UA-119481582-1

05/06/2018

Mais qui est donc Marguerite? [3ème partie]

Marguerite est un être complexe - d’une complexité qui laisse songeur, pour ne pas dire perplexe. Son organisme est le résultat d’un assemblage compliqué de cellules vivantes, sans cesse renouvelées. Chacune de ces cellules est constituée de molécules, chacune de ces molécules d’atomes et chacun de ces atomes d’électrons en orbite autour d’un noyau, lui-même constitué de protons et de neutrons. Quand elle pense à la multitude des atomes agrégés par les innombrables molécules agglutinées dans les amas de cellules composant les organes de son corps (son cerveau par exemple), Marguerite a de la peine à concevoir qu’un nombre incalculable d’électrons puissent ainsi graviter, en permanence et à une vitesse vertigineuse, à une distance astronomique du noyau [1] (très dense) auquel ils se rattachent. [2] De même, s’agissant des protons et des neutrons qui forment le noyau, elle ne sait que penser des hadrons (mésons et baryons) qui les composent, ni des quarks (quarks up et quarks down), des anti-quarks et des gluons qui (si elle a bien compris) se combinent entre eux pour former des hadrons - sans s’appesantir, tellement ils sont fugaces, sur les quarks strange et les quarks charm, ou sur les quarks bottom et les quarks top. Des milliards et des milliards de particules – c’est pour cela, sans doute, que Marguerite est si particulière.

Au-delà du mur des quarks de Marguerite, il y a autre chose que la matière dans laquelle elle est coulée: il y a l’essence de Marguerite, qui est de nature spirituelle. Car Marguerite est une apparence prise par le souffle divin, un avatar de l’Esprit. Marguerite, c’est l’esprit matérialisé.

Là où l’esprit et la matière se rejoignent et s’interpénètrent (“au point de suture de l’âme et du corps”, pour reprendre une image de Georges Haldas [3]; “à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles”, disséquait déjà l’auteur de l’Épître aux Hébreux [4]) se produisent parfois des grincements. C’est ainsi que Marguerite est habitée par un étrange mal-être: agrégat d’atomes gorgés d’hématomes, la pauvre est malade de ses quarks, qui pompent son énergie. Logées aux confins du matériel et de l’immatériel, les quarkopathies frappent à la fois le corps et l’esprit. Elles font partie de ces maladies existentielles qui sont l’apanage des humains et les font tant souffrir. De ces maladies qui rongent, ravagent, épuisent et finissent parfois par détruire [5].

Marguerite est indéfinissable. Si, par certains côtés, elle peut paraître irréelle, ses souffrances, son désespoir et son incessante fatigue sont bien de ce monde. Les espoirs fous placés en elle dès avant sa naissance (voire dès avant sa conception), les secrets de famille ignominieux, les anciennes blessures mal cicatrisées, un destin qu’elle n’a pas choisi mais qu’elle a dû subir à son corps défendant, font que Marguerite est en proie à un doute permanent et qu’elle ne cesse d’errer [6], en quête de son identité et d’un meilleur équilibre. Pas étonnant, dès lors, que tant de gens ressentent un trouble en sa présence et que la plupart se détournent d’elle. Pourtant, malgré (ou peut-être: à cause de) ses nombreux problèmes, il en est qui se sentent attirés par elle. Ils la devinent attachante mais elle se montre tellement distante, tellement inaccessible qu’ils finissent par se décourager. Ils voudraient la connaître mais n’y parviennent pas.

Déroutante, insaisissable, Marguerite échappe au commun des mortels. Aussi le commun des mortels a-t-il pris le parti de la montrer du doigt et de dire, à son propos: “Voyez cette femme, là-bas; elle est malade [7], personne ne peut rien pour elle”. La plupart veulent croire à cette version. Les uns y croient vraiment, d’autres font semblant d’y croire. C’est l’ensemble de ces gens qui croient ou font semblant de croire qu’on appelle les croyants. Les croyants, ce sont ceux qui se dispensent d’affronter la réalité en décrétant d’autorité que Marguerite est malade [8]. Or, la vérité ce n’est pas que telle ou telle personne est malade mais bien que tout le monde – chacun à sa manière – est malade, à commencer par les croyants eux-mêmes. En fait, c’est le système dans son ensemble qui est malade et qu’il faudrait réformer. Mais qui s’en chargera, de cette réforme si nécessaire? Qui sera suffisamment révolté (et, en même temps, suffisamment éclairé) pour entreprendre la transformation de ce monde injuste et cruel en un monde meilleur? [9] En l’état, Marguerite paraît trop fragile, son équilibre est trop précaire pour qu’on puisse espérer d’elle quelque initiative ou impulsion dans ce sens [10]. Il faudrait un miracle...

brian1.jpgLes croyants sont libres de porter une croix [11], si ça leur chante. Mais ils n’ont pas à la faire porter aux autres, comme cela s’est produit dans le cas de Marguerite et d’un grand nombre de personnes.




—————————————————————

[1] La distance entre le noyau et les électrons est si considérable que le volume de l'atome est constitué à 99,9999999999999% de vide. Si l'on pouvait supprimer le vide qui entoure le noyau, la Terre pourrait tenir dans une sphère de 180 mètres de rayon. La suppression de ce vide n’est toutefois qu’une vue de l’esprit, tant il est soumis à de puissants champs de forces électriques et magnétiques.

[2] Marguerite s’est une fois demandé si les électrons tournaient aussi sur eux-mêmes, à l’instar des planètes. Or, non seulement les électrons tournent sur eux-mêmes en un vertiges.jpgmouvement de rotation appelé «spin» (une propriété commune à toutes les particules) mais ils peuvent adopter les deux sens de rotation.
“La tête me tourne” ou “J’ai le tournis”, entend-on parfois murmurer Marguerite; car - c’est là une de ses particularités - il lui arrive de voir tout tourner. Faut-il s’en étonner?

[3] Socrate et le Christ, Éditions L’Âge d’Homme, Lausanne 2002, page 75.

[4] “Car la parole de Dieu est (...) plus pénétrante qu’une épée à deux tranchants; elle atteint jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles” (Hébreux 4:12).

[5] • “Mon âme est troublée” (Jean 12:27, c’est Jésus qui parle; dans le même sens: Psaumes 6:3 ou 6:4, selon la numérotation adoptée); • “Mon âme est abattue” (Psaumes 42:6 ou 42:7, selon la numérotation adoptée); • “Pourquoi donc, ô mon âme, es-tu si abattue et gémis-tu en moi?” (Psaumes 42:5 ou 42:6, selon la numérotation adoptée); • “Mon esprit est abattu” (Psaumes 77:3 ou 77:4, selon la numérotation adoptée); • “Mon esprit est abattu au-dedans de moi” (Psaumes 142:3 ou 142:4, selon la numérotation adoptée); • “Mon esprit est abattu au-dedans de moi, mon coeur est troublé dans mon sein” (Psaumes 143:4); • “Mon esprit est troublé” (Daniel 2:3; selon les traductions, on trouve “confus”, “agité” ou “tourmenté” au lieu de “troublé”); • “Mon esprit se consume” (Psaumes 143:7); • “J'en suis venu à désespérer dans mon coeur” (Ecclésiaste 2:20); • “Je suis dans une grande angoisse” (II Samuel 24:14 et I Chroniques 21:13; dans le même sens: I Samuel 30:6 in initio); • “Mon âme est triste à en mourir” (Matthieu 26:38 et Marc 14:34; c’est Jésus qui parle); • “(...) un esprit brisé, (...) un coeur brisé” (Psaumes 51:17 ou 51:19, selon la numérotation adoptée).

[6| • “Tu seras errant et vagabond sur la terre” (Genèse 4:12); • “Et ils seront errants parmi les nations” (Osée 9:17); • “Il sera errant dans le pays, accablé et affamé” (Ésaïe 8:21); • “Je suis errant comme une brebis perdue” (Psaumes 119:176); • “Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivant sa propre voie [6.1|” (Ésaïe 53:6); • “Mes brebis sont errantes” (Ézéchiel 34:6; c’est l’Éternel qui parle)); • “Elle est errante dans ses voies [6.1], elle ne sait où elle va” (Proverbes 5:6); • “Jusques à quand seras-tu errante, fille égarée?” (Jérémie 31:22; “égarée” ou “rebelle”, on trouve les deux traductions).

......... [6.1] “Vos voies ne sont pas mes voies, déclare l’Éternel” (Ésaïe 55:8).

[7] Le prophète Ésaïe (seconde moitié du huitième siècle avant J.-C.) dépeint ainsi le Messie à venir [7.1]: • “Son visage était défait, (...) son aspect différait de celui des autres hommes” (52:14); • “Il n’avait pas l’éclat ni le genre de beauté qui attirent les regards. Il était trop effacé pour se faire remarquer” (53:2; autre traduction possible: “Il n'avait ni splendeur ni beauté pour retenir notre attention, ni rien dans son apparence qui pût nous attirer”); • “Il était celui qu’on dédaigne, celui qu’on ignore, la victime, le souffre-douleur; (...) et nous n’avons fait aucun cas de lui” (53:3).

......... [7.1] Nota bene: quand les prophètes annoncent que tel ou tel événement va se produire, ils se positionnent parfois comme si cet événement avait déjà eu lieu, comme s’ils y avaient assisté. Ils en parlent alors au passé, alors qu’on aurait attendu le futur.

[8] Cf. • Ésaïe 53:4-5 8.1: “Cependant, ce sont nos maladies qu’il [le Messie] portait; c’est de nos douleurs qu’il s’était chargé. Et (...) c’est par ses meurtrissures que nous avons la guérison”; • Matthieu 8:17 : “Il [Jésus] a pris nos faiblesses et endossé nos maladies”.

[9] “Qui le dépouillera de sa cuirasse? Qui pénétrera entre ses mâchoires?” (Job 41:4, 41:5 ou 41:13, selon la numérotation adoptée).

[10] Cf. • Ésaïe 53:10 8.1: “Il a plu à Dieu de le briser par la souffrance” et • Ésaïe 53:7: “Il s’est laissé maltraiter sans protester, sans ouvrir la bouche, comme un agneau qu’on mène à l’abattoir, comme une brebis muette devant ceux qui la tondent”.

[11] Cf. • Matthieu 16:24 : “Alors Jésus dit à ses disciples: «Si quelqu'un veut être mon disciple, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive»” (dans le même sens: Marc 8:34 et Luc 9:23); • Luc 14:27 : “Et quiconque ne porte pas sa croix et ne me suit pas ne peut être mon disciple” (c’est Jésus qui parle; Matthieu 10:38 rapporte ainsi la même sentence: “Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi”).

23:26 | Commentaires (20) |  Facebook | | |

Commentaires

Mario Jelmini,

A propos de l'Ange Gabriel Celui qui aime les livres pourquoi ne pas signaler

ENOCH
Dialogue avec Dieu et les Anges


Livre d'Enoch livre par fragments "puzzle" en provenance de l'Irak ou de l'Iran de chevet de Jésus-Christ datant d'environ 2OO ans avant lui


Pierre Jovanovic
Anne-Marie Bruyant
agrégée de lettres classiques

Le jardin des Livres INTEMPOREL


Genèse comme apocalyptique extrêmement érudit cave 4 des rouleaux de la mer Morte

sans ignorer le fait que le commun des mortels est en mesure de connaître ce que l'on entendait lui dissimuler... selon la prière du Christ que ces "petits ne soient pas égarés"!

Écrit par : MB | 06/06/2018

Comment diable avez-vous su Mario que Marguerite porte une guépiere en dentelle de quarks? Vous cachez bien votre jeu sacripant, vous aurait-elle épinglé dans sa collection de boytoys sans m`en parler?

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 06/06/2018

Ne vous faites pas passer pour ce que vous n'êtes pas, moyne puceau.
Que vous fantasmiez sur Marguerite, passe encore (le pape fantasme bien sur Marie).
Mais cela ne vous autorise pas à blasphémer à son sujet.

Car Marguerite est tout le contraire de la dévergondée que vous suggère votre imagination débridée de moyne frustré.

S'il y a un sacripant sur ce blog, c'est bien vous.

Mettez-vous bien ça dans la tête, moyne bâté: Marguerite est une sainte. Elle aussi pure, vierge et innocente que cette Marie, mère de Jésus, qui est si chère aux chrétiens et aux musulmans.

Écrit par : Mario Jelmini | 06/06/2018

La Marguerite pure, vierge et innocente? Vous etes décidément un sacré farceur, Mario. La derniere fois que cette nymphomane phallophage s`est incarnée chez les mortels, elle s`appelait Messaline.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 06/06/2018

Aidez-moi, Madame Belakovsky!
Que faire pour remettre cet obsédé sexuel d'Ignaz sur le droit chemin?
Que pourrions-nous dire à ce moyne égaré dans des sables extrêmement mouvants si nous voulons le ramener sur la voie du salut?
Dans peu de temps, Jésus va revenir et si nous n'agissons pas rapidement, le malheureux s'en ira rôtir en enfer pour l'éternité. Notre devoir n'est-il pas d'essayer de le sauver?

Écrit par : Mario Jelmini | 07/06/2018

Mario Jelmini,

Marie historique (JESUS ET ISRAEL JULES ISAAC FASQUELLE) est présentée seconde épouse de Joseph avec enfants des deux mariages.

Qu'il est délicat de suspecter l'autre d'obsession sexuelle!

Les psys ont parlé de perversion sexuelle s'agissant de sadisme, de masochisme, de sadomasochisme, de voyeurisme, etc., et, quant à l'homosexualité, ont subi des pressions telles visant à les faire taire qu'ils ont cédé.

A ce sujet, l'expérience d'une jeune femme amoureuse d'une autre femme un peu plus âgée.
La jeune femme a choisi de fumer des cigarettes de la même marque que celles de l'autre femme mais un jour en sortant une cigarette de son paquet elle "voit" comme un sein maternel et saisit, comme il se passe en psychologie des profondeurs, abréaction, que ce qu'elle attend de l'autre femme est ce qui ne lui a pas été accordé par sa propre mère (la femme plus âgée était psy).

Vous-même, Mario Jelmini, avez étudié Piaget lequel respectait la liberté de pensée.

Arthur Janov, en thérapie, arrive à la conclusions suivante:
qu'il s'agisse de perversions variées, de voyeurisme ou d'homosexualité à la clé il y a toujours dans les premiers temps de vie du patient, y compris l'accueil "réjoui ou non" de sa grossesse par la maman un manque d'amour.
Les patients qui découvrent le pourquoi de leur homosexualité... selon lesquels vivent désormais des rencontres hétérosexuelles, d'autres tout en étant extrêmement soulagés d'avoir compris le pourquoi de leur homosexualité, n'en continuent pas moins dans cette voie.

Et Janov, à ce sujet, nous apporte sa conclusion:
"Nous, thérapeutes, ne sommes pas donneurs de leçons."!

Écrit par : MB | 07/06/2018

@ Ignaz, moyne des sables.

Lisez le commentaire de MB et prenez-en de la graine, moyne à la noix.

Manque d'amour maternel? Réfléchissez-y.

Peut-être y a-t-il Oedipe sous roche: n'avez-vous jamais rêvé que vous couchiez avec votre mère?

Vous êtes un cas psy, Ignaz. Rien d'étonnant à cela: toute personne qui s'est réfugiée dans les ordres est un cas psy.
Le problème, avec vous, c'est que vous semez le désordre dans les ordres.

Cela étant, je vous recommande la lobotomie. Le Dr Zinzin est un excellent spécialiste et il se fera un plaisir d'exercer son art sur votre licencieuse personne.
C'est lui qui a opéré Murphy (Jack Nicholson) dans «Vol au-dessus d'un nid de coucou»
(nid de coucou ou de canard gonflable, qu'est-ce que ça change?).

Écrit par : Mario Jelmini | 07/06/2018

Parce que c`est vous, je vais vous révéler un grand secret, Mario. Le Christos, il va pas vous revenir, cause que le Grand Patron a décidé de définitivement baisser le store sur l`expérimentation avec les merdo... heu les humains. "Hopeless bullshit", comme il dit en araméen ancien. A la place, le Christos va etre dépéché en mission sur une autre planete dans le cadre d`une nouvelle expérimentation. La Margot vous envoie plein de bisous.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 07/06/2018

"Le Christos, il va pas revenir"

Voilà une nouvelle qu'elle est bonne! J'en accepte volontiers l'augure.
Car s'il était effectivement revenu, comme annoncé en son temps avec fracas, Dieu sait quelle pagaille il aurait à nouveau semé sur la Terre...
Qu'il aille donc se faire voir sur une autre planète, c'est une bonne chose pour nous.
Vous voyez, Ignaz: Dieu nous protège des frasques de son rejeton, c'est la preuve qu'il nous aime! Et Dieu est capable de changer ses plans, c'est la preuve qu'il n'est pas si con qu'on veut bien le dire.

Vive Dieu au plus haut des cieux!
Tant qu'il se tient éloigné de la Terre, tout ira bien.

Écrit par : Mario Jelmini | 07/06/2018

Ben moi je suis prêt à donner de ma personne pour toubler la solitude dont semble souffrir Marguerite. Je suis disponible. Merci de lui passer le message.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/06/2018

Je fais passer le message, Pierre. C'est très aimable à vous de vous soucier de l'état de santé de Marguerite, qui me préoccupe aussi je l'avoue. Cela dit, je crains qu'elle ne soit pas celle que vous croyez... Le moyne des sables lui aussi se fait des idées à son sujet. Des idées pas très catholiques, d'ailleurs...

Mais dites-moi, Pierre, à propos du moyne des sables justement: je constate que lui et ses canards gonflables ne fréquentent plus votre blog (contrairement à Corto, qui ne manque pas une occasion de s'y défouler). Qu'est ce qui s'est passé pour que JJ soit en pétard avec vous? Il fut un temps où vous nous aviez raccomodés, lui et moi. Je serais fort aise si je pouvais à mon tour contribuer au rétablissement de la paix entre vous. Vous savez, je le sens perturbé depuis quelque temps. J'en ai parlé au Dr. Zinzin, qui m'a répondu qu'il ne savait pas quoi faire pour lui rendre "la paix de l'âme qui sied à un moyne, fût-il des sables" (ce sont là ses propres paroles). Même une lobotomie serait sans effet, a-t-il déploré. Or, vous le savez, Pierre, le Dr Zinzin est l'un des meilleurs spécialistes mondiaux en matière de remue-méninges. D'ailleurs, il n'est pas seulement diplômé en paix des méninges mais aussi en paix des ménages.
Tout cela m'interpelle et risque aussi d'interpeller Marguerite, comme je la connais. Si on pouvait lui éviter ce tracas...

Écrit par : Mario Jelmini | 07/06/2018

Jean nous a clairement signalé qu'il n'interviendrait plus sur Post Tenebras Lux. Je n'ai aucune idée de ce qui a pu le motiver aussi subitement que définitivement. Il me manque. J'espérais que ce n'était que JJ qui faisait un caca nerveux et que zinzin, le moyne et les canards continueraient à nous abreuver de leur sagesse, mais hélas, il ont aussi déserté le blog.
Quoi qu'il en soit j'apprécie beaucoup votre offre de rabibochage.
Quant à Marguerite, je n'attends rien d'elle. J'espère juste pouvoir lui donner ce que j'ai, pour autant qu'elle en ait besoin. Je me réjouis de voir qui se manifestera en premier et de quelle manière.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/06/2018

@ Ignaz, le moyne des sables
J'apprends, par une voie détournée (l'ange Gabriel l'a dit à Marguerite et Marguerite me l'a répété), que vous manquez à Pierre Jenni sur «Post Tenebras Lux». Celui-ci craint en effet que sans votre contribution, la lumière ne succède jamais aux ténèbres. Je comprends son souci et le partage. Moi-même n'aimerais pas perdre l'éclairage cosmique que vous apportez à mon blog, sans lequel je me mettrais sans doute à ne plus croire à rien. Or, les rats et les canards gonflables, sans parler des seins de Marguerite[*], m'aident beaucoup à supporter les affres de ma misérable condition d'être humain imparfait à la recherche d'un Dieu parfait qui se dérobe...

[*] Je veux parler, bien sûr, de la bibliothécaire de la clinique. Savez-vous, cher Ignaz, que j'en arrive à me demander si la Marguerite dont vous nous parlez et la Marguerite dont je vous parle sont bien la même personne? Y aurait-il un malentendu à ce sujet?

Écrit par : Mario Jelmini | 08/06/2018

Mario Jelmini,


A propos de l'ange Gabriel...

Une rupture avec un ami médecin fut un drame vécu comme il arrive lorsque la peine déclenche une énergie, on dira du désespoir, qui provoque un "déplacement". La personne ainsi activée par cette énergie va se lancer dans des entreprises ou des activités de déjouement qui empêchent la remontée de la souffrance jusqu'au conscient.
Il s'agit, selon les circonstances, d'une mesure de survie.
La dernière fois que la personne se trouva dans l'antichambre du médecin elle fut surprise à la vue d'une bibliothèque, avec peu de livres, qui ne s'y trouvait pas auparavant. Que signifiait cette bibliothèque?
Il n'y avait plus que cette personne dans l'antichambre... était-ce pour meubler un vide?
La personne avait rencontré ce médecin une trentaine de fois en environ une dizaine d'années et l'aurait décrit un peu comme un philosophe, un peu comme un ange... ce qui correspondrait, vision chrétienne, au Christ

or, le Christ, en fin d'ultime repas, semble avoir un peu comme "perdu l'esprit"!

Ce médecin, gynécologue, suivait les femmes enceintes et participait aux démarches de l'accouchement soit aux naissances

L'Ange Gabriel est concerné par la naissance du Christ et l'on dit de lui, déjà écrit en un commentaire précédent qu'il aime les livres... bibliothèque de l'antichambre du médecin... la patiente qui se demandait: "Que veut dire cette nouveauté, cette bibliothèque?!

Le Christ était dit inspiré, prophète: la bibliothèque annonçait-elle ce qui concernerait cette patiente: lecture de livres à la découverte, recherche de la vérité, de ce qui avait bien pu se passer?

Ce médecin tel que rencontré une trentaine de fois avait des yeux très bleus, une blouse qui était d'un blanc radiant mais à l'ultime rencontre la blouse avait perdu de son éclat et les yeux du médecin n'étaient plus bleus mais bruns. Son langage comme ses gestes était passé d'un extrême raffinement à une bien peu courtoise expression (pour le judaïsme, "ce que la personne ignorait alors", un ange peut être une pensée, une idée, un rêve, une rencontre... quelqu'un

la rencontre entre ce médecin et la patiente déclencha ce que Freud appela psychanalyse

les démons qui sortent de Marie-Madeleine pour les psys se nomment, ces "instants de délivrance du refoulé", abréactions (Jung fut analysé par Freud)

Le retour en mémoire du refoulé est insuffisant si le patient ne revit pas le ressenti du traumatisme par la mémoire du corps laquelle, selon Arthur Janov, contrairement à la mémoire intellectuelle ne trompe jamais.

Piaget fut également analysé.

Françoise Dolto comparait les analystes à des caméléons...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/06/2018

Notre ami Pierre a intuitivement senti que les voies de Marguerite, contrairement a celles de notre commun Grand Patron, sont loin d`etre impénétrables et j`ai donc passé le message a la divine gueuse que le merdoph... je veux dire mortel dénommé Pierre se porte volontaire pour y effectuer une petite expédition de reconnaissance, dans ses voies pénétrables. Elle m`a répondu que les Pierres sur lesquels on batit des églises de sable, elle préfere éviter car la derniere fois qu`elle s`est laissé trousser dans un confessionnal (je ne vous dirai pas par qui), ca lui a laissé des bleus aux fesses. Sinon, mon cher Mario, sachez que pour ne point etre impénétrable, Marguerite est néanmoins multiple et l`on n`est jamais certain de bien savoir a qui l`on est en train de conter fleurette. Parfois elle est Margo la Bibiliothécaire de l`asile Zinzin, parfois la déesse Isis ou Aphrodite, parfois un ange, parfois un démon... D`ailleurs, n`est-ce pas toujours ainsi avec les femmes, qu`elles soient mortelles ou immortelles?

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 08/06/2018

"(...) sachez que pour ne point etre impénétrable, Marguerite est néanmoins multiple et l`on n`est jamais certain de bien savoir a qui l`on est en train de conter fleurette. Parfois elle est Margo la Bibiliothécaire de l`asile Zinzin, parfois la déesse Isis ou Aphrodite, parfois un ange, parfois un démon... D`ailleurs, n`est-ce pas toujours ainsi avec les femmes, qu`elles soient mortelles ou immortelles?"

Je suis impressionné par votre connaissance des femmes, Ignaz. Tant de discernement chez un moyne à propos de ces êtres mystérieux dont la mission sur terre semble être de se payer la tête des hommes, c'est plutôt inattendu. La pratique du confessional y est sans doute pour quelque chose...

Vous semblez si bien connaître les femmes, vous parlez d'elles avec un esprit si pénétrant que j'en arrive à me demander s'il n'y a que votre esprit qui soit pénétrant...

J'ai parfois l'impression que l'ordre monastique dont vous avez revêtu l'habit a été fondé par vous et pour vous, et que en avez écrit les règles dans le sable si bien qu'elles sont modifiables au gré des circonstances. Est-ce que je me trompe? Si tel est effectivement le cas, permettez-moi cette question: acceptez-vous des stagiaires?

Écrit par : Mario Jelmini | 09/06/2018

Chut malheureux! Ne criez pas tous mes petits secrets sur les cybertoits, Mario. Le Patron m`a a l`oeil...

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 09/06/2018

Un ami à moi, qui s'appelle Samuel, juriste de formation tout comme moi, a écrit deux bouquins. Dans le premier des deux, il a abordé cette question qui semble vous tracasser: le Patron nous tient-il à l'oeil? Selon lui, la réponse à cette question est claire et sans ambiguïté: "l'Éternel est un Dieu qui sait tout et qui pèse la valeur de toutes les actions" (1 Samuel 2:3). Cette opinion est confortée par 1 Chroniques 28:9 (“L'Éternel sonde tous les coeurs et pénètre tous les desseins et toutes les pensées”) et par Psaumes 11:4 (“Ses yeux observent, ses regards sondent les fils des hommes”). Si mon ami voit juste, vous êtes mal pris Ignaz. Moi aussi d'ailleurs. Je ne vois qu'une solution: demander à Myriam Belakovsky, qui semble particulièrement proche du bon Dieu, d'intercéder en notre faveur en priant pour le salut de nos âmes.

Et puis non, Ignaz. Tout bien réfléchi (car la Bible est un livre qui demande un minimum de réflexion), quand vous faites jouir Marguerite et quand Marguerite vous fait jouir, je suis persuadé que ce sont là des activités qui réjouissent l'Éternel et pour lesquelles il vous récompensera. Jésus (qui parlait au nom du Père) n'est-il pas allé jusqu'à déclarer aux bien-pensants de son temps: "Je vous le dis en vérité, (...) les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu"?

Je vous le dis, Ignaz: il n'y a aucune raison pour que vous cessiez de labourer en profondeur le lopin de votre bibliothécaire préférée. De toute façon, depuis que Jésus est venu, quoi que nous fassions (même si ce n'est pas très catholique) nous sommes pardonnés. Sauf si nous blasphémons contre l'Esprit (cf. Matthieu 12:31-32, Marc 3:28-29, Luc 12:10 et Thomas 44 in fine). Mais ça, c'est une autre histoire.

Nous nous nous faisions de la bile pour rien, Ignaz...

Écrit par : Mario Jelmini | 09/06/2018

Le Patron voit tout, Mario. Dans son infinie bonté toutefois, il nous permet d`en douter.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 09/06/2018

Le Patron voit tout, dites-vous. Et parce qu'il a l'esprit large, il nous permettrait de douter qu'il voit tout (toujours selon vous).
Permettez-moi d'en douter.
J'ai toujours entendu dire que le Patron déteste qu'on doute de lui et des pouvoirs exclusifs qu'il s'est octroyés.

Si l'on imagine qu'il y a réellement un Patron et que ce Patron, parce qu'il est tout-puissant, voit tout et entend tout (comme j'ai entendu le pasteur du Brassus le vociférer à l'église quand j'étais enfant), alors il faut admettre qu'il a l'oeil sur tout. Dans ce cas (puisque ce Patron est capable de tout, de rien, de n'importe quoi et du contraire de tout, du contraire de rien et du contraire de n'importe quoi), il faut aussi admettre qu'il sait fermer les yeux tout en nous ayant à l'oeil. C'est comme ça que je vois les choses depuis que je suis un grand garçon et que je ne vais plus à l'église. Et c'est cela qui me rassure et devrait aussi apaiser vos tourments, cher Ignaz des sables.

À propos de sables, Ignaz, pour vous je ne sais pas mais en ce qui me concerne, alors que je n'étais qu'un tout petit bébé, les adultes qui s'occupaient de moi se sont mis en tête que des grains de sable s'étaient infiltrés dans mon cerveau et en perturbaient le bon fonctionnement. Ils m'ont alors fait subir un long traitement appelé lavage de cerveau, qui commença par une opération appelée baptême, pratiquée avec force incantations par un gourou en habit de cérémonie appelé pasteur. Or, il est aujourd'hui avéré qu'aucun grain de sable n'avait endommagé la mécanique de mon cerveau et que le traitement auquel j'ai été soumis était particulièrement nocif pour l'ensemble de ma personne. Je n'ai malheureusement pas encore fini de subir les conséquences désastreuses de ce mauvais traitement.

Écrit par : Mario Jelmini | 09/06/2018

Les commentaires sont fermés.