UA-119481582-1

03/06/2018

Mais qui donc est Marguerite? [2ème partie]

Avertissement: ce billet sera très court sauf que la note 5 est extrêmement longue et tortueuse, ce qui provient du fait que - comme saint Paul a fini par le reconnaître dans un accès de lucidité - les voies de Dieu sont incompréhensibles (Romains 11:33, traduction Louis Segond).

La note en question vaut toutefois la peine d'être lue intégralement car elle annonce ni plus ni moins que... le retour imminent de Jésus-Christ parmi nous! Un retour qui - selon des informations glanées directement auprès de l'ange Gabriel (merci Gaby-les-bons-tuyaux) - surviendra d'ici la fin du présent mois de juin et fera l'objet de reportages exclusifs sur ce blog.



Incroyable Marguerite! Quand on pense à la multitude des univers en activité, sa venue précisément dans cet univers tient de la gageure. Mais ce n’est pas tout: alors que notre univers abrite des centaines de milliards [1] d’autres galaxies disséminées à l’intérieur d’innombrables amas et superamas, c’est au sein de la Voie lactée (et pas ailleurs) que Marguerite est apparue. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que son destin l’a fait atterrir sur une planète (une petite sphère bleue, perdue dans l’immensité) de ce système solaire, alors que plusieurs centaines de milliards1 d’étoiles peuplent la Voie lactée. Enfin, pour couronner le tout, c’est en la forme humaine [2] qu’elle se révèle aux populations terrestres, alors qu’une infinité d’autres formes s’offraient à son incarnation.

Sacrée Marguerite, qui nous gratifie de sa présence vivifiante hic et nunc (ici et maintenant), alors que sa visite était tellement improbable. Sans elle, le monde ne serait pas ce qu’il est. Et nous ne considérons que son existence actuelle, nous ne parlons même pas de toutes les vies qu’elle a déjà connues, ni de celles qu’il lui sera encore donné de vivre, dans l’en-deçà comme dans l’au- delà.

À propos de ces autres vies, il convient de mentionner qu’il y a deux mille ans, Marguerite a rempli sur Terre une mission importante sous le nom de Ponce Pilate [3], dit Lance d’Or, et que le chemin de Marguerite devrait bientôt croiser une seconde fois celui de Jésus, le fameux prédicateur-moraliste qui a prononcé tant d’inepties mais qui a fait tant d’adeptes. Cette nouvelle rencontre entre le Fils (unique) et la Fille (unique), entre le Frère et la Soeur, est censée se produire lorsque les astres entreront dans une certaine configuration (on parlera alors de conjonction), connue de Dieu seul. Ce sera alors le temps de la parousie – cette période de quarante jours [4] qui, à en croire le GraLiCr, préludera au Jugement dernier [5].

—————————————————————

[1] Chiffre donné par Stephen W. Hawking dans son livre Une brève histoire du temps, Champs-Flammarion, 2001, page 59 (à la page 163, l’auteur parle même de “milliers de milliards” de galaxies “dans l’univers observable”).

[2] Cf. Actes 14:11 (“Les dieux, ayant pris une forme humaine, sont descendus vers nous”), ainsi que Daniel 10:16-18.

[3] Ponce Pilate, citoyen romain, fut Préfet [3.1] et gouverneur de la province romaine de Judée, de l’an 26 à l’an 36 de l’ère dite chrétienne, sous le règne de l’empereur Tibère.
......... [3.1] On a souvent qualifié Pilate de Procurateur de Judée mais il a été démontré que le titre de Procurateur n’a remplacé celui de Préfet qu’une vingtaine d’années après l’exécution de Jésus.

[4] Cette durée de quarante jours revient souvent dans les Écritures. Ainsi: • Genèse 7:17 et 50:3, Nombres 14:34, I Samuel 17:16, Ézéchiel 4:6, Marc 1:13 et Luc 4:2 (“quarante jours”); • Genèse 7:12, Exode 24:18 et 34:28, Deutéronome 9:9, 9:18, 9:25 et 10:10, I Rois 19:8 et Matthieu 4:2 (“quarante jours et quarante nuits”); • Genèse 8:6, Nombres 13:25 et Deutéronome 9:11 (“Au bout de quarante jours”); • Genèse 7:4 (“Je ferai pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits et j'exterminerai de la surface de la terre tous les êtres que j'ai créés”; c’est l’Éternel qui révèle à Noé ses noirs desseins); • Jonas 3:4 (“Encore quarante jours et Ninive sera détruite”); • Actes 1:3 (“Après qu'il [Jésus] eut souffert, il leur apparut vivant et leur en donna plusieurs fois la preuve, se montrant à eux [les disciples] pendant quarante jours”). Voir également Le Coran II:51 et VII:142 (quarante nuits) .

[5] Le Petit Larousse grand format, édition 2004, définit ainsi la parousie: “retour glorieux du Christ, à la fin des temps, en vue du Jugement dernier”. Quant à savoir quand [5.1] aura lieu ce retour [5.2], l’auteur de l’Épître aux Hébreux est optimiste: “Encore un peu, bien peu de temps, et celui qui doit venir, viendra; il ne tardera point” (Hébreux 10:37). Il est vrai qu’à l’échelle cosmique, deux mille ans sont bien peu de chose. Comme l’a écrit l’apôtre Pierre dans une de ses lettres: “Ce que vous ne devez pas oublier c’est que devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour” (II Pierre 3:8 [5.3]; réminiscence, sans doute, de Psaumes 90:4 [89:4 selon la Vulgate]: “Car mille ans sont à tes yeux [aux yeux de Dieu] comme le jour d’hier qui est passé, comme une veille nocturne”).

Le Nouveau Testament annonce à plusieurs reprises le retour de Jésus sur terre. Dans la parabole des mines (Luc 19:11-27), le maître qui part se faire sacrer roi représente Jésus et le retour du maître investi de l’autorité royale annonce la parousie avec ses règlements de comptes. Les passages suivants sont plus explicites: • “Alors paraîtra dans le ciel le signe du Fils de l’homme: toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel avec une grande puissance et une grande gloire. Il enverra ses anges qui, au son éclatant de la trompette [5.4], rassembleront ses élus [5.5] aux quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre extrémité” (Matthieu 24:30-31; intéressante, cette notion de cieux possédant deux extrémités); • “Alors on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées, avec une grande puissance et une grande gloire; et il enverra les anges pour rassembler les élus [5.5] des quatre vents, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel” (Marc 13:26-27 [5.6]; on notera au passage que notre planète et le ciel possèdent chacun une “extrémité”); • “Alors on verra le Fils de l'homme venir sur une nuée avec beaucoup de puissance et de gloire” (Luc 21:27); • “Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, alors il s’assiéra sur son trône de gloire” (Matthieu 25:31); • “Je reviendrai et je vous prendrai avec moi” (Jean 14:3; c’est Jésus qui parle, s’adressant à ses disciples); • “Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviendrai vers vous” (Jean 14:18; c’est encore Jésus qui parle, s’adressant à ses disciples); • “Vous m'avez entendu dire que je pars, mais aussi que je reviendrai auprès de vous” (Jean 14:28, traduction Bible du Semeur; c’est toujours Jésus qui parle, s’adressant à ses disciples); • “(...) jusqu'à ce que je revienne” (Jean 21:22 et 21:23; Jésus, fraîchement ressuscité des morts, s’adresse ainsi à Simon Pierre); • “Ce Jésus qui, du milieu de vous, a été enlevé dans le ciel, en reviendra de la même manière que vous l’y avez vu monter” (Actes 1:11); • “En effet, le Seigneur lui-même [lire: Jésus], à un signal donné, à la voix d'un archange et au son de la trompette de Dieu [5.4], descendra du ciel et ceux qui sont morts en Christ ressusciteront d'abord” (I Thessaloniciens 4:16); • “(...) lorsque le Seigneur Jésus paraîtra, venant du ciel, avec les anges de sa puissance, au milieu de flammes de feu, pour faire justice [5.7] en punissant ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de notre Seigneur Jésus. Ils auront pour châtiment une ruine éternelle (...)” (II Thessaloniciens 1:7-9); • “Une seconde fois, il [le Christ] apparaîtra à ceux qui l’attendent, [cette fois] pour leur donner le salut” (Hébreux 9:27); • “(...) lorsque Jésus-Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore” (I Pierre 1:7-8); • “Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour-là, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu’elle renferme sera consumée. (...) Car nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice [5.7] habitera” (II Pierre 3:10- 13); • “Le temps est proche. (...) Voici que je viens bientôt, et j’apporterai avec moi la rétribution” (Apocalypse 22:10 in fine et 22:12; Jean, serviteur de Dieu, raconte qu’au cours d’une vision, il aurait vu et entendu Jésus prononcer ces paroles); • “Oui, je viens bientôt” (Apocalypse 22:20, avant-dernier verset de la Bible; si l’on en croit Jean et sa vision apocalyptique [5.8], cette promesse aurait été formulée par Jésus); • “Le voici qui vient avec les nuées. Tout oeil le verra” (Apocalypse 1:7; “le” est mis pour “Celui qui nous aime, qui nous a lavés de nos péchés par son sang”).

Quel jour nous apparaîtras-tu et quel jour te reverrons-nous?”, demandaient déjà les disciples à Jésus (Évangile extra-canonique de Thomas, logion 37) [5.9]. Près de deux mille ans se sont écoulés, et Jésus n’est pas encore revenu. La question demeure: quand reparaîtra-t-il? Certains prédisent que ce sera à la Saint-Glinglin, d’autres parient sur la semaine des quatre jeudis. De toute façon, tous n’auront pas raison puisque, comme chacun sait, la Saint Glinglin ne tombe jamais sur une semaine à quatre jeudis. D’ailleurs, toute spéculation à ce sujet est vaine puisque Jésus lui-même a déclaré: “Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges dans les cieux, ni le Fils, mais le Père seul” (Matthieu 24:36; Marc 13:32 [5.10]). Cette déclaration est également intéressante à un autre titre: elle révèle que le Fils n’est pas le Père et que le Père n’est pas le Fils. Ce constat s’apparenterait à une lapalissade si Jésus n’avait pas affirmé, en diverses occasions, que le Père et lui constituaient une seule et même personne: “Moi et le Père, nous ne sommes qu’un” (Jean 10:30); “Celui qui m’a vu a vu le Père” (Jean 14:9); “Croyez-moi: je suis dans le Père et le Père est en moi” (Jean 14:11). L’ambiguïté de ces propos a troublé bien des esprits, y compris celui de Marguerite: si le Fils est le Père et réciproquement, s’est-elle plus d’une fois demandé, comment se fait-il que le Père connaisse le jour et l’heure tandis que le Fils ignore tout à ce sujet? De même, quand elle repensait au notable qui s’était adressé à Jésus par ces mots: “Mon bon Maître” (Marc 10:17, Luc 18:18), Marguerite s’interrogeait: en lui répliquant sèchement: “Pourquoi m'appelles-tu «bon»? Il n'y a de bon que Dieu seul” (Marc 10:18, Luc 18:19), Jésus n’a-t-il pas voulu lui signifier qu’il ne fallait pas le confondre avec le bon Dieu (autrement dit: que Jésus c’était une chose, Dieu une autre)? Par ailleurs, toujours en admettant que Jésus soit véritablement en Dieu et Dieu véritablement en Jésus, comment expliquer que le fils de Marie se soit un jour adressé aux fils de Zébédée en ces termes: “Pour ce qui est d'être assis à ma droite et à ma gauche [dans le Royaume des cieux], cela ne dépend pas de moi; ces places reviendront à ceux pour qui mon Père les a préparées” (Matthieu 20:23) [5.11]?Et si l’on persiste dans cette idée que Jésus et Dieu ne sont qu’un, comment comprendre que le premier nommé ait ainsi reconnu ses limites face au second nommé: Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu (Le Coran V:116) [5.12]? Une reconnaissance, soit dit en passant, confirmée par cette déclaration: “Le Père qui m’a envoyé est plus grand que moi” (Jean 14:28; c’est Jésus qui parle). Là encore, Marguerite ne comprenait pas: comment Jésus pouvait-il à la fois reconnaître qu’il n’était pas à la hauteur du Père et affirmer: “Celui qui m’a vu a vu le Père” (Jean 14:9)? Si le Père est plus grand que le Fils, pensait-elle, je veux bien que le Fils soit dans le Père; mais qu’en même temps le Père soit dans le Fils alors que celui-ci ne lui arrive pas à la cheville, voilà qui la dépassait. Et puis, se disait encore Marguerite, si le Fils est Dieu au même titre que le Père, comme l’affirme la doctrine de la consubstantialité [5.13], comment comprendre que Jésus, sur le point de mourir, se soit écrié, “d'une voix forte: «Eloï, Eloï, lama sabachthani?» – ce qui signifie: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?” (Marc 15:34 et Matthieu 27:46 [5.14])? Dieu se serait-il abandonné lui-même? Crucifié lui-même? Ressuscité lui-même? Et si, comme le prétend Luc 23:46, les dernières paroles de Jésus sur la croix n’ont pas été celles rapportées en Marc et Matthieu mais les suivantes: “Père, je remets mon esprit entre tes mains” [5.15], le problème reste entier: quel sens cela a-t-il de s’adresser à soi-même pour remettre son propre esprit entre ses propres mains? Être à la fois soi-même et quelqu’un d’autre, et agir comme si l’on était deux - voilà qui fait irrémédiablement [5.16] penser à un dédoublement de la personnalité.

D’ailleurs, quand l’Éternel a annoncé le venue d’un Messie, il l’a désigné en ces termes: “Le juste, mon serviteur” (Ésaïe 53:11). Or, les chrétiens considèrent que Jésus est le Messie annoncé par Ésaïe. Dès lors, on voit difficilement comment Dieu et Jésus pourraient n’être qu’une seule et même personne quand le premier présente le second comme étant son serviteur.

Mais peut-être convient-il de se placer dans une perspective cosmique et de considérer Dieu et Jésus comme des émanations distinctes d’une seule et même réalité sous-jacente (une seule et même réalité, plus fondamentale qu’eux [5.17] et qui les engloberait), au même titre que les physiciens regardent l’énergie, la matière, l’espace et le temps comme des manifestations (ou: comme des aspects différents) d’une même réalité plus fondamentale [5.18]?

......... [5.1] • “«Dis-nous: quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton retour et de la fin du monde?»” (Matthieu 24:3; dans ce passage, les disciples interrogent Jésus. Comparer avec Marc 13:4 et Luc 21:7); • “Eh bien, il [Jésus] a promis de venir, mais c'est pour quand?” (II Pierre 3:4, traduction Bible du Semeur. Autres manières de traduire: 1/ La Bible Parole de Vie: “Jésus a promis de venir, n'est-ce pas? Eh bien, où est-il?”; 2/ Darby, Conférence épiscopale italienne, etc.: “Où est la promesse de sa venue?”; 3/ Segond 21: “Où est la promesse de son retour?”; 4/ David Martin, chanoine Crampon, Louis Segond, La Colombe: “Où est la promesse de son avènement?”; 5/ Traduction Oecuménique de la Bible / 2010: “Où en est la promesse de son avènement?”); • “Soyez donc patients, frères et soeurs, jusqu'à l'avènement du Seigneur. (...) Car l'avènement du Seigneur est proche” (Jacques 5:7-8; par “Seigneur”, il faut entendre le Seigneur Jésus). • À rapprocher de Daniel 12:6 : “Quand viendra le temps où s’accompliront ces choses merveilleuses?”.

......... [5.2] “Lors de son retour”, écrit Paul à la fin de I Corinthiens 15:23 (autres traductions possibles: “Lors de son avènement”, “Au moment où il [Jésus] reviendra”). Dans le même sens mais d’un autre épistolier: “Lorsqu’il [Jésus] apparaîtra” (I Jean 2:28 et 3:2) et “à son avènement” (I Jean 2:28; autres traductions: “à sa venue”, “au moment de sa venue”, “lors de son retour”).

......... [5.3] Comme la Bible l’atteste, Dieu a créé les cieux, la terre, la mer et tout ce qui s’ensuit en six jours [5.3.1], et le septième jour il s’est reposé (cf. Genèse 1:1 à 2-3, Exode 20:11 et Hébreux 4:4) [5.3.2 + 5.3.3]. Si l’on admet, avec II Pierre 3:8, qu’à l’échelle du Seigneur “mille ans sont comme un jour”, cela signifie qu’au ciel, la semaine dure l’équivalent de sept mille années terrestres et le repos hebdomadaire l’équivalent de mille annnés terrestres. Etant donné (éternité oblige) que Dieu n’a pas cessé d’exister [5.3.4], on peut supposer qu’il continue à se reposer chaque septième jour [5.3.5], ce qui revient à dire (si l’on considère les choses du point de vue terrestre) chaque septième millénaire [5.3.6]. Il y a donc une chance sur sept que Dieu et ses anges soient actuellement en plein sabbat céleste. Comme il est pratiquement certain que Jésus ne reviendra pas sur terre au cours d’un millénaire sabbatique, il est possible qu’il faille encore attendre plusieurs centaines d’années avant qu’il ne reface surface.

.................. [5.3.1] Le Coran le confirme: Dieu [...] a créé les cieux et la terre en six jours (Le Coran VII:54 et X:3; dans le même sens: XXV:59, XXXII:4 et LVII:4).

.................. [5.3.2] On ignore ce qu’il faisait avant cette semaine bien remplie [5.3.2.1] mais il y a fort à parier que Dieu s’ennuyait ferme. À moins qu’il n’ait été occupé à créer d’autres cieux, d’autres terres et d’autres mers, ailleurs dans l’univers.

........................... [5.3.2.1] On part ici de l’idée que Dieu existe “de toute éternité” [5.3.2.1.1], sans début ni fin, comme l’enseignent le judaïsme, le christianisme, l’islam et la plupart des religions (ce n’est pas pour rien que la Bible le surnomme “l’Éternel”; voir, en particulier, Ésaïe 40:28). Si Dieu avait commencé à exister à un moment donné, la Bible et le Coran n’auraient certainement pas manqué de renseigner leurs lecteurs à ce sujet [5.3.2.1.2].

.................................... [5.3.2.1.1] Cf. • les traductions Louis Segond et Segond 21 de Psaumes 55:19 (ou, selon la numérotation adoptée, 55:20), la traduction de la Bible du Semeur de Psaumes 90:2 et les traductions Louis Segond et Segond 21 de Psaumes 93:2; •• la traduction de la Bible du Semeur d'Ésaïe 26:4 et d'Ésaïe 40:28; ••• les traduction Louis Segond et version synodale (huitième revision, Lausanne 1956) de Habacuc 1:12.

.................................... [5.3.2.1.2] À vrai dire, une rapide recherche révèle que le début du verset 1:12 du livre d’Habacuc a parfois été traduit de la manière suivante: “N'es-tu pas depuis l'origine, ô Eternel?” (Bible du Semeur), ou “N'es-tu pas dès le commencement, Yahweh mon Dieu, mon saint?” (chanoine Crampon).
Il y aurait donc quand même eu un commencement? De là à prédire qu’il y aura également une fin...

.................. [5.3.3] Parmi les dix commandements édictés par le Dieu tout-puissant figure l’obligation, pour les hommes, de se soumettre au repos sabbatique (lire Exode 20:1-2 et 8-11 ou Deutéronome 5:7 et 12-14). Les juifs s’astreignent à ce repos du vendredi à la tombée de la nuit au samedi à la tombée de la nuit tandis que la plupart des églises chrétiennes ont fait du dimanche la journée consacrée au repos. Quant à Allah, il a commencé à administrer son empire dès le septième jour, sans s’accorder le moindre répit (il est vrai qu’un Dieu occupé à se reposer, ça ne fait pas très sérieux). Et il a maudit les gens du sabbat (Le Coran IV:47).

.................. [5.3.4] On se demandait, il y a quelques instants (cf. la note 5.3.2 ci-dessus), à quoi Dieu pouvait bien passer son temps avant qu’il ne crée “les cieux et la terre ” [5.3.4.1] (ou, comme il est écrit en Psaumes 90:2, “la terre et le monde”, qui devient “la terre et l’univers” dans la la traduction de la Bible du Semeur). À ce sujet, il serait intéressant de savoir s’il se reposait déjà un jour sur sept. Ou peut-être était-il endormi, comme la Belle au bois dormant?

........................... [5.3.4.1] Que Dieu ait créé les cieux et la terre est attesté à maintes reprises dans la Bible (Genèse 1:1 et 2:1, Exode 31:17, II Rois 19:15, II Chroniques 2:12, etc.). Le Coran emboîte le pas, par exemple en XXXV:1 (Louange à Dieu, Créateur des cieux et de la terre) ou en XIII:16 et XXXIX:62 (Dieu est le Créateur de toute chose).

.................. [5.3.5] “Le septième jour est le jour du repos de l'Éternel, ton Dieu” (Exode 20:10, traduction Louis Segond et Segond 21).

.................. [5.3.6] Ceux qui croient dur comme fer que les six jours au cours desquels Dieu a fabriqué le monde, de même que le septième au cours duquel il s’est reposé, doivent être compris comme étant des jours terrestres et non des jours célestes seraient bien inspirés de s’abstenir de prier le dernier jour de la semaine, qu’il s’agisse du samedi ou du dimanche: ce jour-là, en effet, le Tout-Puissant se repose et il faut être un sacré malotru pour songer à troubler son repos. Il est d’ailleurs parfaitement vain de chercher à entrer en contact avec lui quand il se repose car durant ces périodes, il coupe le son, de manière à ce que la multitude des prières qui montent sans cesse jusqu’à lui et le mettent au bord de la crise de nerfs ne lui parviennent plus. Vouloir le déranger le dernier jour de la semaine peut même s’avérer dangereux. En effet, outre le commandement imposant le respect du sabbat, il en existe un autre qui stipule: “Tu n’invoqueras pas le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain; car l’Éternel ne tiendra point pour innocent celui qui invoquera son nom en vain” (Exode 20:7 et Deutéronome 5:11; autre traduction fréquente: “Tu ne prononceras pas en vain le nom de l’Éternel, ton Dieu; car l’Éternel ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom en vain”).

........... [5.4] Zacharie 9:14 l’avait annoncé: “Le Seigneur, l’Éternel, sonnera de la trompette”. Une occupation divine parmi d’autres. Et tant pis pour ceux qui auraient préféré l’ukulélé à la trompette.

........... [5.5] Jésus a averti: il y aura “beaucoup d’appelés mais peu d’élus” (Matthieu 22:14; autre traduction: “Beaucoup sont invités mais peu sont choisis”).

........... [5.6] Trois versets plus loin, Marc enchaîne en faisant dire à Jésus: “Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera pas avant que tout cela n'arrive”. Quelques chapitres auparavant, le même évangéliste avait déjà écrit: “Il [Jésus] leur dit encore [à ses disciples]: «Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront pas avant d'avoir vu le royaume de Dieu venir dans toute sa puissance»” (Marc 9:1 ou 8:39, selon la numérotation adoptée). Là, manifestement, quelqu’un s’est “planté”: ou bien la boule de cristal utilisée par Jésus était défectueuse, ou bien les paroles de Jésus sont parvenues déformées aux oreilles de Marc (celui-ci n’était certainement pas du genre à rapporter autre chose que ce qu’il avait entendu dire, même dans les cas où il eût préféré entendre autre chose). À moins que le Royaume de Dieu ne soit venu sans que personne n’y prenne garde. Car Jésus a aussi déclaré: • “Le royaume de Dieu ne viendra pas en se faisant remarquer” (Luc 17:20; selon la traduction utilisée, “en se faisant remarquer” devient: ◊ “de manière à frapper les regards”, ◊ “de manière à attirer l’attention”, ◊ “de manière observable”, ◊ “de manière à ce qu’on puisse le reconnaître par des signes extérieurs”); •• “Le Royaume du Père s’étend sur le terre et les hommes ne le voient pas” (Évangile extra-canonique de Thomas, logion 113).

........... [5.7] Sept cents ans avant J.-C., Dieu annonçait déjà, par la voix de son prophète [5.7.1]: “Ma justice est proche; mon salut va paraître et mes bras jugeront les peuples” (Ésaïe 51:5); “Je hâte l’avènement de ma justice; elle n’est pas loin” (Ésaïe 46:13). Si le peuple hébreu est parvenu à surmonter toutes les épreuves qui se sont abattues sur lui au cours de son histoire, c’est qu’il avait confiance en la promesse, plus d’une fois renouvelée, selon laquelle l’instauration d’une justice divine, gage pour lui de paix et de prospérité, était imminente. Aujourd’hui certains juifs, trouvant l’attente un peu longue, en arrivent à se demander si le Dieu d’Israël a jamais eu l’intention de tenir sa promesse. Des doutes apparaissent également chez les chrétiens, qui se demandent s’ils peuvent encore compter sur un retour glorieux de Jésus pour assister au “triomphe de la justice” (Matthieu 12:20 in fine, traduction Bible du Semeur).

.................. [5.7.1] “J’ai mis mes paroles dans ta bouche” (Ésaïe 51:16; c’est l’Éternel des armées qui parle).

........... [5.8] Dans les anciens temps, l’apocalypse était un genre littéraire fort répandu. Outre le livre de Daniel et l’Apocalypse de Jean, qui ont été admis dans la Bible, on mentionnera l’Apocalypse grecque de Baruch, l’Apocalypse syriaque de Baruch, ainsi que les apocalypses d’Abraham, d’Adam, de Daniel, d’Élie, d’Esdras, d’Étienne, de Jacques, de Moïse, de Paul, de Pierre, de Sedrach et de Sophonie, toutes jugées apocryphes.

........... [5.9] Comme l’avait dit un jour Jésus en petit comité (si l’on en croit Marc 13:3, seuls Pierre, Jacques, Jean et André étaient présents): “Vous ne savez pas quand ce moment viendra” (Marc 13:33).

........... [5.10] Pour sa part, le troisième Évangile synoptique apporte, toujours par la voix de Jésus, cette intéressante précision: “Le Fils de l'homme viendra à une heure où vous ne l’attendrez pas” (Luc 12:40; autres traductions: “Le Fils de l'homme viendra à l'heure où vous n'y penserez pas”; “Le Fils de l'homme viendra au moment où vous vous y attendez le moins”; dans le même sens: Matthieu 24:44). Cette révélation a incité nombre de spécialistes de la Parole à proclamer que moins on attendrait le retour de Jésus, plus il aurait de chances de se produire. L’ennui, c’est que pour cesser d’attendre ce retour, il faut cesser d’y croire - autrement dit: il faut avoir perdu la foi. Or, puisque seuls ceux qui possèdent la foi peuvent espérer être sauvés, il va de soi qu’une personne ayant cessé de croire au retour de Jésus (en d’autres termes: une personne ayant perdu la foi) ne sera jamais admise au paradis. Et comme ceux qui aspirent au Royaume des cieux ne sont pas près de renoncer à leur foi mais passent au contraire leur temps à guetter le retour du Messie, il faut craindre que celui-ci ne revienne jamais. Or, comme chacun sait, la résurrection et la vie éternelle ne pourront devenir effectives que si Jésus revient... [5.10.1]

.................. [5.10.1] On retrouvera ce schéma d’un christianisme qui se mord la queue dans la note [5.12.2.3] ci-dessous.

......... [5.11] La question se pose de savoir si Jésus, quand il a fourni cette explication, savait qu’après sa résurrection et son ascension il serait lui-même “assis à la droite de Dieu” [5.11.1], ainsi qu’il est affirmé en Marc 16:19, Colossiens 3:1 et Hébreux 10:12. Quoi qu’il en soit, une évidence s’impose: si même au ciel, l’entité Jésus est distincte de l’entité Dieu, alors le Jésus terrestre fut tout au plus un envoyé (ou un messager) du Père, en aucun cas Dieu lui-même.
Pour revenir aux fils de Zébédée (c’est-à-dire à Jacques et à Jean), ce n’est pas tant à droite par rapport à Jésus mais c’est surtout à droite par rapport au Père qu’il faut leur souhaiter de se retrouver quand ils ressusciteront au dernier jour. En effet, le moment est programmé où Dieu “dira à ceux qui seront à sa gauche: «Éloignez-vous de moi, maudits, allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges»” (Matthieu 25:41). Une fois cette opération de nettoyage terminée, Dieu se retrouvera lui-même tout à gauche, une position quelque peu inconfortable quand on sait comme le Malin est malin. Aussi est-il prévisible que Dieu se mettra en cercle avec les rescapés, ce qui lui permettra d’affirmer en temps voulu qu’ils se trouvent tous à sa gauche et de les envoyer à leur tour voir en enfer s’il y est. Car c’est quand il peut occuper à la fois le centre, la droite et la gauche, sans aucun de ces vicieux [5.11.2] d’humains pour lui marcher sur les pieds, que Dieu respire le mieux. Mais n’anticipons pas.

.................. [5.11.1] Ou, selon la vision d’Étienne rapportée par Luc en Actes 7:55 et 7:56, “debout à la droite de Dieu”. Ou encore simplement “à la droite de Dieu”, comme l’écrivent Paul (Romains 8:34) et Pierre (I Pierre 3:22), qui laissent ainsi une certaine liberté de mouvement à leur héros. Cela dit, si l’on admet qu’un jour Jésus, Jacques et Jean seront effectivement attablés ensemble dans le Royaume des cieux (cf. Matthieu 20:21 et Marc 10:37; voir aussi Matthieu 26:29 et Marc 14:25), se pose alors la question de la pesanteur. Car, jusqu’à preuve du contraire, l’apesanteur règne dans les cieux. Comment Jésus s’imagine-t-il boire au ciel “du fruit de la vigne [lire: du vin]” (cf. Matthieu 26:29 et Marc 14:25) dès lors que le whisky du capitaine Haddock “se met en boule” [5.11.1.1]?

........................... [5.11.1.1] Lire Hergé (pseudonyme de Georges Rémi), Objectif Lune (seizième album des aventures de Tintin), éd. Casterman, 1953.

.................. [5.11.2] Vicieux: ce terme complète avantageusement celui de cercle employé dans la phrase précédente.

......... [5.12] Le Nouveau Testament montre fréquemment Jésus en train de prier Dieu (voir, par exemple, Matthieu 11:25 [5.12.1], 26:39, 26:42 et 26:44; Marc 14:35-36 et 14:39; Luc 6:12, 9:28, 10:216.12.1, 11:1 et 22:41-42; Jean 17:9 et 17:20; Hébreux 5:7). Si Jésus et Dieu ne sont véritablement qu’une seule et même personne (Jean 10:30 : “Moi et le Père, nous ne sommes qu’un” [5.12.2]), il y a de quoi s’étonner. Prier quelqu’un qu’on est soi-même, n’est-ce pas là l’indice d’un trouble de la personnalité?

.................. [5.12.1] “Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, (...)”.

.................. [5.12.2] Le Quicumque [5.12.2.1] affirme que dans la Trinité (Père - Fils - Esprit saint), “il n'est (...) rien qui soit plus grand ou plus petit”. En énonçant ce dogme, le ou les auteurs du Quicumque font fi de cette cette parole de Jésus, déjà citée plus haut (note 5): “Le Père qui m’a envoyé est plus grand que moi” (Jean 14:28, qui confirme Jean 10:29 : “Mon Père (...) est plus grand que tous”; Paul entérine lorsqu’il proclame, dans sa première lettre aux Corinthiens, chapitre 11, verset 3 in fine: “Dieu est le chef du Christ”). Voilà qui démontre à quel point les travaux des conciles et des pères de l’Église peuvent déboucher sur des affirmations contraires à la révélation néotestamentaire. Jésus considérait d’ailleurs que non seulement le Père mais aussi l’Esprit saint étaient plus grands que lui, sinon il n’aurait pas déclaré: “Si quelqu'un dit du mal du Fils de l'homme, il lui sera pardonné [5.12.2.2]; mais pour celui qui aura blasphémé contre l'Esprit Saint il n'y aura pas de pardon” (Luc 12:10, traduction Bible du Semeur [5.12.2.3]).

........................... [5.12.2.1] Extraits du Quicumque, aussi appelé Symbole d'Athanase ou Credo d’Athanase (ce texte en latin, d’auteur incertain, aurait été composé au début du VIe siècle en Gaule méridionale):
“Incréé est le Père, incréé le Fils, incréé le Saint-Esprit; infini est le Père, infini le Fils, infini le Saint-Esprit; éternel est le Père, éternel le Fils, éternel le Saint-Esprit; (...) tout-puissant est le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint-Esprit” (début du troisième paragraphe);
“Le Père n'a été fait par personne et il n'est ni créé ni engendré” (début du quatrième paragraphe) [5.12.2.1.1].

.................................... [5.12.2.1.1] Comparer avec Le Coran CXII:3 : Il (Dieu) n’a pas été engendré (autre traduction: Il n’est pas enfanté).

........................... [5.12.2.2] Selon l'Évangile extra-canonique de Thomas, logion 44, Jésus aurait aussi dit: “Celui qui blasphème le Père, il lui sera pardonné”; ce logion s’achève toutefois sur cette mise en garde: “par contre, celui qui blasphème l'Esprit pur, il ne lui sera pardonné ni sur terre ni dans le ciel”).
Il ressort également des citations suivantes que non seulement le Père et le Saint-Esprit sont plus grands que le Fils mais aussi que le Saint-Esprit est plus grand que le Père [5.12.2.3]): • “C'est pourquoi je vous dis: tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. (...) Quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce monde ni dans le monde à venir” (Matthieu 12:31-32; c’est Jésus qui parle); • “Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, ainsi que tous les blasphèmes qu'ils auront proférés; mais quiconque blasphémera contre le Saint Esprit n'obtiendra jamais de pardon: il est coupable d'un péché éternel” (Marc 3:28-29; voir aussi Luc 12:10; c’est toujours Jésus qui parle).

........................... [5.12.2.3] Que le Saint-Esprit est plus grand que le Père est par ailleurs attesté en I Corinthiens 2:10 : “L'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu”. On aboutit ainsi à un fonctionnement triangulaire “en boucle”, répondant au schéma suivant: Dieu sonde les hommes [5.12.2.3.1], l’Esprit sonde Dieu et les hommes sondent l’Esprit. L’image d’un serpent qui se mord la queue illustrant on ne peut mieux ce méli-mélo, on se dit que le diable pourrait bien y être mêlé.

.................................... [5.12.2.3.1] • “L'Éternel sonde tous les coeurs et pénètre tous les desseins et toutes les pensées” (I Chroniques 28:9); • “Ses yeux observent, ses regards sondent les fils des hommes” (Psaumes 11:4).

......... [5.13] Consubstantialité: La doctrine de la consubstantialité, partie intégrante de l’orthodoxie chrétienne (mais farouchement combattue par l’islam), a été introduite par les évêques présents au premier concile de Nicée, en 325. Elle proclame l’identité de substance entre le Père et le Fils, “ce qui signifie que le Fils est Dieu au même titre que le Père” (Frédéric Lenoir, Comment Jésus est devenu Dieu, Fayard 2010, page 236). [5.13.1] Les paroles prononcées par Jésus et reprises dans le présent chapitre montrent à l’envi que selon l’Évangile, le Christ ne doit pas être confondu avec Dieu mais lui est subordonné. À ce sujet, on rappellera ces deux affirmations déjà citées dans la note 5.12.2 ci-dessus: ◊ “Dieu est le chef du Christ” (I Corinthiens 11:3 in fine ) et ◊◊ “Si quelqu'un dit du mal du Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais pour celui qui aura blasphémé contre l'Esprit Saint il n'y aura pas de pardon” (Luc 12:10, traduction Bible du Semeur; c’est Jésus qui parle). S’il y a pardon dans le cas du Fils et pas de pardon dans le cas du Saint-Esprit, c’est que la substance n’est pas la même, pas de la même étoffe, pas de la même qualité.

.................. [5.13.1] Par la suite, lors de l'édification du dogme trinitaire (qui proclame un Dieu unique en trois personnes: le Père, le Fils et le Saint-Esprit), la doctrine de la consubstantialité fut intégrée dans la Trinité, de sorte que l’idée d’une unité et d’une identité de substance vaut aussi bien pour le Saint-Esprit que pour Abba (le Père) et son Fils.

......... [5.14] Matthieu et Marc, désireux de rattacher les dernières paroles de Jésus à un passage connu de la Bible hébraïque, lui font citer ici Psaumes 22:2 (ou 22:1, selon la numérotation adoptée) [5.14.1].

.................. [5.14.1] En ce qui concerne les similitudes entre les Évangiles de Marc et de Matthieu, on admet généralement que les auteurs du selon Matthieu avaient une imagination particulièrement fertile et qu’un certain nombre de leurs trouvailles ont été reportées après coup dans le selon Marc, qui est le plus ancien des canoniques et n’avait de loin pas, à l’origine, l’ampleur qu’on lui connaît actuellement.

......... [5.15] Luc, tout aussi soucieux que Matthieu et Marc de faire coïncider les dernières paroles de Jésus à un passage du Tanakh, place dans la bouche du crucifié un autres verset des Psaumes, à savoir 31:6 (ou 31:5, selon la numérotation adoptée).
Dans le quatrième évangile canonique, Jésus expire (Jean 19:30 in fine) après avoir péniblement articulé: “J’ai soif” (Jean 19:28) [5.15.1], puis: “Tout est accompli” (Jean 19:30). Ainsi, après avoir comparé les quatre récits de la Passion officiellement reconnus par l’Église, le lecteur intéressé par les dernières paroles de Jésus n’a plus qu’à choisir, parmi les trois versions proposées, celle qui sonne le mieux à ses oreilles. Il peut même s’essayer à en concocter une quatrième, s’il a un peu d’imagination.
Quant au centurion témoin des derniers moments de Jésus, les propos que lui attribuent l’Évangile sont tout aussi incertains que ceux tenus par Jésus sur la croix. Selon Matthieu 27:54 et Marc 15:39 [5.14.1], l’officier romain aurait affirmé: “Assurément, cet homme était Fils de Dieu”; selon Luc 23:47, il aurait simplement déclaré: “Certainement, cet homme était juste”. Pour sa part, le récit johannique ne fait aucune mention de la présence d’un centurion sur les lieux de l’exécution.

.................. [5.15.1] Comparer avec Psaumes 69:21 in fine (ou 69:22, selon la numérotation adoptée).

......... [5.16] Irrémédiablement: jusqu’où le diable va se loger...

......... [5.17] Une seule et même réalité, plus fondamentale qu’eux: se pourrait-il qu’il s’agisse de l’Esprit (que le Nouveau Testament appelle régulièrement “l’Esprit Saint” ou “le Saint-Esprit”)? Ou alors de ce que Jean, dans le premier chapitre de son Évangile (versets 1 et 14), appelle “la Parole”?

......... [5.18] Une même réalité plus fondamentale: se pourrait-il, là aussi, qu’il s’agisse de l’Esprit? L’Esprit serait alors la source de tout. Mais qu’est-ce que l’Esprit? Sur le site «http://evangilethomas-pmestdagh.be/index.htm» et sous le titre marginal Jésus et Mariam, Pierre Mestdagh écrit: “Il convient de considérer le pneuma, l’Esprit, comme une énergie créatrice et inspiratrice, qui émane du Saint inconcevable”.

02:34 | Commentaires (35) |  Facebook | | |

Commentaires

"hic et nunc (ici et maintenant)"
Ici, c'est où?
Maintenant, c'est quand?

Écrit par : Jacouille la Fripouille | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

Ici, c'est pas ailleurs.
Maintenant, c'est ni avant ni après.

Écrit par : chenoille | 03/06/2018

J`en causais encore hier avec la Marguerite pendant qu`elle se rajustait apres nos ébats rituels; elle dit qu`il n`est pas question qu`elle refasse un tour de piste sur la planete des merdophages qui s`imaginent ridiculement avoir été créés a l`image du Grand Patron tant que le Jésus s`obstinera a réclamer le premier role. Ah les femmes...

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

Marguerite ne sait pas encore qu'elle a été choisie en haut lieu pour une mission très particulière: prendre la place de Jésus, se substituer à lui et venir nous délivrer (à nous autres, pauvres ensablés) son message à elle.
Essayez d'imaginer, Ignaz (vous qui êtes sans doute le plus ensablé parmi les ensablés), ce que cela va bien pouvoir donner...

Écrit par : Mario Jelmini | 03/06/2018

Hm... ne le prenez pas mal mon cher Mario, mais croyez-vous sérieusement que vous soyez encore délivrable?

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

Ce serait à vous de me le dire, cher Ignaz, puisque vous habitez le pays de la connaissance
(https://dictionnaire.reverso.net/polonais-francais/pozna)...

Le fait est que je suis aussi enfermé et ligoté avec les yeux bandés que vous êtes ensablé dans votre prison poznave. Dans cette position, je suis mal placé pour apprécier: suis-je délivrable?

Heureusement, je suis soutenu par une foi sans faille. Car je persiste à croire fermement en cette promesse des Écritures: Marguerite va venir pour me sauver...

Écrit par : Mario Jelmini | 03/06/2018

Tout ce que je peux vous dire Mario, c`est que le salut éternel, c˙est pas comme les TPG, suffit pas de mettre un fifrelin dans la fente pour avoir son billet et pas moyen non-plus de resquiller mon gaillard. Christos vous a prévenu avec sa parabole du chameau et du chas de l`aiguille mais les mortels -les merdophages comme dirait Marguerite- ont la mémoire sélective et ne se rappellent que ce qui les arrange. Par simple curiosité j`ai voulu jeter un coup d`oeil sur votre dossier mais il semble que les rats célestes l`ont déja bouffé ce qui n`est pas vraiment de bon présage.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

Ignaz, vous êtes ignoble: vous cherchez à me faire perdre la foi.
Mais vous perdez votre temps.

Je vais vous confier un secret: vous commencez par vous agenouiller, puis vous vous aplatissez comme un paillasson (prenez exemple sur les musulmans, ils font ça 5 fois par jour) et vous vous faites tout petit, très petit, mais alors vraiment très petit afin que celui qui sème la m... sur cette terre comprenne bien que vous êtes en train de célébrer son règne, sa puissance et sa gloire - et le tour est joué: il se sent tellement flatté qu'il vous laisse passer sans difficulté par le trou de l'aiguille (et votre chameau avec, si vous demandez gentiment).
C'est aussi simple que ça.
Mais il faut vraiment se faire très petit.

Pour info, ça marche aussi avec le trou de la serrure; mais là, il faut vraiment avoir la foi. C'est même un bon moyen de la tester. Un autre bon moyen de tester sa foi, c'est de dire à une montagne: soulève-toi et va te jeter dans la mer. Si elle ne vous obéit pas, c'est que votre foi laisse à désirer.
Le pape a essayé: la montagne ne s'est pas déplacée (il ne s'en est pas vanté sur son compte Twitter). Je tiens cette information d'une source sûre: l'ange Gabriel. Celui-là même qui annonça à la vierge Marie qu'elle allait tomber enceinte du Saint-Esprit. Et qui transmit à Mahomet toutes ces révélations et ces bons conseils que l'on trouve dans le Coran.
Parfois, c'est bon d'avoir des relations. Encore faut-il savoir les choisir.

Quand aux rats, j'avais en effet entendu dire que le ciel était peuplé de rats et que ceux-ci étaient voraces. Mais j'ai pris mes précautions: mon dossier ne se trouve pas au ciel, il est en enfer! Il y est en sécurité grâce à mon pote Lucifer, avec lequel j'ai conclu un pacte et qui tient mon dossier bien au chaud.
Comme je dis souvent: il faut savoir avoir choisir ses relations...

Écrit par : Mario Jelmini | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

"Ici, c'est pas ailleurs."
"Maintenant, c'est ni avant ni après."

Kôaqueue ... il faudrait inventer un adverbe pour dire ... "à cette température instantanée ci".

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/01/27/de-la-lumiere-moins-rapide-que-la-lumiere_4564581_1650684.html


Mais comme c'est des écossais qui ont trouvé ça, ptet qu'il faudrait _aussi_ inventer un adverbe pour dire ... "avec ce taux d'alcool ci".

Hmmmm.

Etonnant que les grecs n'aient pas déjà inventé ces adverbes tant manquants ...


PLATON ET LE VIN 5

Voici comment Platon, dans les Lois 1, analyse l'action du vin :

L'homme qui en boit ne se rend-il pas tout de suite lui-même, pour commencer, de meilleure humeur qu'il n'était auparavant ? A mesure qu'il y goûte davantage, ne fait-il pas que de plus espérances l'emplissent, ainsi qu'une puissance ? Et même à la fin, un tel homme qui se figure être sage, n'est-il pas tout plein de la plus complète liberté en ses propos, de la plus complète absence de crainte, au point de n'hésiter ni à dire, ni même à faire n'importe quoi (p. 649 a) ?

https://www.persee.fr/doc/bude_1247-6862_1951_num_10_4_4507

Écrit par : Chuck Jones | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

Lucifer n`est pas en enfer, Mario. Il s`amuse comme un petit fou a se faire du cinéma parmi vous autres les merdo... heu je veux dire mortels car, voyez-vous, Lucifer est un éternel gamin. D`ailleurs, l`enfer n`existe pas, l`ignoriez-vous? Quant a votre "ange Gabriel", Zinzin me dit qu`il n`est que le produit de vos fantasmes car il connait bien Gabriel et celui-ci ne descend plus depuis bien longtemps parmi les mortels qui lui donnent de l`urticaire.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

Nous sommes bien d'accord, Ignazio (c'est comme ça qu'on dit dans mon canton d'origine, même si nous ne sommes pas spécialement fiers de celui qui siège au Conseil fédéral): l'enfer, l'ange Gabriel, tout ça c'est des foutaises. Seulement, il vaut mieux ne pas le dire ouvertement. D'abord, parce qu'il est préférable de pas contrarier ceux qui y croient: ça pourrait les déstabiliser (ne dit-on pas qu'il ne faut pas contrarier les fous?). Le mieux, si vous aspirez à vivre en paix avec votre prochain, c'est de faire semblant d'y croire. Et surtout, il faut prendre garde de pas contrarier les petits malins qui n'y croient pas davantage que vous et moi mais qui s'emploient à tirer profit du fait que les autres y croient. Ceux-là, il vaut mieux ne pas se les mettre à dos: si vous les dérangez dans leur micmac, ça pourrait se mettre à saigner.

Cela dit, n'allez pas vous imaginer que je ne crois pas aux rats célestes gonflables ni aux canards gonflables qui barbotent à la surface de l'étang de la clinique du Dr Zinzin. Au contraire: après avoir épluché les Écritures, je trouve ces créatures particulièrement crédibles. J'en arrive même à me demander si ce Jésus qui est monté au ciel sous les yeux ébahis de ses potes n'était pas lui-même gonflable. En tout cas pour être gonflé, ça il l'était. Ne se prenait-il pas pour Dieu? On comprend que Dieu l'ait envoyé se faire crucifier.

Pour ma part, je voue un culte particulier au Spaghetti volant en raison des bienfaits dont il me couvre quand il vient chatouiller mon assiette de ses appendices nouilleux.

Concernant l'urticaire de pauvre Gabriel je suis sincèrement désolé. Il est vrai que quand il me rendait visite, j'avais pour habitude de le jeter aux orties.

Et vous, moyne des sables, quand est-ce que vous jetez votre froc aux orties?

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Affirmatif, dossier Mario Jelmini bouffé. Interminable litanie de péchés véniels, vraiment pas de quoi se remplir la panse. On va finir par crever de faim avec des dossiers aussi inconsistants. Burp!

Écrit par : rat céleste gonflable | 03/06/2018

Répondre à ce commentaire

Je t'ai bien eu face de rat! Et gonflé, avec ça!
Tu crois que je ne sais pas faire la différence entre un rat de bibliothèque et un rat céleste?
Ce n'est pas parce que tu passes ton temps dans la bibliothèque de la clinique du Dr Zinzin que tu es autorisé à te considérer comme un rat céleste! Même si la vue de Marguerite, la bibliothécaire, te fait grimper au septième ciel...
Ce que vous avez bouffé, toi et ta clique de rats ratés, n'était qu'un dossier bidon enduit de mort aux rats!
Ha! ha! ha! ha! ha! ha!
Le vrai dossier se trouve en sécurité dans les coffres de l'enfer, sous la bonne garde de Lucifer, le porteur de lumière.

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Y a pas à a dire, Chuck, vous êtes une lumière!
Et pas n'importe quelle lumière.
Car Chuck, Mesdames et Messieurs, n'est autre que la lumière qui va plus vite que la lumière.
Aussi vrai que Lucky Luke tire plus vite que son ombre...
http://auvergne.udppc.asso.fr/spip.php?article46

Pour ce qui est du vin et l'ivrognerie, je m'en tiens à ce que nous enseignent les trois livres que je considère comme étant les plus sérieux en la matière: L'épopée de Gilgamesh, la Sainte Bible et le Saint Coran.

Voici ce qu'enseignent les Écritures:
• “Ne sois pas parmi les ivrognes et les goinfres” (Proverbes 23:20);
• “Ne vous enivrez pas de vin; car le vin porte à la dissolution” (Éphésiens 5:18; voir aussi Romains 14:21 ainsi que Proverbes 23:20 et Le Coran VII:31);
• “Mangez et buvez mais ne commettez pas d'excès. Car Dieu n'aime pas ceux qui commettent des excès” (Le Coran VII:31).

Matthieu 11:19 et Luc 7:34 nous apprennent que Jésus était connu pour être “un glouton et un ivrogne” (ou, selon une traduction édulcorée, “un mangeur et un buveur”; la Bible du Semeur traduit pudiquement: “Cet homme [Jésus] ne pense qu'à faire bonne chère et à boire du vin”).
Difficile d’éviter un rapprochement avec cette parole de Paul: “Si les morts ne ressuscitent pas, alors mangeons et buvons, car demain nous mourrons!” (I Corinthiens 15:32, qui renvoie à Ésaïe 22:13). De là à penser que Jésus ne croyait pas à la résurrection et menait une vie dissolue...

Si Jésus avait un penchant marqué pour “le fruit de la vigne” (Matthieu 26:29, Marc 14:25, Luc 22:18), il faut dire qu'il avait de qui tenir. L’Ancien Testament ne stipule-t-il pas, en effet, que le bon vin “réjouit Dieu et les hommes” (Juges 9:13)? On en déduit que Dieu le Père ne rechigne pas, lui aussi, à lever le coude à l’occasion, ce qui pourrait expliquer bien des débordements de sa part, dont les hommes font les frais.

Il n'empêche: quand I Pierre 4:3 condamne fermement “l'ivrognerie, les excès du manger et du boire”, il adresse (consciemment ou non) un sérieux reproche à Jésus.

Le Nouveau Testament est clair à ce sujet: les ivrognes n'hériteront pas du royaume de Dieu (lire I Corinthiens 6:9-10). Selon Hébreux 10:27, ils sont condamnés à "l’attente terrifiante du Jugement" et au "feu ardent" de l’enfer.
Bien fait pour eux.

L’ivrognerie et la gloutonnerie de Jésus sont une raison suffisante, pour le Père, d’envoyer définitivement le Fils “dans l’étang ardent de feu et de soufre, qui est la seconde mort” (Apocalypse 21:8). Une fin de parcours peu glorieuse, certes, mais tellement chaleureuse...

Mais si le futur crucifié mangeait et buvait d’abondance, s’il discourait volontiers sur les imperfections de la nature humaine et sur le caractère éphémère de toutes choses, il n’en nourrissait pas moins, au fond de lui-même, un rêve de perfection et de vie éternelle que ces paroles empreintes de sagesse émanant de la mystérieuse cabaretière de l’épopée de Gilgamesh n’avaient pas réussi à briser:
“Lorsque les grands dieux créèrent les hommes, c’est la mort qu’ils leur destinèrent; et ils ont gardé pour eux la vie éternelle. Mais toi, Gilgamesh, que ton ventre soit repu; jour et nuit, réjouis-toi; chaque jour, fais la fête; jour et nuit, danse et joue de la musique”.
Ah! cette antique aspiration de l’être humain à devenir dieu et, partant, immortel... Il ne fait pas de doute que Gilgamesh, héros mythique dont l’épopée était connue de tous, a exercé une profonde influence sur Jésus. Au point que celui-ci essayera jusqu’au bout de réussir là où son prédécesseur sumérien avait fini par renoncer.

Au troisième siècle avant J.-C, l’Ecclésiaste délivra un message proche du discours tenu un millénaire et demi auparavant par “la femme du vin” (c'est ainsi que Gilgamesh appellait la cabaretière, qui se nommait en réalité Sidouri):
• “Il n’y a de bonheur, pour l’homme, qu’à manger et à boire, et à faire jouir son âme du bien-être” (2:24);
• “J'ai reconnu qu’il n’y a rien de mieux pour les hommes que de se réjouir, de se procurer du bien-être pendant leur vie, et que manger, boire, jouir du bonheur (...), tout cela aussi est un don de Dieu” (3:12-13; dans le même sens: 5:17 [ou 5:18, selon la numérotation adoptée] et 8:15);
• “Va, mange ton pain dans la joie et bois gaiement ton vin” (9:7);
• “Le vin rend la vie joyeuse” (10:19).
Dans le même sens que l’Ecclésiaste:
• “Mangeons et buvons, car demain nous mourrons” (Ésaïe 22:13, repris par l’apôtre Paul en I Corinthiens 15:32);
• “Mange, bois et réjouis-toi” (Luc 12:19, parabole du riche insensé).

Reste le problème du vin qui se transforme en sang...
“Garde-toi de manger le sang, car le sang, c'est l'âme”, avertit Deutéronome 12:23 (traduction Louis Segond; dans un sens analogue: Lévitique 17:10-14, propos tenus par l’Éternel).
De son côté, le Coran V:3 interdit la consommation de sang.
Ainsi, aux yeux des juifs et de Yahvé comme à ceux des musulmans et d’Allah, Jésus a incité ses disciples à enfreindre la loi divine en les invitant à boire de son sang (au sujet de la fameuse injonction: "buvez-en tous, car ceci et mon sang", prononcée sans doute dans un état d'ébriété avancé, lire Matthieu 26:26- 29, Marc 14:22-25 et Luc 22:14-20).

À moins... à moins que Jésus n'ait tout simplement voulu inviter ceux qui le suivaient à s’enivrer à la source de son esprit?
Allez expliquer cela à un évangéliste... Ou faire renoncer un catholique à la doctrine de la transsubstantation...

“Il [Dieu] les fait errer comme des ivrognes” (Job 12:25), disait déjà Job.

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Ah mon cher Mario comme vous avez raison, ces satanés rats célestes gonflables me gonflent aussi, croyez-moi. Non contents de dévorer les dossiers des merdo... je veux dire mortels en attente de claboter, ils s`attaquent aussi régulierement aux BD porno de la bibliotheque et meme aux talons aiguille de Marguerite pendant qu`elle a la tete a autre chose.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

"nous ne sommes pas spécialement fiers de celui qui siège au Conseil fédéral)"
Tiens, je croyais que vous vouliez ne pas "faire de politique". Ignazio Cassis ? "Il a dit la vérité, il faut l'exécuter..."

Écrit par : Géo | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Il faut exécuter Ignazio Cassis? Vous y allez un peu fort, Géo...
C'est pourtant bien ce qui est arrivé à Jésus: on l'a exécuté pour avoir dit la vérité...

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Christos a été crucifié pour complaire a la secte des phariséens afin d`éviter que les pretres de ceux-ci ne soulevent leur populace fanatique. La situation a-t-elle vraiment changé aujourd`hui?

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

La situation VA changer, car Jésus est sur le point de revenir.
D'après les bruits qui courent, on peut s'attendre à quelques mises au point...

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

A côté de vous, un prêtre est un enfant de coeur. Matthieu 14:18 Popol 36:15

Écrit par : bondieuserie | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Laissez venir a moa les p`tits zanfans de coeur hehe..

Écrit par : Quasimodo | 04/06/2018

@ bondieuserie
Vous avez probablement voulu écrire "enfant de choeur".
Matthieu 14:18 est hors sujet et Popol 36:15 n'existe pas (pas davantage que Paul suivi d'un quelconque numéro de chapitre, d'un ou de deux points et d'un quelconque numéro de verset).

Les prêtres sont des hérétiques. Après leur mort, ils iront tous en enfer. C'est la punition qui leur est réservée pour avoir servi un faux Dieu. La même punition sera d'ailleurs infligée à tous les juifs, tous les chrétiens et tous les musulmans qui n'auront pas renié leur religion. Car le Dieu que vénèrent tous ces galeux n'est qu'une idole. Et le vrai Dieu n'apprécie pas - mais alors pas du tout - toutes ces prières que les hommes adressent aux faux dieux qu'ils se sont inventés.

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Vrais dieux, faux dieux, ne soyez pas plus mollah que le rabbin, pas plus pretre que le shaman, mon cher Mario. Tous ces spécimens et bien d`autres encore sont les créations du Big Boss ainsi que les messies, prophetes, anachoretes et autres zygomicetes (mais si mais si) de tout poil. Une infinité de mondes a peupler de merdophages de toutes formes, couleurs et dimensions, avec les dieux, messies, pretres, curés et bonnes du curé qui vont avec... z`avez pas idée comme c`est une giga boite la Création et tout ce qui y grouille est la création exclusive du Patron, meme vouzémoi Mario.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

"La situation VA changer, car Jésus est sur le point de revenir.
D'après les bruits qui courent, on peut s'attendre à quelques mises au point..."

En attendant, alerte rouge, tous aux abris dans votre région :

"Je vais quitter Genève après quelques décennies, cette Genève qu j'ai aimée, cette Genève avec ses genevois.

Et me voilà en train de fuir dans un canton qui faisait peur tant il était formel et acculturé, je parle du canton de Vaud, cette fois ce ne sera pas pour la capitale mais pour un village jursassien, un village resté figé dans le temps, un village où chaque personne que vous croisez vous salue.

Non, Genève n'est plus Genève, ce ne sont pas vraiment ses migrants et ses turpitudes internationales qui me gêne, non, ce qui m'importune, c'est ce crachage dans la soupe, ils ont trop été bichonnés ces pauvres genevois avec leur budget de 8 milliards, ils sont tous devenus bobos !

Vous savez ce que signifie "Bobo" ?

C'est ce confort artificiel intérieur qui consiste à vouloir paraître irréprochable !

Écrit par : Corto | 30/05/2018

Écrit par : Géo | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Le Jura vaudois attend Corto de pied ferme, Géo. Des instructions ont été données: on évitera de le saluer, pour ne pas l'offenser; on évitera de lui parler, pour ne pas le fâcher; on évitera de l'écouter, pour ne pas sombrer dans l'affliction.
Il est vrai que l'arrivée de Jésus et celle de Corto en même temps et dans un même lieu, cela pourrait provoquer des étincelles. Nous verrons bien.
Mais j'y pense: ce Corto qui nous est annoncé et ce Jésus sur le retour qui nous est également annoncé, se pourrait-il qu'il s'agisse d'une seule et même personne?
Dans ce cas, bonjour les dégâts!
Tous aux abris, vous avez raison...

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Corto quitte Geneve pour le Jura? Le canton ne s`en remettra pas... celui du Jura, bien-sur.

Écrit par : JJ | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Pas le canton du Jura, JJ : le Jura vaudois! De la vallée de Joux (où j'habite) à Sainte-Croix, en passant par Vallorbe, Ballaigues et Lignerolle, on se prépare au pire. Tout le monde est sur pied de guerre...
Est-ce que vous sauriez par hasard à quoi il ressemble, le Corto?

Écrit par : Mario Jelmini | 04/06/2018

Et le vrai Dieu n'apprécie pas - mais alors pas du tout - toutes ces prières que les hommes adressent aux faux dieux qu'ils se sont inventés.

Il vient de se fâcher au Guatemala dans l'une des zones les plus touristiques du pays, nous dit-on.
P't'être qu'à cause que dans ce pays très très pieux, ça prie sévèrement !

http://www.lefigaro.fr/international/2018/06/04/01003-20180604ARTFIG00171-eruption-volcanique-meurtriere-au-guatemala.php

Écrit par : petard | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Ouf! les Jurassiens l`ont échappé belle. Tant mieux car je projette de m`établir a Sainte Ursanne qand je serai bien vieux. A court terme par contre, les foules sinistrées du Juravaudois risquent d`encombrer la Cote...

Écrit par : JJ | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

Mais il va venir pour nous dire quoi le Jésus suivant ? Il me semble que nous avons fait le tour, non ?
Les Thaïs ont un bon mot pour décrire nos vies dans leur essence : Kin, kii, pii, noon. Ce qui signifie, dans le désordre, Manger, chier, baiser et dormir.
Quelle sagesse immémoriale ! Je vois mal ce qu'on pourrait dire de plus.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

"Manger, chier, baiser et dormir". Sur le fond, vous avez sans doute raison Pierre Jenni: il n'y a pas grand chose à dire de plus. Mais sur la forme, la manière, il y a encore matière à (se) disputer.
• Pour ce qui est du "manger": peut-être Jésus viendra-t-il nous présenter un nouveau livre de cuisine? Par exemple un livre de cuisine végane édité par «L'Âge d'Homme» version Andonia Dimitrijevic?
• En ce qui concerne le "baiser": peut-être Jésus va-t-il nous enseigner de nouvelles positions, en complément du Kamasutra?
• S'agissant du "dormir": peut-être Jésus ressent-il le besoin de venir nous raconter d'autres histoires à dormir debout que celles colportées dans la Bible ou le Coran?
• En ce qui concerne le "chier": peut-être Jésus vient-il simplement nous rappeler la bonne manière de préparer les gâteaux d'orge, sachant que Dieu a ordonné au prophète: “Tu mangeras des gâteaux d'orge que tu feras cuire devant tout le monde à l’aide d’excréments humains” (Ézéchiel 4:12)?
Ou bien vient-il nous expliquer comment les Judéens s'y prirent pour "manger leurs excréments et boire leur urine” (II Rois 18:27 in fine et Ésaïe 36:12 in fine)?
Ou bien Jésus vient-il pour nous annoncer un scoop? Par exemple celui-ci:
"Dieu, c'est de la merde"?

Nous en saurons plus d'ici une quinzaine de jours.

Écrit par : Mario Jelmini | 05/06/2018

Que dire de plus? Mais bloguer, mon cher Pierre, bloguer. Bloguez-vous les uns les autres et multipliez les commentaires foireux hehe..

Écrit par : JJ | 05/06/2018

"Est-ce que vous sauriez par hasard à quoi il ressemble, le Corto?"

Un juif pédophile?

Écrit par : Pierre NOËL | 04/06/2018

Répondre à ce commentaire

L'islam est un copié/collé du christianisme, lui-même venant droit des pyramides et des sumériens. ils ont pris à la lettre le fait de boire de l'urine de chameau pour soigner des maladies. Les croyances zinzins abêtissent l'individu.

https://youtu.be/9KaLvY_ZHHo

Nous n'avons rien en commun avec ces tarés, mais tous nos dirigeants européens nous les imposent(*) à cause du pétrole, (accords avec les pays musulmans en 1973 après le choc pétrolier) et des contrats juteux. L'islam c'est très bien dans les pays musulmans.

(*) Comme ils nous ont imposé le faux peuple palestinien cher également à la gauchiasse de tous poils.

Écrit par : Pierre NOËL | 05/06/2018

Répondre à ce commentaire

Le retour du messie?

Exemples:

https://youtu.be/mvOV2A35L40

Commentaire de MJ:
ayant actionné le lien ci-dessus, voici ce que j'ai lu:
"Cette vidéo a été supprimée car elle ne respectait pas les règles de YouTube concernant les contenus incitant à la haine."
Pas d'incitation à la haine sur ce blog, Daniel!

Écrit par : Daniel | 05/06/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.