à Jérémie en ces mots, après que le roi eut brûlé le livre (...): «Prends de nouveau un autre livre et tu y écriras toutes les paroles qui étaient dans le premier livre qu'a brûlé Jojakim, roi de Juda»” (Jérémie 36:27-28; et le prophète s’exécuta, comme en témoigne Jérémie 36:32); ◊◊◊ “Ordre donné par Jérémie, le prophète, à Seraja [premier chambellan] (...) lorsque celui-ci se rendit à Babylone avec Sédécias, roi de Juda” (Jérémie 51:59): “Et quand tu auras achevé la lecture de ce livre, tu y attacheras une pierre et tu le jetteras dans l'Euphrate” (Jérémie 51:63). Le résultat des fouilles archéologiques entreprises dans le fleuve, même si celles-ci n’ont pas permis de retrouver le livre, donne à penser que Seraja s’est consciencieusement acquitté de sa tâche puisqu’une pierre présentant toutes les caractéristiques requises a pu être remontée à la surface. Quelques mauvais perdants ont bien essayé de prétendre que cette pierre avait été lancée à l’eau juste avant le début des recherches mais leur objection n’a pas fait le poids face à l’autorité des Écritures.

......... [10.1] Cf. Le Coran XXVIII:68 : Dieu crée ce qu'il veut, et il choisit; il n’y a pas de choix pour les hommes (traduction Denise Masson).

......... [10.2] “«Si je suis prédestiné ou élu de Dieu, rien ne peut m’empêcher de parvenir au salut qui m’est certainement accordé, quoi que je fasse. Par contre, si je suis du nombre des réprouvés, ni la foi ni la repentance ne me serviront de rien, vu que le décret de Dieu ne saurait être modifié. Les enseignements et avertissements sont donc inutiles.»” (repris de «http://larevuereformee.net/articlerr/n212/chapitre-10-de-la-predestination-de-dieu-et-de-l’election-des-saints», chiffre 6).

[11] • “L'Éternel m'a créée la première de ses oeuvres, avant ses oeuvres les plus anciennes. J'ai été établie depuis l'éternité, dès le commencement, avant l'origine de la terre. J’ai été engendrée quand il n'y avait point encore d'abîmes ni de sources chargées d'eaux; avant que les montagnes soient apparues, avant que les collines existent. Dieu n’avait encore fait ni terre, ni les campagnes, ni le premier grain de poussière de l’univers” (Proverbes 8:22- 26).
• “Elle était au commencement avec Dieu” (Jean 1:2).
• “Le monde a été formé par la parole de Dieu” (Hébreux 11:3). • “La Parole a été faite chair” (Jean 1:14).

[12] • “Tous sont pervertis” (Psaumes 14:3 et 53:3 ou 53:4, selon la numérotation adoptée; Romains 3:11); • “Oui, même les prophètes, même les prêtres, sont pervertis” (Jérémie 23:11, traduction Bible du Semeur; c’est l’Éternel qui l’affirme; au gré des traductions, on trouve “corrompus”, “souillés”, “pollués”, “impies” ou “pervers” au lieu de “pervertis”); • “Ils ont perverti leur voie, ils ont oublié l'Éternel, leur Dieu” (Jérémie 3:21). • Le fin mot de l’histoire, le voici: “Dieu les a livrés à un esprit pervers, de sorte qu’ils ont commis des actions révoltantes” (Romains 1:28).

[13] • “Qui rend (...) capable de voir ou aveugle? N'est-ce pas moi, l'Éternel?” (Exode 4:11); • “Et Dieu les frappa d’aveuglement” (II Rois 6:18); • “Puis Jésus dit: «Je suis venu dans ce monde pour (...) que ceux qui voient deviennent aveugles»” (Jean 9:39, à mettre en relation avec Jean 5:20 : “Car le Père (...) lui montre [au Fils] tout ce qu’il fait”); • “(...) afin que regardant, ils regardent et ne voient pas, et qu’entendant, ils entendent et ne comprennent pas - de peur qu’ils ne se convertissent et qu’il ne leur soit pardonné” (Marc 4:11-12, faisant écho à Ésaïe 6:9-10; dans le même sens: Luc 8:10, Matthieu 13:11-13 et Jean 12:40; les quatre fois, c’est Jésus qui parle). • Il [Dieu] les rend sourds et aveugles (Le Coran XLVII:23).
Résultat: “Pour cette raison, ils ne pouvaient pas croire” (Jean 12:39).
Question: “Nous aussi, sommes-nous aveugles?” (Jean 9:40).

[14] • “L’Éternel te frappera de délire, d’aveuglement et d’égarement d’esprit” (Deutéronome 28:27-28); • Dieu égare qui Il veut (Le Coran VI:39; dans le même sens: le Coran VII:155); • Nombreux sont ceux qu’il [Dieu] égare (Le Coran II:26). • Mahomet l’affirme: • Dieu n’est pas celui qui dirige les aveugles en les faisant sortir de leur égarement (Le Coran XXX:53, traduction Denise Masson).

[15] Note à l’intention des traducteurs vers l’allemand: vous avez le choix de traduire un hère par ein “er”, ein Herr ou ein Heer...

[16] Il convient de préciser d’emblée ce qu’est la foi. Jésus l’a expliqué à plusieurs reprises. Selon lui, possède la foi toute personne qui, • ayant dit à un “mûrier [16.1]: «Déracine-toi et va te planter dans la mer»”, voit le mûrier lui obéir (Luc 17:6); ou, • ayant dit à une “montagne: «Soulève-toi et jette-toi dans la mer»” (Matthieu 21:21 [16.2]) ou encore “«Déplace-toi d'ici jusque là-bas»” (Matthieu 17:20), voit la montagne lui obéir. Les vrais croyants se reconnaîtront. Pour ceux qui ne seraient pas sûrs de se reconnaître, Jésus a encore dit: “Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu et cela vous sera accordé” (Marc 11:24) et “Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez” (Matthieu 21:22). Les choses sont donc claires: quiconque a prié et n’a pas vu sa prière exaucée n’a pas la véritable foi, celle qui soulève les montagnes [16.3]. Ainsi, la foi du pape ne suffirait même pas à déplacer une taupinière, lui qui prie régulièrement pour davantage de paix et de justice dans le monde, comme si cela pouvait servir à quelque chose à part se donner bonne conscience [16.4]. Car, il faut en être conscient, le Seigneur ne se laisse pas infléchir aussi facilement. Et si le Seigneur ne se laisse pas infléchir, c’est qu’il a une bonne raison. Quelle raison, dira-t-on? Tout simplement: celle du plus fort [16.5], comme il a été expliqué dans mon billet du 16 mai intitulé Le Pari des Douze.

......... [16.1] Dans certaines traductions, on trouve “sycomore” à la place de “mûrier”.

......... [16.2] Dans le même sens, Marc 11:23: “Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: «Retire-toi de là et jette-toi dans la mer», et s'il ne doute pas dans son coeur mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir”.

......... [16.3] Sans cette foi-là, il est inutile d’espérer gagner un jour le paradis (cf. Luc 18:8 in fine: “Quand le Fils de l’homme viendra [16.3.1], trouvera-t-il la foi sur la terre?”; Jésus, qui pose cette question, utilisait volontiers la formule “Fils de l’homme” pour désigner sa propre personne; sur le sens de cette expression, lire «http://www.gotquestions.org/Francais/Jesus-fils-Homme.html»).
.................. [16.3.1] Par “viendra”, il faut comprendre reviendra.
Selon les informations en ma possession, le retour de Jésus est imminent: il devrait survenir dans la seconde moitié de la semaine prochaine.

......... [16.4] Une autre preuve qu’à ce jour aucun pape (ni d’ailleurs aucun chrétien) n’a jamais possédé la véritable foi est fournie par Jésus lui-même lorsque, s’adressant aux disciples, il leur déclara, avant de les quitter pour un monde supposé meilleur: “Allez par tout le monde et prêchez l’Évangile à toute créature. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les signes miraculeux qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront des langues nouvelles; ils saisiront des serpents venimeux; s'ils boivent quelque breuvage mortel, celui-ci ne leur causera aucun mal; ils poseront les mains sur les malades et ceux-ci seront guéris” (Marc 16:15-18). Au vu de ces bonnes paroles, il faut bien admettre que personne ne sera sauvé puisqu’aucun être humain - pas même le pape - ne parvient à accomplir les miracles énumérés par le Christ, alors que leur accomplissement ne constituerait qu’une simple formalité pour un authentique croyant. La Bible l’atteste: l’apôtre Pierre, qui fut le premier pape, accomplissait des miracles (voir Actes 3:1-10 [guérison d’un impotent], 9:32-35 [guérison d’Énée] et 9:36-41 [résurrection de Tabitha]). Pourquoi ses successeurs à la tête de l’Église catholique romaine n’en font-ils pas autant? Le fait que les conclaves ne soient jamais parvenus à élire un pape ayant accompli ou étant capable d’accomplir des miracles donne à réfléchir.

......... [16.5]
“La raison du plus fort est toujours la meilleure:
Nous l'allons montrer tout à l'heure”

(La Fontaine [1621-1695], Le Loup et l’agneau, vers d’entame).

[17] Cf. Jean 3:16. Toujours selon le GraLiCr, Dieu aurait précisé, à propos de sa Fille unique: “Celle-ci est ma Fille bien-aimée, en qui j’ai mis toute mon affection” (cf. Matthieu 3:17, 17:5 et 12:18, Marc 1:11, Luc 3:22 et II Pierre 1:17); il aurait même ajouté: “Écoutez-la!” (cf. Matthieu 17:5 in fine, Marc 9:7 in fine et Luc 9:35 in fine). Le GraLiCr révèle enfin que Dieu aimait déjà Marguerite “avant la création du monde” (cf. Jean 17:24 in fine; à mettre en relation avec ces paroles prononcées par Jésus dans une prière et consignées en Jean 17:5 in fine: “la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût”).

[18] Comme on le constate, le GraLiCr postule l’identité de substance entre le Père et sa Fille - ce que la christologie nomme la consubstantialité.
La doctrine de la consubstantialité, partie intégrante de l’orthodoxie chrétienne (mais farouchement combattue par l’islam), a été introduite par les évêques présents au premier concile de Nicée en 325. Elle proclame l’identité de substance entre le Père et le Fils, “ce qui signifie que le Fils est Dieu au même titre que le Père” (Frédéric Lenoir, Comment Jésus est devenu Dieu, Fayard 2010, page 236). [18.1] Les paroles prononcées par Jésus montrent à l’envi que selon l’Évangile, le Christ ne doit pas être confondu avec Dieu mais lui est subordonné. À ce sujet, on rappellera ces deux affirmations: ◊ “Dieu est le chef du Christ” (I Corinthiens 11:3 in fine ) et ◊◊ “Si quelqu'un dit du mal du Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais pour celui qui aura blasphémé contre l'Esprit Saint il n'y aura pas de pardon” (Luc 12:10, traduction Bible du Semeur; c’est Jésus qui parle). S’il y a pardon dans le cas du Fils et pas de pardon dans le cas du Saint-Esprit, c’est que la substance n’est pas la même, pas de la même étoffe, pas de la même qualité. Bien entendu, on est libre de se fonder sur d’autres paroles prononcées par Jésus et de croire ce qu’on a envie de croire - par exemple, que le Fils est le Père et que le Père est le Fils, ce qui permet aux uns d’affirmer que le Fils est le père de son Père et le Père le fils de son Fils et aux autres de considérer que le christianisme est un serpent qui se mord la queue.

......... [18.1] Par la suite, lors de l'édification du dogme trinitaire (qui proclame un Dieu unique en trois personnes: le Père, le Fils et le Saint-Esprit), la doctrine de la consubstantialité fut intégrée dans la Trinité, de sorte que l’idée d’une unité et d’une identité de substance vaut aussi bien pour le Saint-Esprit que pour Abba [18.1.1] et son fiston.
.................. [18.1.1] Abba signifie “père” ou “papa” en araméen (cf. Marc 14:36, Romains 8:15, Galates 4:6).

[19] Jean Guitton et altera, op. cit. (cf. note 5 ci-dessus), page 184.

[20] “Vous êtes tous des fils du Très-Haut!” (Psaumes 82:6); “Tous, en effet, vous êtes fils de Dieu (...)” (Galates 3:26). Selon la Bible, tous les hommes descendent de Noé (cf. Luc 3:36, en relation avec Genèse 6:7 à 9:1), lequel descendait “d’Adam, fils de Dieu” (Luc 3:38; voir aussi Genèse, chapitres 1 à 5).
Quand Jean l’Évangéliste désigne Jésus comme étant le “Fils unique de Dieu” (Jean 3:18; voir aussi Jean 1:14, 1:18 et surtout 3:16 [“Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique”], corroboré par I Jean 4:9 [“Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde”]), il oublie - ou fait mine d’oublier [20.1] - que l’Éternel a généré “Adam, le premier homme” (I Corinthiens 15:45). Jésus lui-même n’a jamais contesté la filiation divine d’Adam. La question de savoir lequel des deux hommes était l’aîné ne se posait pas avant que Paul ne vienne soutenir que Jésus avait été “le premier-né de toute la création” (Colossiens 1:15). Or, Jésus n’a jamais affirmé une chose pareille; tout au plus, répondant à des Juifs inquisiteurs, s’est-il aventuré à leur dire: “En vérité, en vérité, je vous le déclare: avant qu’Abraham [20.2] fût, je suis” (Jean 8:58) [20.4] - se positionnant ainsi par rapport à l’ancêtre du peuple hébreu, en aucun cas par rapport au premier homme.
L’idée d’un Jésus “Fils de Dieu” (l’expression revient fréquemment dans les Évangiles canoniques) et “premier-né de toute la création” est considérée par les Juifs comme une double hérésie car ceux-ci ne voient pas en Jésus une divinité mais un faux prophète (cf. Deutéronome 13:1-5 [20.5] et 18:20 [20.5]). Quant aux musulmans, même si le fils aîné de Marie occupe une place privilégiée dans le Coran, ils le considèrent comme un prophète parmi d’autres (cf. sourates IV, verset 171 [20.6] et XIX, verset 30 [20.7]), dont le principal mérite est d’avoir annoncé la venue du plus grand d’entre tous, Mahomet (cf. sourate LXI, verset 6 [20.8]). C’est d’ailleurs bien comme un prophète que Jésus lui-même se considérait, sinon il n’aurait pas déclaré, en parlant de sa mort prochaine: “Il ne convient pas qu’un prophète périsse hors de Jérusalem” (Luc 13:33; auparavant, Jésus s’était déjà désigné lui-même comme prophète en au moins une occasion, ainsi qu’en témoignent Matthieu 13:57, Marc 6:4, Luc 4:24 et Jean 4:44. Voir aussi Matthieu 21:11, qui se rapporte à l’entrée triomphale à Jérusalem de “Jésus, le prophète, de Nazareth en Galilée”, ainsi que Luc 24:19, où “Jésus de Nazareth” est qualifié par l’un de ses disciples de “prophète puissant en oeuvres et en paroles, aux yeux de Dieu et de tout le peuple”).

......... [20.1] Peut-être qu’aux yeux de Jean (et pas seulement aux siens, d’ailleurs), l’adhésion au Dieu de Jésus implique la répudiation de l’Éternel de ses ancêtres? Il est en effet manifeste, pour qui sait lire, qu’un monde sépare le Dieu des Évangiles de celui de l’Ancien Testament. Le fameux “Nul ne peut servir deux maîtres” lancé par Jésus (Matthieu 6.24, Luc 16:13 et Évangile de Thomas, logion 47) pourrait ainsi vouloir dire: nul ne peut être mon disciple, s’il ne rompt avec le Dieu patriarcal. Conséquence pratique: on oublie l’ancien Dieu (comme on a fini par délaisser les divinités égyptiennes, grecques, romaines, celtes, scandinaves, etc.) et on se concentre sur Jésus, fils unique et légitime (du moins on l’espère) du seul vrai Dieu.

......... [20.2] Originaire d’Ur (cf. Genèse 11:27-31), en basse Mésopotamie (actuellement en Iraq), Abraham vint s’établir avec son clan en Palestine (cf. Genèse 12:1-5 et Actes 7:2-4) [20.2.1] au XIXe siècle avant J.-C. [20.2.2]. L’Ancien Testament (en particulier la Genèse, chapitres 11 à 25) rapporte qu’Abraham eut deux fils: Ismaël (l’aîné) et Isaac; ce dernier, né de Sara (laquelle était à la fois la demi-soeur et l’épouse d’Abraham), est l’ancêtre du peuple juif, tandis qu’Ismaël, né d’Agar (une esclave égyptienne au service de Sara), est l’ancêtre du peuple arabe.
Fils d’Isaac (et donc petit-fils d’Abraham), Jacob - surnommé Israël - eut douze fils [20.2.3], qui furent les ancêtres des douze tribus d’Israël.
.................. [20.2.1] Psaumes 105:12 précise: “Ils étaient alors peu nombreux, très peu nombreux, et étrangers dans le pays”.
.................. [20.2.2] La datation est aussi incertaine que la réalité historique du personnage d’Abraham et de l’épopée censée avoir été la sienne (lire https://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham#Travaux_des_historiens_sur_l’historicité_d'Abraham).
.................. [20.2.3] À l’instar de son oncle Ismaël, qui lui aussi eut douze fils (voir Genèse 17:20 et 25:12-16) - pas un de plus, pas un de moins.

......... [20.3] Jésus voulant probablement dire par là (ou: Jean voulant probablement faire dire à Jésus) qu’il avait vu le jour (si pas lui, du moins la source de son enseignement, la sagesse qu’il apportait, qu’il pratiquait, qu’il incarnait) bien avant qu’Israël ne formât un peuple, puisque “avant la création du monde” (Jean 17:24 in fine), “avant que le monde fût” (Jean 17:5 in fine).

......... [20.4] “S'il s'élève au milieu de toi un prophète ou un visionnaire qui t'annonce un signe ou un prodige, et que s’accomplisse le signe ou le prodige dont il t'aura parlé en disant: «Allons à d'autres dieux - des dieux que tu ne connais pas - et servons-les!», tu n'écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce visionnaire car c'est l'Éternel, votre Dieu, qui vous met à l'épreuve pour savoir si vous l'aimez, lui l’Éternel, votre Dieu, de tout votre coeur et de toute votre âme. Vous suivrez l'Éternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez et vous vous attacherez à lui. Quant à ce ce prophète ou ce visionnaire, il sera puni de mort car il a parlé de révolte contre l'Éternel, votre Dieu, qui vous a fait sortir du pays d'Égypte et vous a délivrés de la maison de servitude, et il a voulu te détourner de la voie dans laquelle l'Éternel, ton Dieu, t'a prescrit de marcher. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi”.

......... [20.5] “Mais le prophète qui aura l'audace de prononcer en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui osera parler au nom d'autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort” (c’est l’Éternel qui s’exprime ainsi). Comme la suite l'a montré, la loi toraïque [20.5.1] fut appliquée à Jésus dans toute sa rigueur.
.................. [20.5.1] La Torah (ou Tora ) est, selon le judaïsme et le christianisme, l'enseignement divin transmis par Moïse au travers des cinq Livres qui lui sont traditionnellement attribués (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome), ainsi que l'ensemble des lois qui en découlent.

......... [20.6] Le Messie, Jésus, fils de Marie, n'est qu'un messager de Dieu (autre traduction rencontrée: Le Messie, Jésus, fils de Marie, est un prophète de Dieu).

......... [20.7] Dieu (...) m’a désigné prophète (c’est Jésus qui parle ainsi, alors qu’il est encore au berceau; autre traduction possible: Dieu (...) a fait de moi un prophète).

......... [20.8] Jésus, fils de Marie, dit: «Ô fils d’Israël! Je suis, en vérité, le Prophète de Dieu envoyé vers vous pour confirmer ce qui, de la Tora, existait avant moi; pour vous annoncer la bonne nouvelle d’un Prophète qui viendra après moi et dont le nom sera ’Ahmad» (traduction Denise Masson) [20.8.1]. Les musulmans peuvent s’appuyer sur cinq passages de l’Évangile pour démontrer que Jésus a annoncé la venue de Mahomet: 1/ “Je prierai le Père et il vous donnera un autre Défenseur” (Jean 14:16; au gré des traductions, on trouve “Consolateur”, “Soutien”, “Conseiller”, “Intercesseur” ou “Avocat” au lieu de “Défenseur” [20.8.2]); 2/ “Le Défenseur, l'Esprit saint que le Père enverra en mon nom, celui-là vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit” (Jean 14:26; l’islam retient que Jésus s’est servi de l’expression “l’Esprit saint” pour désigner Mahomet tandis que le christianisme élabore une conception tricéphale de la divinité dans laquelle “l’Esprit saint” vient s’ajouter au Père et au Fils pour former la Trinité); 3/ “Quand sera venu le Défenseur que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de la vérité qui procède du Père, il rendra témoignage de moi” (Jean 15:26); 4/ “Si je ne m'en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous; mais si je m'en vais, alors je vous l'enverrai” (Jean 16:7); 5/ “Quand le Défenseur sera venu, l'Esprit de la vérité, il vous conduira dans toute la vérité car il ne parlera pas de lui-même mais il dira tout ce qu'il aura entendu et il vous annoncera les choses à venir” (Jean 16:13).
......................... [20.8.1] “Ils [ceux qui l’écoutaient] dirent [à Mahomet]: «Es-tu venu à nous avec la Vérité ou bien est-ce que tu plaisantes?»” (Le Coran XXI:55).
......................... [20.8.2] Le terme exact utilisé dans les plus anciens manuscrits retrouvés, tous en langue grecque, est parakletos (en latin: paraclitus), parfois rendu en français par «le Paraclet».

images-1.jpeg


[21] Dans Psaumes 40:7 (ou 40:8, selon la numérotation adoptée), le roi David évoquait déjà “le rouleau du livre écrit pour moi” (autres traductions possibles: “le rouleau du livre où il est question de moi” ou “le volume du livre écrit à mon sujet”).

[22] Oussama Ben Laden: ressortissant saoudien fortement soupçonné d’avoir été à l’origine des attentats terroristes perpétrés à New York et Washington le 11 septembre 2001 par utilisation d’avions civils détournés. Après une longue traque, il fut assassiné au Pakistan le 2 mai 2011 par un commando américain.

[23] Imprimatur: permission d’imprimer donnée par l’autorité ecclésiastique.

03:00 | Commentaires (33) |  Facebook | | |

Commentaires

"Chacun, en effet, est issu d’un tressaillement ou d’une palpitation du big-bang, chacun est Fils (ou Fille) unique de Dieu [20] et chacun est susceptible de devenir Dieu lui-même."

Je serais plus impertinent sur ce coup. La notion de fils, ou fille, de Dieu implique une forme de hiérarchie qui, à mon humble avis, n'a pas lieu d'être.
Si Dieu est le Tout, alors nous sommes tous Dieu d'office. Il n'y a pas de chemin pour devenir, il s'agit simplement d'être et de reconnaitre, enfin, notre divinité inaliénable.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/05/2018

Merci de lancer la discussion, qui plus est à bon escient!

Car je le reconnais: la formulation employée dans la phrase que vous citez est ambiguë.
Je vais donc essayer d'être plus explicite.

Par ce que j'appelle un tressaillement ou une palpitation du big-bang, l'homme a été éjecté du Tout auquel il appartenait, avec lequel il faisait corps, qui était son identité. Depuis lors, il chemine avec l'espoir de renouer avec ce Tout dont il a été séparé, de le réintégrer, de s'identifier de nouveau à lui - bref: l'homme aspire à retrouver cette unité première dont il a la nostalgie.

Ce Tout, on peut l'appeler de différentes manières; «l'Être» et «Dieu» sont parmi les termes les plus utilisés.

Tout cela s'inscrit dans le contexte d'une cosmologie dont j'exposerai les contours dans un prochain billet, mais pas avant plusieurs semaines car j'ai prévu d'aborder d'autres sujets auparavant afin que cette cosmologie devienne plus accessible.

Comme vous l'aurez remarqué, Pierre, je puise davantage mon inspiration dans la philosophie grecque que dans les délires des trois grandes religions monothéistes.

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

Ah que, vive Marguerite! Suite de Fibonacci & nombre d'or, Mandelbrot & fractales, mandalas & crop circles, coupoles (archi intérieures)

https://wallpapercave.com/crop-circle-wallpaper

https://www.pinterest.es/hongomolongo/geometria-sagrada-mandalas-y-fractales/

Écrit par : divergente | 30/05/2018

On se réjouit.
Ce qui me gène dans la notion de cheminement, c'est le but. On se fixe un objectif à atteindre et on "oublie" que ce que l'on cherche est déjà là.
Je peine aussi à comprendre la logique qui sous-tend le besoin d'unité qui implique la non-vie. Je n'ose imaginer à quel point on doit s'emmerder au paradis.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/05/2018

• "Ce qui me gène dans la notion de cheminement, c'est le but. On se fixe un objectif à atteindre (...)".

Qui vous parle de but, d'objectif à atteindre? Je ne m'en fixe aucun, je réponds simplement à un besoin intérieur d'harmonie, d'union et de paix.
Le genre humain est en devenir, en marche, en chemin, en situation de recherche - le contesteriez-vous? Quand il y a eu départ, il y a généralement arrivée, non? Dans mes représentations, le point de départ pourrait très bien avoir coïncidé avec une arrivée (qu'y avait-il avant le big-bang?) et le point d'arrivée pourra très bien coïncider avec le départ d'un nouveau cycle (qu'y aura-t-il après le big effondrement?)...

• "Je peine aussi à comprendre la logique qui sous-tend le besoin d'unité qui implique la non-vie."

L'unité n'implique pas la non-vie! C'est au contraire notre vie sur cette terre que l'on pourrait considérer comme une non-vie. Car le genre de vie qu'il nous est donné de vivre «ici-bas» est foncièrement partiel, limité, incomplet, ce qui s'explique si l'on admet qu'il résulte d'un éclatement, d'un écartèlement, d'une dissémination.
L'unité, l'unité du Tout (de l'Être, de Dieu) relève d'un tout autre genre de vie que celle que nous connaissons. Je n'irai toutefois pas jusqu'à appeler ce genre de vie "la vraie vie" ou "la totale" car il existe certainement une hiérarchie des vies comme il existe une hiérarchie des dieux (des êtres, des touts). J'y reviendrai dans un prochain billet, qui est déjà rédigé.

• "Je n'ose imaginer à quel point on doit s'emmerder au paradis".

Qui vous parle de paradis? Il s'agit d'être, il s'agit d'être l'Être. Il s'agit d'absolu - d'un absolu inatteignable dans nos vies d'hommes et de femmes limités, éclatés, écartelés, disséminés.

Je reviendrai plus en détail sur tout ça d'ici quelques mois (mon blog risque de tourner au ralenti pendant la Coupe du monde de football...).

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

Voici qui illustre de manière élégante mon sentiment.
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2017/04/27/sempiternam-283645.html

Écrit par : Pierre Jenni | 30/05/2018

Le texte de feu Monsieur votre père me parle beaucoup. Merci de l'avoir ressorti.

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

Je me suis vraisemblablement mal exprimé pour dire une chose relativement simple mais je suis ravi de ce flot de remarques.
L'idée que je tente de suggérer ici c'est que l'adversité implique une forme de quête, un chemin vers mieux et idéalement vers ce que vous appelez "un absolu inatteignable dans nos vies d'hommes et de femmes limités, éclatés, écartelés, disséminés."
Nous parlons donc bien de la même chose. Je suggère pourtant qu'il n'est pas souhaitable d'atteindre cet absolu que j'appellerais la non-vie du paradis. Car l'imperfection fait partie de la perfection de la création à laquelle elle donne le mouvement.
Et du coup, la quête parait vaine.
Mais je vais plus loin encore lorsque je suggère, entre les lignes peut-être, que le renoncement à cette quête, cette mise en route sur un chemin plus ou moins laborieux avec écoles et autres disciplines qui proposent des raccourcis, permet de plonger instantanément dans une forme d'acceptation totale de ce qui est et donc de la suppression immédiate de tout ce qui apparaissait auparavant comme des contraintes, toutes ces limites que vous énumérez.
Se rassembler dans le rien. Disparaître en tant qu'entité observante qui valide la dualité. Fusionner non pas seulement dans l'être, mais aussi dans le faire. Agir avec une gratuité sans compromis puisqu'il n'y a plus personne pour récolter les fruits. Car, comme le dit mon vieux, l'ego est un mythe commode.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/05/2018

Je croyais vous en avoir déja parlé, mon cher Mario. Marguerite, c`est la bibliothécaire nymphomane de l`asile du bon docteur Zinzin qui a de si sublimes nichons que je suis obligé de réciter tous les psaumes de pénitence a l`endroit et a l`envers chaque fois apres avoir été emprunter un bouquin a la bibliotheque.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 30/05/2018

N'avez-vous jamais songé à défroquer, cher moyne des sables?

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

Mais bien sûr, Ignaz, que vous m'en avez parlé de la bibliothécaire nymphomane de l`asile du bon docteur Zinzin! D'ailleurs si mon héroïne porte le prénom de Marguerite ce n'est pas tellement en hommage à la Marguerite de Boulgakov ou à celle du Faust de Goethe, c'est surtout par dévotion envers les sublimes nichons de celle qui motive vos fréquentes visites à la bibliothèque de la clinique. À propos: si vous n'avez pas lu «Le Maître et Marguerite» de Mikhaïl Boulgakov, retournez voir votre tentatrice pour lui emprunter ce pur chef-d'oeuvre du roman fantastique - aussi pur et fantastique que ses nichons de rêve qui vous font tant fantasmer...

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

", on s’aperçoit que son amorce date de... la libération de l’énergie, qui coïncida avec l’émergence du temps, de l’espace et de la matière."
C'est quoi ce charabia? Vous cherchez à fonder une nouvelle religion? Eclats de rires!
Deux remarques:
- Hominem unius libri timeo.
- Beaucoup ici me font penser à ce français qui, se trouvant en Angleterre et croisant une belle jeune femme, lui dit: Oh, what a beautiful corpse! Et il se prend une baffe. J'ai l'impression qu'ici il y a des baffes qui se perdent.... N'est-de pas pj?

Je décroche.

Écrit par : Daniel | 30/05/2018

Figurez-vous mon cher Mario, que lorsque j`ai voulu suivre votre conseil cet apres-midi et emprunter "le Maitre et Marguerite" a la Marguerite aux nibards démoniaques , cette créature des enfers a cru que c`était une invite de ma part et elle m`a entrainé dans l`arriere-salle dont elle ne m`a laissé sortir qu`apres m`avoir obligé a jouer avec elle au jeu du "maitre et Marguerite". Ensuite, soi-disant pour me récompenser de mon zele a l`avoir si bien fouetté dehors et dedans avec mon braquemard, elle m`a donné une photographie noir-blanc de notre Sauveur avec deux des Apotres: http://ekladata.com/lviHgYYQzsuWQ9edlMqRKRT6XdM@550x311.jpg En tout cas, j`en ai pour toute la nuit maintenant a réciter des quintaux de psaumes de pénitence dans toutes les langues de la galaxie et meme quelques autres.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 30/05/2018

Juste par curiosité, Ignaz: Marguerite était-elle toujours vierge?
En ce qui vous concerne, je n'en doute pas un instant: un moyne, ça reste puceau toute sa vie.

Quoi qu'il en soit, je vous conseille vivement de quitter les ordres au plus vite, surtout après les aveux nauséeux que vous venez de nous faire. Vous vous sentirez ainsi plus libre pour continuer à niquer tranquillement la Marguerite (niquer c'est tout de même mieux qu'effeuiller, non?) sans avoir ensuite à vous farcir des tonnes de psaumes indigestes.
De toute façon - et je tiens cette information de l'ange Gabriel, qui me rend régulièrement visite - Dieu n'écoute pas plus les psaumes que les prières.
Si vous saviez ce qu'il s'en fout, des psaumes et des prières...
Et si vous saviez les orgies qui se déroulent au ciel...

Vous savez que vous me faites beaucoup penser au Dr Faust, Ignaz?

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

Ah que Satan veut m`empecher de montrer la sainte photographie a nos amis de la dimension helvétique mais la voici la voila quand meme! http://ekladata.com/lviHgYYQzsuWQ9edlMqRKRT6XdM@550x311.jpg

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 30/05/2018

Chez moi en tout cas, le lien ne fonctionne toujours pas.
"Page introuvable. Erreur 404."

Écrit par : Mario Jelmini | 30/05/2018

A propos Mario mon enfant, avez-vous des nouvelles de ce cher imam Dhou n'Noun Al Misri? La derniere fois que je l`ai vu, il vendait des sandouiches au lard de hrghrg sur une planetoide perdue au fin fond de la constellation du tire-bouchon.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 30/05/2018

Vous voyez qu'il a les idées larges, mon ami l'imam: il vend des sandwiches au LARD!
J'espère que vous lui en avez acheté au moins un. Parce que les sandwichs de l'imam, miam-miam!

Juste une question: c'est quoi la monnaie en vigueur dans la constellation du tire-bouchon? Le bitcoin? Ont-ils aussi des banques qui émettent de la monnaie scripturale ou bien ne connaissent-ils que la monnaie pleine? Peut-on payer avec une Mastercard ou en sont-ils encore au troc?
N'ayant pas encore choisi de destination pour mes prochaines vacances, je me renseigne.

À propos de tire-bouchon, ça me rappelle une nuit bien arrosée où, dans un palace de St-Moritz, des amis et moi avions commandé une Xème bouteille. C'est à moi que revint l'honneur de goûter le crû. Figurez-vous que j'ai obtenu sans difficulté le remplacement de la bouteille en argüant du fait que le vin avait le goût de... tire-bouchon (Korkzieher en allemand)!

Écrit par : Mario Jelmini | 31/05/2018

J`aurais du y penser, la photographie en question est extraite des Archives Akashiques auxquels nous avons acces par le réseau celestnet de la dimension poznave mais vous vulgaires mortels n`avez bien-sur pas le réseau celestnet. J`ai demandé un coup de main a l`un des pensionnaires lobotomisés de Zinzin qui s`y connait en nains fort matiques et le sacripant m`assure avoir réussi a débloquer un instant le grand pare-feu cosmique afin que vous puissiez voir le cliché en question: http://ekladata.com/lviHgYYQzsuWQ9edlMqRKRT6XdM@550x311.jpg Si ca ne passe toujours pas ne m`en veuillez pas, j`aurai fait tout ce qui est en mon misérable pouvoir de moyne des sables.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 31/05/2018

Toujours le même refrain: "Page introuvable. Erreur 404"
C'est un nain de jardin, votre informaticien?

Écrit par : Mario Jelmini | 31/05/2018

Tant pis, les voies de la Providence ont sans doute encore enfrouscatouillé les circuits de dérivation par lesquels mon nain finalement pas si fort matique prétendait vous rendre momentanément accessibles les merveilles de l`AA. Ce sera pour une autre fois peut-etre. Quand a mon ami l`imam, notre rencontre remonte déja a quelques plus-ou-moins bons siecles et cela n`a d`ailleurs duré que quelques parsec-ondes, le temps d`attraper ma correspondance pour le Nuage de Magellan. Tout ca pour vous dire que je n`ai guere eu le temps d`étudier le systeme financier de la planétoide en question mais je crois me rappeler que les prix étaient marqués en grd`mhfhrs et en hmbudmbdus comme d`ailleurs dans toute la Constellation du Tire-Bouchon a l`époque. Vous etes un sacré farceur mon cher Mario, votre histoire du gout de tire-bouchon m`a fait pisser parmi et je la raconterai a Marguerite la prochaine fois, ca la fera surement bien rigoler et quand elle rigole, la Marguerite, le moyne des sables il gaule hehe..

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 31/05/2018

A défaut, la bibliothécaire nymphomane d'Ignaz le moyne des sables pourrait nous refiler son bouquin sur le cerveau du sexe (celui qu'elle cache sous les 2m2 de sa nappe en cortex).

Écrit par : divergente | 31/05/2018

Vous voulez dire http://ekladata.com/lviHgYYQzsuWQ9edlMqRKRT6XdM@550x311.jpg ? On est bien peu de chose pour prétendre forcer les cadenas de l`AA.

Écrit par : le clodo céleste | 31/05/2018

Bizzare, je peux voir cette photo. Et lorsque je poste le lien, c'est une autre qui apparait...
http://ekladata.com/lviHgYYQzsuWQ9edlMqRKRT6XdM@550x311.jpg

Écrit par : Pierre Jenni | 31/05/2018

On dirait que le diable s'en mêle...
Pour ma part, je vois toujours la même photo, en noir et blanc, ce qui me paraît normal puisqu'à chaque fois le lien donné est le même.
Où voulez-vous en venir, Pierre? Quel message cherchez-vous à nous transmettre?

Écrit par : Mario Jelmini | 31/05/2018

L'Histoire de la véritable histoire, mieux que commenter des commentaires!

https://www.arte.tv/player/v3/index.php?json_url=https%3A%2F%2Fapi.arte.tv%2Fapi%2Fplayer%2Fv1%2Fconfig%2Ffr%2F067068-000-A%3Fautostart%3D1%26lifeCycle%3D1&config=arte_nude&lang=fr_FR

Écrit par : Pierre NOËL | 03/06/2018

Petite précision, l'histoire des minéraux est liée à l"apparition de la vie des bactéries, de terre noire, des volcans, blanche car glacée, des acides aminés, puis de l'oxygène et du gaz carbonique C'est très résumé, j'en conviens.

Rien à voir avec les religions et leurs cerveaux plats comme la terre.

Écrit par : Pierre NOËL | 03/06/2018

Attention aux crises cardiaques ! La gauchiasserie va se gauchiasser dans le froc.

https://blog.sami-aldeeb.com/2018/06/02/selon-le-roi-mohammed-vi-du-maroc-il-ny-a-pas-de-vierges-au-paradis/

Remballez le coran, la bible et autres bouquins en rien sacrés, mettez-les dans une cave humide ou il y a des souris.

Écrit par : Pierre NOËL | 03/06/2018

- "[22] Oussama Ben Laden: ressortissant saoudien fortement soupçonné d’avoir été à l’origine des attentats terroristes perpétrés à New York et Washington le 11 septembre 2001 par utilisation d’avions civils détournés. Après une longue traque, il fut assassiné au Pakistan le 2 mai 2011 par un commando américain."


Monsieur Jelmini, ne faudrait-il pas plutôt écrire ... "il est présumé assassiné au Pakisten ...", ou peut-être ... "il a été déclaré disparu au Pakistan", ... faute de preuve tangible de sa mort, par exemple ... sa dépouille ?

https://www.telegram.ee/wp-content/uploads/2017/02/1.jpg

Écrit par : Chuck Jones | 03/06/2018

Vous filez du mauvais coton, Chuck.
Si vous vous êtes farci mon billet jusqu'à la 22ème et avant-dernière note (ce que personne n'a fait à part vous), c'est le signe que vous êtes sérieusement dérangé.
Et si vous êtes dérangé, cela ne m'étonne pas que vous émettiez des doutes au sujet de la mort de Ben Laden, alors que le monde entier sait qu'il a été tué lors d'une expédition-commando conduite par les Américains au Pakistan (en violation du droit international public, mais de cela tout le monde s'en fout). Vous n'avez pas lu les communiqués de presse du gouvernement américain? Ils ne laissent planer aucun doute: Ben Laden est mort et bien mort.
Vous vivez dans quel monde, Chuck? Qu'est-ce que vous voulez de plus, comme preuve, que la parole d'un Président américain?

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

" Si vous vous êtes farci mon billet jusqu'à la 22ème et avant-dernière note (ce que personne n'a fait à part vous), c'est le signe que vous êtes sérieusement dérangé."

O:-))))

Ne me dites pas ... vous tracez des petits chemins et construisez des labyrinthes sans espérer que quelqu'un ne les explore ? Ou en espérant que l'on s'y perde ? Hmmmm ... ? :-)))

Essayeriez vous de construire plus vite que je n'arrive à découvrir ?

Hmmmmm ?

Qui vous dit que je suis fait de chair et non de silicium ?

Hmmmmm ?

Qui est le plus dérangé d'entre nous deux, Monsieur Jelmini ?

Hmmmmm ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Turing


}-)~>

Bonne journée, Maître Conteur !

Écrit par : Chuck Jones | 04/06/2018

Bienvenue au club, Chuck!
Vous et moi sommes de la même race.
De la même race que ce Jésus qui disait aux pharisiens:
"Vous êtes d'en bas; moi, je suis d'en haut. Vous êtes de ce monde; moi, je ne suis pas de ce monde” (Jean 8:23)...
De la même race que ce Jésus qui, lors de son interrogatoire, déclara successivement à Pilate:
“Mon royaume n’est pas de ce monde” (Jean 18:36 in initio) et
“Mon royaume n’est pas d’ici-bas” (Jean 18:36 in fine).

Comme vous et moi, Jésus est à ranger au nombre de ces psychopathes dont on a coutume de dire qu’ils sont “dans leur monde à eux” ou qu’ils vivent “dans un autre monde”. Étant incapable de s’adapter aux réalités du monde objectif à cause de sa maladie, tout ce qu’il pouvait faire pour combattre son mal-être était de forcer les autres à s’adapter à lui en leur imposant sa propre réalité: celle du monde imaginaire qu’il s’était inventé. Ce qui revenait à les entraîner dans sa schizophrénie.

Sauf que pour nous c'est un jeu. Alors que Jésus, lui, se prenait au sérieux. Et qu'ils sont nombreux, ceux qui se sont laissés prendre...

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Les commentaires sont fermés.